Le taureau de l’Aubrac
Publié à 13:26 dans Lozère, ses environs

Le taureau de l'Aubrac

L a rivière prend ses ailes dans la clairière toujours si belle,
E ntre les barbelés, la barrière, en Sète journée printanière.

T out là-haut, le beau troupeau descendait et en tête il y était,
A ccompagné de son harem où sonnait le charmant requiem.
U n gros cou foncé et des yeux noirs… c’était à voir, à revoir.
R egarde-le avancer en se dandinant de son pas nonchalant,
E t le mastodonte bien planté sans honte se laissait admirer.
A vec des “superbes minois peinturlurés”, des stars de ciné,
U ne robe claire et les cornes relevées, ce sont des beautés.

D odues à volonté, assez lestes et plantureuses à souhait… 
E n effet, ces Belles sont des montagnardes et des vraies !

L e long de la baie vitrée, où nous prenons notre déjeuner,

A l’abri du manoir les museaux trempaient dans l’abreuvoir,
U nivers unique enchanté, les veaux aussi se désaltéraient.
B ienvenu sur notre plateau pour déguster l’excellent aligot.
R emercions poétiquement nos hôtes* toujours si élégants.
A grémenté d’un p’tit air d’accordéon et ”vieilles” chansons,
C ‘est vraiment avec un réel plaisir, que nous allons revenir.

Vache et veau de l'Aubrac

* Christian et Arlette BESSIERE,
   Voir poème “Buron du Ché” Nasbinals.

aucun commentaire

V ive les vacances d’été, on y partait, comme chaque année.
I nstallés au camping de La Mothe*, regardez voilà les potes.
R espirant le grand air… de la Lozèr’… ici étant notre repair’.
E nvie de marcher, La Canourgue à visiter, on prend son pied,
E nchantés du lundi après-midi où ce petit village nous a ravi.

T out le mardi fut réservé au marché sur la place assiégée,
O riginal et banal, les commerçants déballaient leurs étals.
U n monde fou, et la blonde casse-cou vagabonde partout.
R etournons au bercail pour déguster, l’attirail est déjà prêt.
I mpressionnés par la ferme, visite guidée, gîtes aménagés,
S ituée vers Severac le Château, à Blayac, c’est trop beau.
T raite des brebis en manège, et pub discrète, ici, j’abrège.
I nvités gentiment par Jean, à monter ses bêtes au champ.
Q ui a passé une soirée animée, variée à volonté ? Devinez.  
U ne préparation à sensation d’aligot maison qui est si bon.
E xplication enregistrée, excursion terminée, l’addition, svp.

E t journée porte ouverte mercredi, l’herbe est verte aussi.
T ous “Aux Saveurs d’Autre Foie” et leur bonheur à la fois.

M ais, sur le Causse de Sauveterre… toujours dans la Lozère,
A ccompagné d’autruches, de lamas… les peluches, les voilà.
G énéreuses danseuses voluptueuses aux plumes ravageuses.
N otre lama grisé, tapageur, s’éclatait comme un vrai voltigeur.
I rrésistible, son bébé. Sensible, sa dulcinée. C’est à méditer.
F erme aquacole l’après-midi, la gaule, ici, elle s’affole, pardi !
I maginez les belles truites fario et tous ces saumons si beaux.
Q uel bel élevage en ce village. Enfin ce soir, le festin, bonsoir !
U ne jolie petite auberge, tout près des berges… nous héberge. 
E nchaînant l’aligot à gogo… jambon cru… on n’en peut plus !!!

 

E n suivant la route, c’est au “tour des lacs” sans aucun doute.
N otre préféré, Bonnecombe*, la vallée le surplombe, il plombe.

A venture du matin, piqûres et vaccins, les veaux sont là-haut,
U ltime pesée, anonyme on observait, en prime je les plaignais.
B uron du Ché*, sur l’herbe saupoudrée de rosée je somnollais,
R avie o’ lit dans ce gentil paradis mais bouffée par les fourmis, 
A ccueillis avec sympathie, sur la terrasse, on prend une glace.
C herchez l’accordéon en fond, écoutez les chansons, je fonds.

