Face au Rocher de la Vierge, proche de la promenade,
Soyez la bienvenue… pour cette extraordinaire balade.
Visite spécifique, en plein cœur des immenses océans,
Découvrons ici ces fonds marins… toujours fascinants.

Une cinquantaine de bassins exhibent leurs reflets violets,
Où paradent de nombreux chinchards aux flancs argentés.
Quelques lieus jaunes, rascasses rouges, oursins calibrés,
Charmantes roussettes, petits requins avec corps élancés.

Le duo de murènes prend la pose en vue de la divine photo,
Tandis qu’une autre se dandine du ventre… c’est trop beau.
Etrange… dépassent une tête, un bout de peau mystérieux.
Mes mirettes extasiées s’invitent vers ces milieux rocheux,

Sur les gravillons… cet homard tout bleu se repose en paix,
En compagnie de coquettes, girelles aux manteaux colorés.
A quatorze heures trente… le face-à-face humain-requins
Animé finement partageant leur destin, mais aussi le bain.

Profond de six à neuf mètres… piscine à vingt-quatre degrés,
Les benthiques vivent au fond, reluquant leurs mets préférés.
Curieux couple de “nourrices” muni de deux épais barbillons,
Soudain paisiblement la paire de “zèbres” fait son apparition.

Le “pointe-blanche” chasse la nuit en banc sur ce récif coralien,
En opposition les pélagiques… tel le “pointe-noire”, tiens tiens !
“Marteau-halicorne”, le “gris”… reconnu au trait noir à la queue,
Et ses copinettes dames raies, tout ce beau monde vit heureux.

“Pastenagues violettes… léopards points marrons, aigle de mer”
Qui vole sous l’eau tel un gracieux volatile respirant un bol d’air.
La “guitare à néron” mi-requin mi-raie se laisse là photographier,
Pendant que notre barracuda à tête pointue, joue les aventuriers.

Un grand Napoléon patrouille accompagné de sa bosse frontale,
Le chapeau de l’Empereur… cette intrigue sans cesse originale.
Des lèvres très charnues, Monsieur s’assoupit dans les cavités,
Petit déjeuner… mollusques, oursins, étoiles de mer, crustacés.

De la famille des thons… voici mesdemoiselles bonites rayées,
Une flopée de chirurgiens avec deux appendices bien cachés,
Un premier pour se battre, le deuxième pour la reproduction,
Lames acérées, comme un bistouri, forçant notre admiration.

Hippocampes mouchetés, communs en ces longs herbiers,
S’amusent à travers les débris d’algues prenant leurs pieds.
Une majestueuse sole… trois grondins, font ici bon ménage.
Des colocataires, dans cette baignoire privée, à l’abordage !

Je balance une pièce de monnaie vers la fontaine à vœux,
Souhaitant que toute notre vie… nous soyons bienheureux.
Ce lieu jaune à la séduisante robe… vert brun si coquine,
Un rouget… dont la moitié est enterrée sous la pierre fine.

Bars mouchetés, pageots, maigres, raies brunette, “mélée”,
Kyrielle de petites méduses lune, bleues, toutes en beauté,
Ombrelles transparentes, finassent, ondulent plaisamment,
En cette multitude de couleurs variées… très agréablement.

Grimpant au deuxième étage l’immense salle bien illuminée,
L’hallucinante collection consacrée à ses nombreux cétacés.
Film intéressant, Sud du Portugal visionné sur grand écran,
Nord du Maroc, observation des courants, puis des océans.

Posés à l’intérieur de différentes bibliothèques magiques,
Thoniers, chalutiers, sardiniers… pinasses… magnifiques.
Maints accessoires de pêche, cuillers, crocs, dégorgeoirs,
Crânes, squelette, vêtements, panneaux explicatifs à voir.

La grotte des tortues, eau assez chaude pour les reptiles,
Où plusieurs espèces se baignent, tranquillement sur l’île.
“La verte”, charmante herbivore, barbote dans sa piscine,
Demeure quand même… la plus grande tortue marine.

Deux adorables “caouanne” environ cent soixante-dix kilos
Planent en ces flots clairs, comme un ravissant tourtereau.
Carapace osseuse, bien plate, “à écailles” ou “l’imbriquée”,
Regardez son plastron jaune pâle, son bec saillant courbé.

La tortue de Kemp découverte par un pêcheur de Floride,
La plus petite, une histoire de bec… une vision splendide.
“Franche du Pacifique” a sa couleur de peau plus sombre,
Là-voilà qui apparaît puis vite se cache dans la pénombre.

Quant aux “olivâtres” leur régime alimentaire omnivore,
Crustacés oursins mollusques méduses, elles adorent.
Les “Luth”, actuellement les plus grandes de nos jours,
S’approchent de la baie vitrée saluer d’un joli bonjour.

