Au revoir ma divine et chaleureuse île singulière,
Ces quelques jours, d’une escapade particulière.
Viaduc Millau, aire de l’Aveyron pour se relaxer,
Villefranche-de-Rouergue… une artère dégagée.

Sur la route des plus beaux villages de France,
Au nombre de six classés, là mon coeur balance.
Dans les sublimes falaises, certains sont nichés,
D’autres suspendus, en limite de la verte vallée.

Capdenac le haut, forteresse médiévale magique,
Jouit d’un fantastique point de vue panoramique.
A la crêperie occitane, cidres, bières parfumées,
Une courte halte, avant la promenade enchantée.

Le récent jardin aux mille et une pattes m’invite,
Expositions, commentaires, merci pour sa visite.
Rondins bois diversifiés, panneau pédagogique,
Tout savoir sur les abeilles, plantes arômatiques.

Aire de camping-car à Figeac, fin d’après-midi,
Par l’escalier, allons au centre ville, sans souci.
Mais quelle chaleur ! Notre nuit fut tourmentée,
Toutes fenêtres ouvertes, les bras de Morphée.

Virée au coeur de la localité, pause p’tit déjeuner,
Après quinze minutes, sur chaussée goudronnée,
En serpentant à travers l’impressionnante forêt,
Cardaillac, le fort… une tour ronde, deux carrées.

Surprenante rue principale, toujours très fleurie,
Déjeuner au Bar, des plats locaux si bien garnis.
Traversons Lacapelle Marival, son divin château,
Ses bottes de foin… vastes pâturages, chevaux.

L’escale à Gramat, l’incroyable parc animalier,
Au moins deux ou trois heures pour apprécier.
Ensuite Autoire… le cirque, l’exquise cascade,
De trente mètres de haut, chante son aubade.

Longue balade à pied, en pleine ardeur de l’été,
“Petit Versailles”… il était autrefois surnommé,
Ce belvédère, installé auprès de la chute d’eau,
Laisse découvrir son riche panorama, chapeau !

A peine plus loin, l’adorable aquarelle coloriée,
Les ocres se panachent aux couleurs basanées.
Loubreyssac exhibe l’architecture Moyen-âge,
Toits aux pentes relevées, en guise d’héritage.

Carrenac, à environ quinze, seize kilomètres,
Sur les rives de la Dordogne… quel bien-être !
St Cirq Lapopie ? Cette merveilleuse Majesté,
Déjà explorée, confiante il y a maintes années.

Le nid douillet au camping municipal de Martel,
Activités pour grimper, jusqu’au septième ciel.
Attractif Reptiland*… captivant lieu que j’ador ‘,
Grande collection de reptiles vivants, le décor !

Myriades de terrariums vitrés, bien entretenus,
Ces soigneurs les bichonnent, pas à main nue.
Paire de gants, crochet, plusieurs fois par jour,
Lézards, serpents, tortues, crocodiles bonjour !

Déguster ces mets succulents, ambiance joviale,
Ces produits du terroir… en cette cité médiévale.
Après, promenade en train dans le “Truffadou“*,
Super plan de découverte touristique, coucou !

A quinze à l’heure, enchantée du paradis bleu,
Cinq tunnels un viaduc, en voilà plein les yeux.
A couper le souffle, l’idéal panorama féerique,
A perde vue… un suave paysage magnifique.

Enchaînons alors avec ma tournée angélique,
Gourdon… grotte de Cougnac, préhistoriques.
Une palanquée de fistuleuses transparentes,
Immense salle à la voûte si basse, l’andante.

La deuxième partie… son côté paléolithique,
Dessins de bouquetins, cervidés historiques,
L’aire de cariocas me souhaite la bienvenue,
Troisième soirée agitée, l’aventure continue.

Saint-Germain-du-Bel-Air, Catus… Cahors,
Contemplons cette agréable ville à trésors.
Soleil… parking réservé… navette gratuite,
A la Mairie, se baguenauder, pour la suite.

Sur le petit train une flânerie très commentée,
Fontaine des Chartreux, célèbre Pont Valentré,
Barbacane, château du Roi et belles maisons,
Quartier Daurade, horloges à billes en amont.

Tour du Pape XXII… jardins secrets cachés,
Cathédrale St Etienne, la boucle est bouclée.
Les rayons de l’astre me tiennent compagnie,
Rodez, Baraqueville… mélodieuse nuitée, ici.

Depuis le temps qu’on l’attendait Dame pluie,
Dès potron-minet, invitation avec grand bruit,
Mademoiselle jouait avec sa douce percussion,
Rythmique soutenue sur nos plaisants camions.