P our débuter ce vendredi, bonjour la virée, c’est trop joli par ici.
E tape ”Château de la Baume”… il m’épate, ce si beau royaume.
N ostalgique gentilhomme, magnifique fantôme, et je chantonne.
D écouvrant la vie d’Arlequin, les lits à baldaquin, petits coquins,
A ppréciant peintures, coiffures, parures… tapisseries, draperies.
N otre matinée si bien racontée nous faisait rêver, on s’y croyait,
T ransformée et habillée en Reine souveraine, châtelaine sereine. 

U n coucou également aux “Loups du Gévaudan”  très intéressant.
N ullement impressionnés, dans la forêt cloturée, ils se reposaient.
E ntrez et visitez, l’affichette pour expliquer, la buvette juste à côté. 

D étour à la fête de Marvejols, les lunettes ont fait un vol, le bémol !
I mpossible n’est pas français, accessible et irrésistible, ils l’étaient…
Z one piétonne, ils se la donnent, Gaby et Willy* et leurs clowneries,
A nimation en musique, attraction magique, à vocation humoristique.
I mprovisée, cette fin de semaine mais c’est la fête foraine mondaine.
N an(t), un si joli village dans le vent, j’apprécie l’aubade tous les ans.
E n effet, avec la Peña Lou Terral*, ça y va, très amical et si musical.

D ébandade chez les truites, escapade et fuite, la régalade ensuite,
E n effet, virée fabuleuse, miraculeuse, à Bonnecombe, l’hécatombe.

J e n’avais jamais décrit un taureau* aussi joli mais le voici, ici.
O ù ? Qu’il est chou ! Coucou, il est dans l’Aubrac, près du lac…
U ne belle vue sur la Cascade du Déroc, on l’escalade d’un bloc,
R epas pique-nique à la grotte magique, l’anecdote magnifique,
S ur le chemin de Nasbinals, un bon matin estival c’est original.

H eureux de la belle journée, un voeu rebelle, ne pas se noyer !
E n canoé, ça me plaît, en famille, je frétille, comme l’anguille. 
U n parcours super long, le cours de l’air est bon, l’enfer bidon.
R ires déchaînés… les cailloux frottaient… le vent nous freinait,
E t pendant que les jeunes se baignaient, on galérait… coincé.
U ne peur bleue, c’est dangereux et à la descente, je déchante.
X man et sa copine ont bonne mine, dans l’eau sous le bateau.

E n effet, dans ce courant entraînant, écoutez ce vent cinglant,
T out doucement, en désespérant, je me noyais tranquillement.

E ncore une bévue ! D’accord j’en peux plus et où te caches-tu ?
N ul ne savait plus où regarder, mais lui, il m’a trouvée ratatinée,
S oulevant d’un bras musclé ce grand carcan qui m’enveloppait,
O ubliant ici aussi l’acrostiche, sauvant ainsi la vie de sa biche,
L e long du rocher je n’avais pas pied, c’est bon d’être repêchée,
E merveillé par cette pêche miraculeuse, si fraîche, si heureuse,
I l m’a juste dit : “Mais tu étais où ? Je t’ai cherchée partout ? ”
L es larmes aux yeux, charme des cieux et lumineux ciel bleu.
L e dernier jour de nos vacances, c’était un beau jour de chance.
E ternellement, un gentil merci… poétiquement, petit merci à vie
S ourire géné, la muse m’inspire à volonté, j’en abuse à souhait.

aucun commentaire
Le Buron du Ché (dans l’Aubrac)…
Publié à 11:16 dans Lozère, ses environs

L e restaurant “Buron du Ché”, regardez-le, tout en beauté.
E n 1955, l’activité a cessé pendant près de trente années.

B ienvenue chez Arlette toujours coquette pour faire la fête,
U nique Christian si souriant, son accordéon ses chansons,
R ires, bonne humeur, chaleur, tous y allaient de bon coeur.
O ubliant mes kilos, zieutant le cuistot en savourant l’aligot,
N otez les mets raffinés, un bon moment à ne pas manquer.

D ésir d’une glace, plaisir d’une tasse, soupir sur la terrasse…
U nivers magique, le grand air fantastique… c’est magnifique.

C haque année, je découvre l’Aubrac, et avec mon “hamac”…
H alte au joli buron de Nasbinals, si bon, impérial et si vital.
E ncore des photos et de l’or il vaut, il est situé tout là-haut.

