Le Carioca…
Publié à 8:52 dans La Belle Vie

Le Carioca 

C omme je suis si bien au chaud et au dodo
A britée, choyée, dans mon Petit Nid Douillet
R emontant la couette, on ne voit que ma tête
I  l n’y a que le bout de mon nez, encore gelé
O uvrant le lanterneau… le ciel est trop beau
C haque soirée variée en fait un conte de fée
A vec l’âge et le chauffage, tournons la page

                                                     .

aucun commentaire
Week-end de Pâques 2006 !
Publié à 20:28 dans La Belle Vie

W eek-end Pascal et week-end estival, c’est quand même pas banal…
E n cette jolie journée, un lundi férié ensoleillé… et assez bien arrosé,
E st accueillie une nouvelle brebis, ravie, dans une famille très unie…
K .O. et O.K. pour le karaoké ; Amusés, nous allons tous y participer.

E t voici la jolie Ophélie, au micro… Véro, Frédo, le duo, très show…
N otre starlette, sans les couettes, animait gentiment la petite fête…
D ans le grand divan, les grands-parents et tous ces bons moments.

P armi les boissons proposées, le perroquet a eu beaucoup de succès…
A vec Edmond, c’est notre préféré ! Il est trop bon ; Faut l’apprécier…
S aucisses, merguez, côtelettes, lard ; Tout allait bien pour Bernard !
C oncombres, tomates ; Fromâges de tout âge ; Très beaux gâteaux…
A ccompagnés d’un café, tant désiré… et d’un pousse-café, à volonté…
L e déjeuner terminé, il ne nous restait plus qu’à débarrasser et laver.

A h ! Voilà Thibault et son vélo… Trop mignon, il fait petit garçon !

C hère Isabelle ! Pour cette épouse fidèle, je te dédie cette bagatelle…
A vec cet acrostiche en guise de fétiche, de souvenirs, tu seras riche…
B elle journée ensoleillée passée en convivialité… tout était parfait !
E t la BRF venait d’être créée. Cabestany ! Plus de souci, nous voici !
S ur le chemin du départ, il est très tard, nous rentrons chez Bernard
T antôt par la route, tantôt l’autoroute mais on roule sous les gouttes.
A vec la limitation de vitesse, la traîtresse, on fait preuve de sagesse…
N on ! Je conduisais, éveillée ; Devinez qui dormait, à poings fermés ?
Y a t’il autre chose, en prose ? Vivement la pause, que l’on se repose !

aucun commentaire