Une splendide murène verte des Caraïbes si gracieuse,
Se faufile dans la faille en ondulant… très harmonieuse.
Deux magnifiques langoustes rouges, nobles coquettes,
Un Saint Pierre, en ce même lieu, ensemble font la fête.

La naissance d’un bébé phoque à l’aquarium fut filmée,
Naïa, une douce et charmante peluche, ne pas toucher.
Un mois déjà ! Cette princesse nage, dans le petit bain,
Coordonne mieux ses mouvements, son nouveau destin.

Délicieuse pause gourmande, la terrasse panoramique,
Boisson, pâtisserie servies par un jeune sympathique.
Dix-sept heures… cet interlude proche de leur bassin,
Un agréable partage de connaissances pour le festin.

Le repas des phoques… se frottant là contre le rebord,
Titounette la doyenne navigue dans ce superbe décor.
Agée de trente printemps, pesant cent quarante kilos,
Pour un mètre quatre-vingt à elle le premier morceau.

Okéra, Sylvestrine, rescapées… échouées sur les côtes,
Échangent d’amusants moments aussi leurs anecdotes.
Noëlla, venant d’un milieu naturel s’est très bien adaptée.
Charlie le seul mâle du groupe, a le pelage plus foncé.

Animation à chaque dînette, leur nourriture nécessaire,
Quatre kilos de maquereaux engloutis par pensionnaire.
Pendant la siestounette s’élèvent quelques ronflements
Dix minutes environ leur suffit, place au jeu maintenant.

Allez, tous aux exercices, cible verte, nombreux sauts,
Le public entassé au bord, reçoit la douche tout de go.
Certains se prélassent au soleil caressés par la chaleur,
D’autres allers-retours, on appelle cela… des longueurs.

Asseyons-nous en cette salle, les mirettes écarquillées,
Devant le banc de carangues pompano, quelles beautés.
Enormes poissons, gris brillant, nageant tranquillement,
Fond musical si calme, mes yeux se ferment lentement.

Désolée mais je ne peux évidemment pas tout décrire,
Ce voyage à volonté est fabuleux… mon esprit chavire.
Ultime coup d’oeil à regret, sur requins, dames raies,
Epaves et rochers… ce monde vit en toute simplicité.

Comments Off

Sur le plaisant pont de bois, qui surplombe le bassin,
Une jolie flopée de tor
tues de Floride prend le bain.
Certaines se pavanent, et se dorent sur les rochers,
En compagnie de poissons rouges… copains préférés.

A l’entrée, l’immense pièce toujours climatisée,
Où six autres voraces surveillent notre arrivée.
Cinq régions du monde évoquées, Afrique, Asie,

Amériques du Sud… Centrale… enfin l’Océanie.

Au premier aquarium, je reste scotchée sur place,
Deux poissons-chats à queue rouge… se déplacent.
Enormes… imposants… un mètre vingt de longueur
Pour presque quarante kilos, alors là quel bonheur.

Ils gigotent à la verticale, enchaînant la cadence,
Mâchoires charnues… tout en soutenant la danse.
Six grandes moustaches afin de mieux s’orienter,
La somptueuse robe jaune, orange, bien tachetée.

A côté six adorables raies se grattent sur le sable,
Se laissant caresser par les galets, c’est agréable.
Pendant que sept léporinus à bandes se baladent,
Au milieu de toutes ces demoiselles qui les badent.

Cinq piranhas herbivores poirotent pour la photo,
Immobiles, paisibles… un mètre… vingt-cinq kilos.
Toutes ces belles créatures… m’incitent à rêver,
Cet envoûtant espace aquatique, invite à voyager.

Des silures-grenouilles, en tenue velours côtelé,
Et deux requins-barbus batifolent… à leur côté.
Trois poissons-alligators picotent sur la vitre,

Une vingtaine d’arc-en-ciel, jouent les arbitres.

Juste en face d’eux, avec leur bas-ventre très rouge,
Quelques piranhas carnivores, là… personne ne bouge.
Notre silure à bandes aux nageoires impressionnantes,
Derrière sa branche, savoure son moment de détente.

Plus loin, une façade entière s’offre à nos yeux,
Une centaine d’individus colorés… bienheureux.
Deux poissons-girafes au comportement insolite,
Nettoient leur paroi vitrée, viens voir, vite vite…

Aussi cet élégant requin en harmonie, fait le beau,
Il passe, repasse, se fait tirer le portrait. Cadeau.
Quatre gouramis géants patientent tranquillement,

Trois poissons-couteaux nous observent gentiment.

