“Boun Annivèrsari !”
Publié à 7:57 dans Mon demi siècle...

« Pas une obligation » ? Pitchoune, vous galéjez ?
En quelques vers choisis célébrer vos années,
C’est chose que je vais sur le champ entreprendre,
Dont je goûte d’avance tout le plaisir à prendre.

Cinquante années ? Déjà ? Je ne peux pas vous croire !
Vous êtes sûre, vraiment ? C’est bien vrai, cette histoire ?
Car à vous voir, ma belle, on ne peut que douter
Que sur vous tout ce temps déjà ait pu passer !.

Je ne demande pas quel est votre secret
De jeunesse éternelle (parce que je le sais !) :
C’est d’avoir ce joyeux et ardent caractère
Don que le Sud aux siens réserve sur sa terre.

Et puis ce petit plus, vous êtes musicienne.
Car il me semble bien que quelque Muse ancienne
Se soit penchée un jour sur ce petit berceau,
D’où vous jetiez vos premières notes « allegro ».

Etant un peu « pais », nous avons tous les deux
Le goût de la musique et celui du ciel bleu…
Laissez-moi donc vous dire, ainsi qu’un vieil ami,
En la lengo nosto « Boun Annivèrsari ! »

Je vous embrasse bien fort à cette occasion (de loin, et je le regrette !)

Francés, lou vièi gardian.

Réponse de la “Pitchoune” au “gardian”…

F ranchement et du plus profond de mon cœur,
R avie, je vous remercie pour ce gentil bonheur.
A la date du 19 mars,  j’aurai une petite pensée,
N oyée en un nuage bleuté de baisers imaginés.
C omme tous les “poissons”, en vrais polissons,
O n chante la même chanson parfois à l’unisson.
I mprovisation, délectation, et sans la partition !
S oyez heureux avec La Cigale en pleine action.

A ccompagné de “Sète” courte bafouille sétoise,
U n joli cadeau et bon resto, j’en reste pantoise.
R egardez-moi, le printemps arrive à grands pas,
E t grand ciel bleu, nuages heureux sont déjà là.
N otre “Joyeux Anniversaire” ! Tout en musique !
T oute mon affection, pas sous l’Arbre magique,
I l était un bel olivier, eh oui ! votre olivier préféré.

Gros bisous de la pitchounette de Sète…

aucun commentaire
Joyeux anniversaire !
Publié à 7:50 dans Mon demi siècle...

V iennent les jours qui défilent
E t les années qui passent,
R ien ne laisse à dire
O u à penser, qu’un demi siècle elle fasse.
N ul ne sert de courrir après le temps
I nflexible et réglé comme un métronome.
Q uoi qu’il en soit,
U nissons-nous pour fêter cet évènement
E t faites pêter la bouteille énergiquement.

Ma copine Florence de Palavas

aucun commentaire