  

aucun commentaire
Le lac de Bonnecombe
Publié à 14:38 dans Lozère, ses environs

Lac de Bonnecombe

L a route goudronnée, si petite mais très tortueuse, grimpe pendant 15 kilomètres,
E t arbres, broussailles, immenses prairies jaunies sont tous, sa seule compagnie.

L es rochers, sur le bas-côté, sont colorés de jolies fleurs parfumées, qui sentent bon.
A l’occasion, en excursion, vous croiserez dans la forêt, un berger nommé Raymond.
C alme, sérénité, tranquillité, c’est l’endroit rêvé pour se reposer… On est charmés.

D ans le lointain, en cadence, clochettes, meuglements, aboiements, mènent la danse,
E t au petit matin, en haut du plateau, amplifié par l’écho, s’annonce le beau troupeau.

B rume et nuages chassés par le vent frais… et nous, saupoudrés de gouttes de rosée,
O n apercevait ici et là les grenouilles sauter, les couleuvres nager, les truites moucher
N otre maisonnette en pierre, avec terrasse ombragée, coin déjeuner et source glacée
N ous fournit en appâts… mais teignes, sauterelles et maïs sont aussi de la partie. Ah !
E t tandis que nous marchons, l’herbe folle, verte et mouillée, nous caresse les mollets.
C asquettes enfoncées, K-way fermés, cannes à pêche calées, il faisait soleil mais frais.
O n attendait patiemment que madame la truite daigne bien venir prendre son déjeuner !
M ême le lac, immobile, reflétait tout comme dans un miroir, c’était féerique, magique !
B ourriche remplie, mission accomplie et avec le chant des oiseaux, suivait un bon apéro.
E lle fut, pour nous deux et avec nos yeux, une matinée qui restera gravée à tout jamais.

Voir aussi : Mon petit nid douillet de l’été

aucun commentaire
La transhumance sur l’Aubrac !
Publié à 14:42 dans Lozère, ses environs

La transhumance dans l'Aubrac

F ête de la transhumance, mais quelle affluence !
E ntrez dans ce village et vous tournerez la page.
T ous les éleveurs, acteurs, les beaux troupeaux,
E t leurs attelages de chevaux… et les drapeaux…

D u 26 mai au 27 mai, le week-end enchanté…
E t le “Salon du terroir”, c’est le Salon à voir !

L a fête de l’élevage, il y en a, pour tous les âges.
A h, l’invitation à la découverte, l’herbe est verte.

T ous au cœur du village, le bonheur au pâturage,
R eines de beauté… leurs têtes sont bien décorées…
A vec houx, fleurs, cloches, sonnailles et médailles.
N otez : 1 300 mètres d’altitude… bien-être rude.
S ur la belle route serpentée, et en toute sécurité,
H umant l’air frais de la rosée et l’herbe à volonté,
U ne à une, en file indienne, la route “à l’ancienne”.
M algré ces soixante kilomètres, il vente peut-être,
A ccompagnées par les bergers en toute complicité.
N uances de couleurs, en cadence et de bon coeur,
C ‘est authentique, magnifique… musique magique.
E t voilà la montée des troupeaux vers les plateaux.

aucun commentaire

La ferme de Jontanels 

V oici venu le temps des grandes vacances ! Ah, j’ai de la chance !
A ccompagnée de copains, je prenais la poudre de Perlimpinpin.
C ‘est le lundi 23 juillet, le carioca est prêt et on va enfin, balader.
A Jontanels, en Lozère ! Près de Gatuzières, le long de la rivière…
N on, ferme discrète, secrète, retranchée dans la forêt ensoleillée !
C ‘est la fête, on y voit la traite journalière, des Blanches laitières,
E t les chats, habitués, attendaient le petit lait qui les faisait rêver !
S uivez le Druide, notre guide, sa cave et fromages, de tout âge !

La ferme de Jontanels : la fromagerie

A ussi, en hiver, boulot d’enfer, les cochons, la charcuterie maison.
U ne nuit frisquette, passe moi la couette ! Chouette, les galipettes ?