Harmonieuse collections d’insectes, de papillons,
L’attrayante boutique de souvenirs en conclusion.
Salle climatisée pour visionner la vidéo endiablée,

Un étonnant film de quarante minutes, diversifié.

La cafétéria, son bar, la terrasse et son accueil,
Pour Sète intéressante visite, bon pied bon œil.
Une odyssée autour du monde je vous le signale,
Située à Allex, la charmante Drôme provençale.

Comments Off
L’aquarium de St-Jean-du-Gard
Publié à 11:22 dans Aquariums, Gard, ses environs

Aquarium de Saint-Jean-du-GardAquarium de Saint-Jean-du-Gard

Cet aquarium est si original, ces bassins en plein air, l’idéal.
Au nombre de quatre, ils sont grands et bien remplis dedans.
Une bonne quantité de carpes multicolores ainsi le décorent.
Les noires, environ, mesurent cent vingt centimètres de long.

De gros esturgeons colorés font du sur place pour être filmés.
De la Floride elles sont venues, une trentaine de jolies tortues.
Toutes jaunes et noires avec un filet rouge orangé sur le côté.
Accrochées aux troncs couchés, l’heure de la sieste a sonné.

Certaines glissaient pour aller se tremper, ou se faire admirer…
Puis se dorer sur les rochers, se reposer sur le sable mouillé.
Le nez collé à la vitre, elles attendaient pour se faire caresser.
Je ne mettrais jamais le doigt ni la main dans ce grand bassin.

Des truites magnifiques Arc en ciel et Fario, vraiment beau !
Une splendide forêt tropicale où mon imagination s’emballe.
Me voici en Tarzane endiablée, sautant par-dessus les filets.
Grimpant aux palmiers… profitant de la cascade enchantée.

Goujons, vairons, blageons… font vingt centimètres de long.
Une grosse amphore, des petits graviers, du sable grossier.
Des anguilles se tortillent, quatre osciètres de deux mètres
Si majestueux, blanc doré, que l’on dirait du velours décoré.

Une bonne quinzaine de beaux piranhas rouges immobiles.
Des sterlets avec de jolis poissons me font la conversation.
Quelques perches, sandres, et tanches, ont carte blanche.
Esseulée… une énorme tortue happante joue à l’innocente…

Un gourami géant, nous fait la danse du ventre, excellent !
Admirez la salle égyptienne, montez l’escalier du pharaon.
A l’étage, par ici, mandarins, gobies, chirurgiens, papillons,
Barbiers (pas de Séville !), rascasses volantes et anguilles.

Au milieu de la grande salle trône le bel aquarium à requins.
Deux pointes-noires, avec une raie guitare, tous en fanfare.
Longues murènes vertes, l’une est dans l’amphore, j’adore !
L’autre, heureuse est bichonnée par la crevette nettoyeuse.

La nouveauté à ne pas manquer, la salle du bateau si beau !
Le bar-restaurant vous attend avec sa boutique dans le vent.
Accueil chaleureux, spectacle fabuleux, tout pour les yeux,
A 200 mètres de la gar ‘, l’aquarium de Saint-Jean-du-Gard.

Aquarium de Saint-Jean-du-Gard

Ce poème a gagné le 2ème prix catégorie “grand prix de poésie”,
au concours de Pont St Esprit 2010.

aucun commentaire

L ‘aquarium de Canet, l’aquarium qui me plaît,

A vec les bacs de présentation naît l’attraction.
Q ue de vitrages illuminés, de “cages” dorées,
U ne eau de mer, naturelle, si clair’ et si belle,
A vec les bons esturgeons, gardons et tritons.
R egardez nager les petites raies en gris foncé,
I nvisibles, paisibles sous le sable fin du bain.
U n énorme mérou, hors-normes je vous l’avoue,
M édusé, va se cacher, derrière la pierre usée.

D eux murènes sereines jouent les sirènes,
E ntrées dans les amphores, elles adorent.

C herchez le sar, à l’écart, le grondin, les oursins,
A ubade, des dorades ; mignonnes, les anémones.
N otez dans sa cellule, huit tentacules gesticulent,
E t la pieuvre “manœuvre” en un vrai chef-d’oeuvre,
T outes ventouses déployées. Jalouse, je l’enviais.

E t les raies pasténagues ondulaient en vagues,
N ageaient et dansaient avec les loups “garous”.

R iche, argentée, la liche glauque en jetait.
O bservez les “poissons bleus“, heureux.
U nivers, la mer et maquereaux, si beaux,
S uivent thons, espadons toujours si bons.
S andre marbré, carpe orangée, eau douce à volonté,
I l y en avait tellement que j’en oublie, naturellement.
L e requin et son train-train et la raie Manta, la voilà !
L angouste bien cachée, ouste, viens en mon panier,
O n l’imagine, clandestine ; en cuisine, mon héroïne.
N e salivez pas et ne rêvez pas car on ne l’aura pas.

