Deux minutes de marche… sur un sentier sécurisé,
A travers l’agréable forêt, tout en charme décalé.
Trois, pour cette belle visite à l’ancienne, originale,

Aurore, notre charmante guide… en saison estivale.

L’exclusive grotte de la Luire, du nom de son démon,
La légende de la femme-serpent ailée, O’non de non.
Super cours d’histoire, devant ce porche historique,
Fabrication de bougies, virée sans torche électrique.

N’y voyant goutte, je m’accroche sans équivoque,
Au charmant papy dans cette ambiance d’époque.
Température sept degrés… dans la bonne humeur,

Dirigés au son de la voix, voici mon grand bonheur.

Un léger frisson frivole… descend le long du dos,
Ne sachant plus quoi imaginer, sinon que du beau.
J’envoie tout de go… quelque petite plaisanterie,

Pour détendre cette atmosphère, alors là, on rit.

Soudain… penchons-nous sur le côté… la frayeur.
Voici le gouffre de trente mètres de profondeur.
Serpentons dans le lit de Dame Rivière asséchée,

Certains endroits, ont des éclairages appropriés.

L’évasion s’effectue… par cette étroite galerie,
Gare aux flaques, baissez-vous jusqu’à la sortie.
En passant devant l’écran, voilà la beauté à nue,

Vision de la cavité sèche… puis là-voici en crue…

Je n’en dirai pas plus pour maintenir le mystèr’,
Mais suite à tout cela… allons vite prendre l’air.
Dans les entrailles de la terre, en explorateurs,
Ou comme l’ours des cavernes, même pas peur !

Comments Off

A la Chapelle en Vercors se localise un royal trésor,
Variété de fabuleux joyau… en ce magnifique décor.
En mille neuf cent dix-huit, le solitaire Fabien Rey,
D’une trentaine de chiens… était toujours escorté.

Marseille de son surnom était passionné de nature,
A chaque journée appréciée, une nouvelle aventure.
Par l’ouverture d’un scialet une de ses bêtes a chuté,
Compagnon courageux… il est descendu la chercher.

Armé d’une simple corde, Fabien aperçut la galerie,
Remonta son toutou, muni d’une minuscule bougie,
Redescendit et découvrit… ce véridique sanctuaire.
Erosion eau de pluie toutes deux complémentaires.

Fin août, de l’année mille neuf cent soixante-dix,
Aménagement du puits et éclairage, furent bâtis.
Il y a une dizaine d’années… le tunnel aménagé,
Un serpentin de marches et dix degrés à l’année.

Petits coquillages incrustés, orgues, draperies,
Cigales… marmites, coulées et chauves-souris.
A notre retour, cette voûte tellement généreuse,
Laissait apparaître, une cathédrale silencieuse.

Emerveillée par tant de beauté, la bouche bée,
Mirettes écarquillées… aveuglée par la cavité,
Je m’envole, comme un ange vers d’autres cieux,
Aussi insouciante qu’un petit oiseau bienheureux.

Comments Off

Enfin, voici l’agréable route des vacances,
J’en connais qui ont beaucoup de chance.
En direction de cette Drôme provençale,
Soleil chaleureux, notre cœur s’emballe.

A Allex… explorons la gare des ramières,
Balade à pied, à vélo, le long de la rivière.
Visite culturelle… pour familles, enfants,
Moments remplis d’instant si touchants.

A six cents mètres, l’aquarium des Tropiques*,
L’invitation à voyager… dans ce site aquatique.
Cinq régions du Monde très bien représentées,
Nageant en eau douce ses poissons font rêver.

L’huilerie Richard, suscite toute votre attention.
De père en fils depuis plus de cinq générations.
Rencontre intéressante, au fil de la discussion,
Leur savoir-faire contribue aux belles traditions.

Riche magasin, avec d’excellents produits régionaux,
Huiles d’olives très goûteuses et savoureux gâteaux,
Variétés de vinaigres aromatisés, pâtés si parfumés,
Succulentes terrines… jus de fruits… achat satisfait.