Sur l’éternelle route du Larzac, de la Dourbie,
Nant, la Couvertoirade… sous l’ondée, ravie,
Notre autoroute A75, bien moins fréquentée,
Facilite enfin, l’arrivée à Sète dans la foulée.

* poèmes à part entière

Comments Off
Les caves de Roquefort Société
Publié à 12:09 dans Aveyron, ses environs

Regarde les jolies brebis...Le site de Roquefort

L e grand parking pour carioca* nous tend ici les bras.
E n vélo, la belle côte là-haut, nous fait courber le dos.
S ociété ! C’est la cave Société que nous allons visiter.

C her à mon palais, c’est le préféré, comme le perroquet.
A vec ses escaliers, la salle d’accueil, bon pied, bon oeil.
V itrage et fenêtres bois, photos, plantes, ce sont les rois.
E ntrons et suivons la guide, Amandine, notre colombine.
S ur le banc, assis dans la pièce fraîche, on se dépêche.

D e la maquette animée apparaît la montagnette effondrée,
E nsuite, la naissance de la ville de Roquefort, la ville en or.

Les caves de Roquefort

R egarde ! Les jolies brebis race Lacaune nous le donnent.
O ui ! Je parlais du lait cru, entier, prêt à être ensemencé.
Q ui connaît le Penicillium Roqueforti ? Il est né, et vit ici.
U ne fleurine, d’un kilomètre de long, lui sert de poumons.
E merveillés, ces failles naturelles sont belles, si rebelles.
F ilons vite vers la salle de projection, revoir la fabrication.
O n assure 90 % d’humidité ; la température à 10 degrés.
R avis, le son et lumière, dans cette jolie cave, de pierre,
T andis que… la légende du jeune berger, nous fait rêver.

Fromage de Roquefort

S ouvenez-vous du procédé, caillé moulé, égoutté salé.
O nctueux à souhait et crémeux à volonté, c’est le pied.
C haque maître affineur est l’esclave de sa propre cave.
I l faut savoir que l’affinage de ce fromage vaut le voyage.
E t ses trois maîtresses sont bichonnées, en princesses,
T outes bien baptisées mais je ne veux rien vous dévoiler.
E nfin pour clôturer, la bonne dégustation, le joli musée.

* Appellation de notre camping-car

aucun commentaire

Salles Curan (Aveyron)

S alles Curan, village de tout âge très plaisant, on s’y rend une fois par an.
A vec ses traditionnels costumes aveyronnais, sans la plume, on le savait.
L a réception accueillante, la boucherie appétissante, c’est ici la descente.
L e petit café de l’amitié, le défilé organisé et la charrette, pour faire la fête,
E t l’animation de l’apéro, la brasucade de moules, la pastissade qui coule,
S aluant le départ de l’heureux Président… qui souhaitait prendre le vent.

C ar au Relais du Boulet, le déjeuner attendait, il était trois heures passées.
U n repas excellent, succulent, des grands rois d’antan et le café à volonté.
R egardez derrière dans son champ, virevolter la rivière aux tons chantants.
A dmirez ces beaux canards blancs qui barbotent et flottent au gré du vent.
N otez la presqu’île tranquille où ces volatiles se faufilent et créent un style.

Admirez ces beaux canards blancs qui barbotent et flottent au gré du vent...

A h, ils se dandinent docilement dans leur piscine tout en suivant le courant,
V enant de tous bords, babord et tribord, on s’endort dans ce très joli décor.
E t pendant la digestion, attention ! L’omelette norvégienne fait des siennes.
Y a-t-il un bis, pour le départ de Francis ? Le nectar de l’anis, et c’est gratis.
R endez-vous l’année prochaine, pour nous c’est l’aubaine, joue et enchaîne.
O n souhaite une bonne retraite, au président, faite de nos bons sentiments.
N ourrie, la belle journée, aussi, les ailes, on les avait… et sincères amitiés.

1 commentaire

L undi, mi-juillet, on y est déjà retourné,
A la Cité des templiers et des chevaliers.

C ouvertoirade, quelle jolie promenade !
O n développe toutes sortes d’échoppes,
U ne flopée d’artisans et qualité d’antan.
V oici la nuit, plus aucun bruit, ni cui cui.
E nfin ! Oui, mais là-bas, dans le lointain,
R ésonnent les clochettes des chevrettes,
T out, concert d’aboiements, hurlements,
O u en canon, le clôcher et son ding-dong.
I l fallait entendre une mouche voler, elle y était.
R avis de ce “tintamarre”, tous au lit, en fanfare.
A vec entrain, le lendemain, c’est “perlimpinpin”,
D e la belle balade à vélo à la régalade au resto,
E n Aveyron, trop bon, à Nant, c’est tous les ans.