C hemin faisant, nous traversons des sites intéressant et ravissant !
A rrivée remarquée au Paradis, installation, distraction, Rami, favori…
M aîtresses d’été et d’hiver, Jo se fait allumer et il va vivre un calvair ‘,
P ourvu que ça dure, ces créatures, nature, emballent ma température.
I l s’imagine en Roi, des courtisanes, il en a 3, ce bougre d’âne, tu vois ?
N ourri de bonne volonté, il se fait apprécier, on le languit, il est gentil…
G rain de folie, ravi o’lit, tout lui sourit et à chacune de nous, un bisou…

D ébut d’après-midi, mercredi, vélo, temps pas beau, on n’a rien sur le dos.
E t vers St Saturnin, dans le lointain, nous roulons bon train, ça, c’est certain…

L e vent, la pluie, même la grêle nous ont coupé les ailes, voilà qu’on ruisselle…
A brités, trempés, on rebrousse chemin. Ma douce, tu m’éclabousses, enfin !

M algré cette bonne saucée, la matrone, mignonne, nous pardonne… Bien fait !
O n était heureux tous les 2, ce fut un moment délicieux, fabuleux, merveilleux.
T andis que dans la clairière, la rivière et sa cascade nous chantent la sérénade.
H o ! La belle nuit, sous la pluie, on entend toujours le même bruit, c’est minuit ?
E t La Fleur qui sommeille se réveille, tout en douceur et dans la bonne humeur.

D ans le joli village, à l’abordage ! Nant, en Aveyron, tous les ans, trop bon !
A u Royaume, on imagine La Paume… pas La Pomme, l’héroïne de Guillaume…
N antis de nos instruments, nous voici partis aux 4 vents, en suivant “Artaban”.
S on et lumière, jets d’eau, laser vert, feu d’artifice, nous étions tous complices.

L e week-end à promener, visiter, jouer, c’est épuisant et crevant, quel vent !
A h, Perroquets offerts, c’est clair, plus j’en savourais, plus mon saxo jouait…

L a fête battait Son plein, les trompettes faisaient Leur plein, c’était sans faim…
O n a apprécié l’Aligot-Saucisses, et bu l’eau du calice, quel délice… Ho hisse !
Z ou, pause terminée. L’osmose va commencer, on va jouer, se faire apprécier…
E t sur l’esplanade, on donne l’aubade. Cartonne, l’embuscade, La Pastissade !
R emarquez, on l’aime beaucoup et la déguste avec goût, on est dans le coup,
E t admirez la jolie chorégraphie ! Ici, aucun souci, on est tous réunis, en amis.

P our le lundi, la planque, ouste, c’est la rouste à la pétanque, ça me manque…
E t le voici reparti, donner un coup de main… au coup par coup, sur le terrain.
N otez : balade journalière, vélo, promenade le long de la sapinière, trop beau,
D ans la soirée, le Rami a priorité, puis les âneries débitées. Faut bien rigoler !
A u mardi matin, le marché voisin… Place de la Mairie, ah, oui, j’y vais aussi.
N aufragée, abandonnée par les mâles, je me cavale, vers les cartes postales…
T oute cette journée, ensoleillée, je fais le courrier, tout en me faisant bronzer.

O h oui, c’est toujours aussi joli, à Bonnecombe, surtout quand le vent retombe.
N ous sommes gelés, il fait frais, nous ressortons pantalon, blouson molletonné.
Z ut ! Il est beau, ce plateau ! A 1 350 mètres d’altitude, on n’a plus l’habitude !
E nsuite, la poursuite, à la truite ! La fuite, mais 2, ont été cuites, tout de suite !

J ‘irai dans trois semaines, ma foi, quelle aubaine, je me sens sereine !
O n a partagé, en toute simplicité, ces moments d’été, pour se reposer.
U n acrostiche, nouveau-né, mes congés ne sont pas encore terminés !
R egard complice, bavard, calculatrice… et notre conductrice est novice…
S top à la lecture - écriture. Et hop, tout en musique, c’est magnifique.

Voir aussi :
Jontanels, à la ferme, tous les jours…
Pour Jojo et Dédé
Un conte de fée

1 commentaire

J ontanels est un charmant petit hameau perché tout là-haut… là-haut !
O n le situe bien, dans la Lozère… A quelques kilomètres de Gatuzières…
N on, non ! Ce n’est pas en galère… Vous suivez juste le lit de la rivière…
T oute la minuscule route goudronnée serpente à travers l’immense forêt…
A ccompagnée de rochers, arbustes, verdure. On est tous en pleine nature !
N oyés sous le ciel bleu, chauffés d’un soleil généreux, ils vivent heureux !
E t la Jonte, offre, sans honte, son eau gelée qui coule le long de la vallée…
L e tintement de toutes les clochettes résonne au loin dans la montagnette…
S i vous voulez mon avis, c’est un vrai petit paradis pour une longue vie !