A dix heures et demi… tous au Zoo d’Upie,
Spectacles de rapaces, perroquets par ici !
Zano  et Nina, Mambo et Kalima sa chérie,
“Mini Soni”… venu tout droit de sa nurserie.

Le jardin des oiseaux, dorlote ses mille animaux,
En ce luxueux domaine de six hectares, chapeau.
Mais cette chaleur orageuse appelait Dame Pluie,
Arrivée le soir même… avec son festival de bruits.

La jolie cave Carod… Clairettes, Crémants… à Vercheny,
Son magnifique musée dédié au travail du vin, m’a séduit,
Au travers de quatre sublimes saynètes, bien sonorisées,
Découvrez aussi les coutumes vigneronnes moi c’est fait.

Cave Jaillance à Die, l’imposant bâtiment illuminé,
Une heure appréciée, un jeune guide expérimenté,
Avec ce subtil bar à bulles mais la raffinée fruitée
Reste ma favorite, mes vingt euros y sont passés.

Juste à trois kilomètres… la ferme aux papillons,
Un superbe coin d’élevage, pour ses champions.
Des centaines de beautés vivent ainsi en liberté,
Cette éblouissante aventure, venez y participer.

Arrêtés émerveillés au sommet du Col du Rousset,
Une vision généreuse, sur l’étroite route en lacets.
Jouant à cache-cache… Maître Brouillard batifole,
A la sortie du long tunnel pas besoin de boussole.

Vaste parc de la Draye blanche, lieu passionnant,
Accueillis par cette originale chorale d’aboiements,
Thomas bichonne sa meute de chiens de traîneaux,
Infatigable… malgré ce temps vraiment trop chaud.

Il était une fois, la découverte du site paléontologique,
Dans le mystérieux sous-sol de ce scialet** magique.
Il y a dix ans un plaisant tunnel sécurisé fut aménagé,
A La-Chapelle-en-Vercors… cette majestueuse cavité.

L’exclusive grotte de la Liure, du nom de son démon,
La légende de la femme-serpent ailée, O non de non.
Pas de cours d’histoire, devant ce porche historique,
Fabrication de bougies, visite sans torche électrique.

Au village de La Sône se dévoile notre embarcadère,
Sète superbe croisière, du bateau à roue sur l’Isère*.
Le coquet jardin des fontaines pétrifiantes à bâbord,
Cascades, jets de larmes, plantes, fleurs, le trésor !

Ce noble paquebot, de vingt-trois mètres de longueur,
Représente pour Eric son capitaine, que du bonheur !
Clémence, divine matelot-hôtesse, sa bonne humeur.
L’étape très privilégiée offerte par nos deux serviteurs.

Arrivés à Saint-Nazaire-en-Royans naturellement,
Après le déjeuner, sur ce charmant port, gaîment,
Certains gamins nourrissent la flopée de canards,
Allongé sur un banc de bois se détend le Bernard.

Nous revoilà enfin ! à quinze heures, sur le ponton,
Fins gourmets, frais et dispos, comme un gardon.
Soudain, un orage de grêle s’invite, sans prévenir,
D’une durée illimité… ne gâchant pas mon plaisir.

Les Kway de sortie, tous aux abris dans le carioca***,
Gentil repos bien mérité en ce nid douillet que voilà,
Tandis que Dame Pluie s’amuse… à la percussion,
Apprécions la fraîcheur, la rythmique de l’audition.

Quelques heures après, au volant vers Montélimar,
Dernière et reposante nuit à l’aire de camping-car.
Eyguebelle… le vrai goût du fruit… notre distillerie,
La plus médaillée de France se localise à Valaurie.

Palette de saveurs à partager en toute convivialité,
Châtaignes d’Ardèche, citron, violette… anis étoilé,
Menthe verte, appétissants produits, mes préférés,
Espace dégustation, boutique et agréable musée.

Là-aussi, ma serviable carte bancaire a fonctionné,
Amoureuse de kirs à la châtaigne, faux perroquets.
Cinq journées autant variées, se changer les idées,
Malgré ce climat imparfait, je me suis bien régalée.