C omme un poisson dans l’eau ! Bon, c’est beau.
O n descend gaiement, rez de chaussée différent,
M agnifique, ce côté exotique et ce côté magique.
M érou géant à l’entrée, toujours très en beauté,
E t avec son mètre cinquante, il nous enchante.

U n bonheur, il vit avec des poissons nettoyeurs.
N otez le crapaud buffle, il s’est caché, le mufle.

P our les iguanes vertes, sur les troncs, en alerte,
O u les lézards aquatiques, on connaît la musique.
I l y avait quantité d’espèces. Allez, on se presse.
S i bien éclairés, reflets variés et coraux à volonté.
S ur les récifs coraliens, les chirurgiens… Viens !
O u les vaches sans tâche, les porc-épic qui piqu’.
N on, papillonsanges et les chauve-souris si jolis.

D es clowns, des chats, des perroquets, ”le” préféré,
A vec les laveurs de carreaux, le verre est trop beau.
N ommée beauté dangereuse, son épine venimeuse,
S corpion, rascasse volante, alors là, c’est l’andante.

L es hippocampes parés de leur tenue de soirée,

E nfin ! Oursinstortuesrequins, je les ai vus,
A vec un ban de piranhas, rosacés et pailletés,
U n grand ban, je ne suis pas prête de l’oublier.

Aquarium de Canet-en-Roussillon

aucun commentaire
Aquarium Mare Nostrum
Publié à 13:01 dans Aquariums, Montpellier, ses environs

M ais il est beau, l’aquarium, des photos au maximum,
A vec le prospectus, la mer et de l’air…c’est mon virus.
R egardez ce décor, de l’or et les grottes sous-marines,
E merveillée, encor’ un trésor, je note car ça me fascine.

N ous voici, ici, dans un bateau et la tempête fait la fête.
O n aperçoit la mer déchaînée, on entend le vent souffler,
S urtout, fermez les yeux, vous êtes dans d’autres cieux.
T oute une tribu de manchots, je les ai aperçus, à l’eau !
R edécouvrez, apprenez… plus qu’un regard, un César,
U n Oscar pour l’apprentissage, un bazar pour tout âge,
M agnifique et si magique, authentique et si fantastique.

A vec les grandes profondeurs, vous nagez en plein bonheur.
Q ui c’est le grand voyageur ? Un prédateur qui n’a pas peur.
U ne flopée de petits poissons multicolores, ceux-là, j’adore.
A rc-en-ciel, jolies couleurs, essentiel pour l’ami admirateur.
R egardez la cabane de l’explorateur où je flâne en amateur,
I nvitation à la forêt tropicale, pont, cascade et belle balade,
U ne glissade sympa sur un toboggan qui me tend les bras.
M erci de cette escale estivale et ravie car moi je me régale.

Aquarium Mare Nostrum à Montpellier Odysseum

aucun commentaire

L e Palais de la Mer… il est d’enfer !
E t samedi après-midi, nous y voici.

P artie avec Gabinette et Pétrolette,
A llez, enquille ! Et virez la béquille !
L a Yamaha 600 XT, elle vous plaît ?
A vec ses 13 ans d’âge, ce courage !
I l faisait beau, chaud, c’est très tôt,
S uivant cette traîtresse… la vitesse.

D ans le Seaquarium, les aquariums
E t de toutes tailles… on les détaille…

L es amphores bicolores, les rochers
A vec la mousse qui pousse, si douce

M ais les débris de coquillages cassés
E t les poissons… de la Méditerranée,
R endent à ce paysage un air de plage.

S uivez le guide, le druide, son fluide
E
t admirez : la jolie danse des raies,
A
vec la ronde des méduses, ça ruse.
Q
ui c’est ? qui a de grandes dents ?
U
n film divin, sur les requins, enfin !
A
rrivés dans le tunnel, c’est mortel !
R
egroupés en long et posés au fond,
I
ls le tapissent, les requins-nourrices.
U
ne dizaine se promène. L’aubaine !
M
ais vu du haut, ils sont moins gros.

A vec les questionnaires, l’imaginaire,
U n bon documentaire, du vocabulaire,

G agné, c’est son affaire, l’inventaire.
R emue-ménage chez Dame otarie,
A pprentissage, coulage, elle nage ici.
U n petit éclairage partage le vitrage.

D ans l’action, les valses et tourbillons,
U nique et magique, c’est la boutique.

R etour au musée, le détour s’imposait,
O n repart. Case départ et sans retard,
I l est d’enfer, ce beau Palais de la Mer.

Seaquarium du Grau-du-Roi
Visiter le site du Seaquarium

aucun commentaire