A vec le chant des oiseaux, les criquets, ce tableau nous a réellement enchantée.

L e long du chemin de terre caillouteux sèchent linge de maison et torchons…
A l’ombre de l’arbre reposent les chatons sur une table marron, ça sent bon.

Ferme de Jontanels

F ontaines d’eau glacée à déguster, gros bidons de lait ouverts à l’air frais,
E t dans le recoin ombragé, bien soignés, les lapins et leur petit bout de nez…
R empli et fleuri avec des couleurs assez vives, le jardin a des odeurs festives…
M uscade, c’est la petite chienne noire et… Casse-pieds, la chèvre préférée,
E t dans la belle ferme en pierre, tout respire le bonheur et la bonne humeur.

T ous les matins, à onze heures, on commence la fabrication des fromages…
O u alors en fin d’après-midi, regardez la Traite des Blanches, de tout âge…
U ne quarantaine de chèvres, quatre vaches ; Quelques veaux et chevreaux…
S i vous souhaitez y assister, c’est entièrement gratis, mais sans le pastis…

Ferme de Jontanels : la fromagerie

L e concerto endiablé pour cochons affamés nous a tous fait trembler. La paix !
E t toute la journée, présentation, dégustation et revente des produits fermiers…
S aucissons, pâtés, confits de foie, la Tomme, pur ou mi-chèvre, cela va de soi !

J e voudrais vous en dire davantage mais il me faudrait bien plus qu’une page !
O n remercie sincèrement Marc, Agnès pour tous ces bons moments partagés,
U n petit emplacement pour se reposer et une belle journée, hors de la réalité.
R endez-vous cet été, sans invitation, ni partition… sans tambour, ni trompette…
S urtout, rencontrez-les ; et dans leur beau métier, il n’y a pas de jour de fête !!!

Voir aussi : Mon petit nid douillet de l’été

aucun commentaire

C alme, bonheur, bonne humeur… C’est selon votre coup de cœur…
A
ccueil apprécié avec liberté, convivialité, mais en toute simplicité…
M
agnifiques villages de tout âge… Merveilleux paysages de verdure…
P
êche à la truite, ni en mer, ni de Schubert, mais pourvu que ça dure…
I
mmenses chênes et peupliers centenaires, on est…dans la Lozère.
N
otez les activités variées, la piscine, l ‘eau gelée, le grand marché…
G
agnez l’apéro à la pétanque, au tarot, rami, baby ou à la belote, té !

D ans le silence de la nuit, on entend dehors qu’un même bruit !
E
t la rivière, généreuse, nous endort qu’avec sa simple berceuse.

L e matin, dans le lointain, appréciez les caresses du soleil… Quel réveil !
A
vec les petits oiseaux, notre Duo Maryse - Jo et leurs petits quiproquos…

M on “Jo” … Qu’il est vraiment beau, “Ton Joli Paradis”
O
h, oui !… Mais maintenant, c’est la Véro. qui te le dit…
T
out le monde t ‘apprécie, tes copains t ‘envient, ta “maîtresse” te languit…
H
eureux et joyeux comme un coq en pâte… au milieu de ta basse-cour,
E
n compagnie de tes amis, avec hâte, aux ” cieux ” tu y es, tous les jours !

E n s’engageant sur la bonne autoroute, allez ! En avant toute !
N on ! A la sortie Quarante ! Oui ! Tu peux enfin monter la tente !

L e camping-car est admis mais… le double essieu est interdit…
O n a quand-même la belle vie, ici, dans ce petit coin de pays…
Z ut ! Les vacances, quelle malchance !… vont bientôt se terminer…
E t nous, on se la coulait douce durant toutes ces longues journées…
R emarquez, j ‘ai bien aimé le camping où j ‘ai séjourné cet été…
E ncore Merci… Je suis “ravie o’ lit” et à très bientôt, Maryse et Jo…

 De passage à La Canourgue (Lozère)

Voir aussi : Mon petit nid douillet de l’été

aucun commentaire