*   poème entier classé catégorie “Drôme”
**  scialet : nom donné au gouffre dans le Vercors
*** petit nom affectueux de notre camping-car

Comments Off
Le bateau à roue Royans-Vercors (26)
Publié à 13:17 dans Drôme, ses environs

Notre impressionnant bateau à roue, Royans-Vercors,
Vous fera découvrir et imaginer… l’envers de ce décor.
Comme ses cent quarante visiteurs sur deux niveaux,
En mil neuf cent quatre-vingt onze… il fut mis à l’eau.

Notre noble paquebot de vingt-trois mètres de longueur,
Représente, pour Eric son capitaine… que du bonheur,
Clémence, divine matelot-hôtesse… sa bonne humeur.
Un vrai moment privilégié offert par nos deux serviteurs.

Bienvenue aux passagers en escale au village La Sône.
On appareille ! Au coup de sirène… là je m’abandonne.
Croisière “Louisane”… sur les flots calmes de l’Isèr(e),
Afin d’observer faune, flore, mais surtout changer d’air.

Le coquet jardin des fontaines pétrifiantes à bâbord,
Cascades, jets de larmes, plantes, fleurs, le trésor !
Ensuite son complice le château toujours magnifique,
Aux toits reconstruits, dans une autre ère historique.

Riche de ses vingt sources, et abondantes tuffières,
Vers cet imposant rocher… demi-tour sur la rivière.
Dix kilomètres à l’heure, on navigue tranquillement,
En levant les yeux le pont suspendu naturellement.

De jeunes hérons cendrés se dorent sur l’arbre mort,
Voici l’héronnière, quelques petits, sur le nid, dehors.
Cinq canetons minuscules barbotent en cette chaleur
Et maman canne surveille, tous ses bébés plongeurs.

Deux ragondins traversent, pour se mettre au frais,
Et sans se presser se laissent ainsi photographier.
Une belle nichée de foulques et rejetons, si gentils,
Quatre cormorans prennent la pose, tout près d’ici.

En face s’offre à nos yeux un splendide pont routier,
Se reflétant pareil au miroir… à St-Hilaire-du-Rosier.
Des barrages EDF dévient notre superbe promenade,
Sur la Bourne à midi, prend fin l’étonnante escapade.

Au port de St-Nazaire-en-Royans, tout simplement,
Pause-déjeuner en cette charmante ville, vraiment !
Visitons la grotte Thaïs... les temps préhistoriques,
A l’époque de l’homme de Cro-Magnon fantastique.

Nous revoilà, enfin ! à quinze heures, sur le ponton,
Fins gourmets, frais et dispos comme des gardons.
Ce séduisant capitaine, casquette lunettes foncées,
Accueille de nouveaux arrivants toujours enchantés.

Le célèbre coup de corne. En avant, à l’abordage !
Dame Nature dévoile tous ses luxuriants paysages.
Puis la paisible traversée… permet alors l’évasion,
Le gigantesque aqueduc sert de canal d’irrigation.

La présente de vertigineuses falaises du Vercors,
Roches rouges, en toile de fonds, tel un support.
Les vaporeuses brumes matinales se sont levées,
Un couple de kayakistes pagayent de l’autre côté.

Avec vingt centimètres de fond, voilà les vasières,
Brochette de canards, goélands - très familières.
Tous les marécages pour oiseaux, ces roselières -
Couvées de printemps, quelle ravissante volière !

La Bourne… bénéficie des eaux de couleur verte,
Chargée de micro-algues, on s’en doutait certes.
Les autres, celles plutôt gris clair ou plus foncé,
Rassasiées de limon, boue et roches mélangées.

Quelques abris pour chasseurs, pas accessibles,
Sauf en canot et les appeaux attirent leurs cibles.
De même par ici, plusieurs cabanes de pêcheurs,
Carpes, brochets, truites, goujons… promeneurs.