C ontinuant notre escapade, on s’évade de l’embuscade
A vec cette petite route serpentée et si bien goudronnée.
N otez les couleurs printanières, la longueur de la rivière.
T ous ces bouquets de genêts serrés et aussi dispersés,
O u pâquerettes, violettes, coquelicots. Ici, il fait chaud !
B eau hameau, Cantobre et comme il est toujours si sobre !
R emarquez l’impossibilité… de s’arrêter sur le bas-côté,
E t nous l’avions visité, mais attention à vos petits pieds.

J ontanels, direction Meyrueis… Action ? Yes !
O n traverse la ville et les commerces défilent.
N ous allons à Gatuzières, en amont, la rivière.
T out doucement par ici nous attend le Paradis,
A vec l’emplacement… tous ces bons moments. *
N uit divine, non câline, clandestine, j’imagine !
E t on y a eu droit, ma foi, au même “chichois”.
L a traite des biquettes, la fête, leurs clochettes,
S urtout très beau, les cochons et leur concerto.

M aintenant, par ici, à Ste Enimie, ville si jolie.
I nvitation à La Malène et ici, pas de “baleine”.
L ‘endroit magique… Les Détroits en musique,
L e camping, sa piscine, la colline à Les Vignes.
A Millau, vélo, resto, au dodo, ce n’est pas trop !
U n super tour, quelques jours valent le détour.

* Voir Jontanels, à la ferme, tous les jours
*
Mon petit nid douillet

aucun commentaire
Encore et toujours en Aveyron !
Publié à 21:46 dans Aveyron, ses environs

E t c’est le pont de l’Ascension mais quelle question !
N ous voici partis, en carioca… sans souci, ni tralala…
C ar le soleil nous accompagnait et le ciel était bleuté.
O n est au Caylar, temps bâtard à rester au plumard.
R avi o’ lit… on a vite déchanté, avec ce qu’il tombait,
E t nous revoilà à Millau… où il ne fait pas très beau !

E n stationnement obligatoire au moment de la foire,
T outes voiles dehors, nous suivons l’étoile du Nord.

T oujours dans le coin, le lendemain, c’est un festin…
O h, c’est vendredi… et le vendredi, tout me réussit !
U n jour de marché ! Bonjour la matinée, à déguster.
J olis produits du terroir, chacun y va de son savoir !
O n déjeune au resto, au camping, au bord de l’eau…
U ne virée à Espalion ! Bandas, big band. Champion !
R etour au pays du couteau, quel amour ce taureau !
S avourez “la cuvée de l’Aubrac”, et allez, au hamac !

Cuvée de l'Aubrac

E t le fromage ECIR… et les pâturages, à entretenir…
N ‘oublions pas la vidéo car ce paysage est trop beau.

A Curières, il est fabriqué, sans manière, je l’ai goûté.
V oici les Belles de l’Aubrac, à tire d’aile, tout en vrac,
E parpillées dans les prairies où une eau si pure jaillit.
Y a t’il improvisation, imagination ? De l’observation !
R ond, quinze centimètres, 180 grammes, peut-être !
O n l’affine plus longtemps et plus sec dans le temps ! 
N otez : il est savoureux, onctueux et on est heureux ! 

Fromage fermier de l'Aubrac

aucun commentaire
L’Aveyron et le Durzon !
Publié à 9:05 dans Aveyron, ses environs

Le Durzon 

L e pont si long du Premier Mai, férié…

A vec cinq jours de vacances, la chance !
V oilà le carioca prêt et les repas au frais,
E t nous y allons, d’un bond, en Aveyron.
Y a t’il une pause ? Que l’on se repose ?
R estaurant Le Durzon, à Nant. Très bon !
O n est bien accueillis et la gastronomie…
N ourriture abondante, nature plaisante.

L e Durzon, en amont… est peu profond,
E t sous le pont de pierre coule la rivière.

D ans son lit rempli de si petits galets usés,
U ne haie d’honneur, de toutes les couleurs
R emplit mon coeur de chaleur, de douceur.
Z ou ! Les prémices et elle glisse avec délice.
O n l’aperçoit des “coulisses” et sans artifice,
N ourrie d’herbes si verte… elle s’est offerte.

C ourant les rochers, glissant sur le bas-côté,

E lle, l’aventurière, si fière, longe la clairière.
S on reflet si foncé, l’écume blanche apparaît,
T ant de mousse ! Ma douce m’éclabousse !

S ur son chemin, elle rejoint la Dourbie aussi.
I ls finissent leur course à Millau, trop beau !

B onjour Camping les Vernèdes, l’air est si tiède.
O n a passé un moment, charmant, dans le vent.
N ous y remonterons, pendant cette belle saison.

Hôtel Restaurant « Le Durzon »

aucun commentaire