Des noyers en Drôme, Isère et Sud de la Savoie,
Récoltés en automne… succulente huile de noix.
Certains vieux séchoirs, ouverts aux quatre vents,
Où ces fruits séchaient à l’air libre, si facilement…

Différents tuyaux servent de station de pompage,
A ces nombreuses cultures tout le long du rivage.
Pilotage en rez-de-chaussée, pour l’embarcadère,
A l’étage… visite plongeante sur la voie princière.

Soudain un orage de grêle s’invite, sans prévenir,
D’une durée illimitée, ne gâchant pas mon plaisir.
Tous aux abris… le Kway de sortie… c’est inédit,
Une kyrielle de mercis, on vous aime nous aussi.

Comments Off

Sur le plaisant pont de bois, qui surplombe le bassin,
Une jolie flopée de tor
tues de Floride prend le bain.
Certaines se pavanent, et se dorent sur les rochers,
En compagnie de poissons rouges… copains préférés.

A l’entrée, l’immense pièce toujours climatisée,
Où six autres voraces surveillent notre arrivée.
Cinq régions du monde évoquées, Afrique, Asie,

Amériques du Sud… Centrale… enfin l’Océanie.

Au premier aquarium, je reste scotchée sur place,
Deux poissons-chats à queue rouge… se déplacent.
Enormes… imposants… un mètre vingt de longueur
Pour presque quarante kilos, alors là quel bonheur.

Ils gigotent à la verticale, enchaînant la cadence,
Mâchoires charnues… tout en soutenant la danse.
Six grandes moustaches afin de mieux s’orienter,
La somptueuse robe jaune, orange, bien tachetée.

A côté six adorables raies se grattent sur le sable,
Se laissant caresser par les galets, c’est agréable.
Pendant que sept léporinus à bandes se baladent,
Au milieu de toutes ces demoiselles qui les badent.

Cinq piranhas herbivores poirotent pour la photo,
Immobiles, paisibles… un mètre… vingt-cinq kilos.
Toutes ces belles créatures… m’incitent à rêver,
Cet envoûtant espace aquatique, invite à voyager.

Des silures-grenouilles, en tenue velours côtelé,
Et deux requins-barbus batifolent… à leur côté.
Trois poissons-alligators picotent sur la vitre,

Une vingtaine d’arc-en-ciel, jouent les arbitres.

Juste en face d’eux, avec leur bas-ventre très rouge,
Quelques piranhas carnivores, là… personne ne bouge.
Notre silure à bandes aux nageoires impressionnantes,
Derrière sa branche, savoure son moment de détente.

Plus loin, une façade entière s’offre à nos yeux,
Une centaine d’individus colorés… bienheureux.
Deux poissons-girafes au comportement insolite,
Nettoient leur paroi vitrée, viens voir, vite vite…

Aussi cet élégant requin en harmonie, fait le beau,
Il passe, repasse, se fait tirer le portrait. Cadeau.
Quatre gouramis géants patientent tranquillement,

Trois poissons-couteaux nous observent gentiment.

Harmonieuse collections d’insectes, de papillons,
L’attrayante boutique de souvenirs en conclusion.
Salle climatisée pour visionner la vidéo endiablée,

Un étonnant film de quarante minutes, diversifié.

La cafétéria, son bar, la terrasse et son accueil,
Pour Sète intéressante visite, bon pied bon œil.
Une odyssée autour du monde je vous le signale,
Située à Allex, la charmante Drôme provençale.

Comments Off

ALLEX - UPIE - MONTOISON
La gare des Ramières à Allex - 04.75.41.04.41 (surtout en famille)
et
L’aquarium des Tropiques à Allex - 04.75.62.62.11
et
Le jardin des oiseaux à Upie - 04.75.84.18.71
et
Huilerie Richard à Montoison - 04.75.25.02.64

VERCHENY
Caves CAROD - visite du fabuleux musée

DIE
Accro ‘ Parc Aventure - 06.79.37.18.38 (surtout en famille)
et
Cave de la Jaillance - 04.75.22.30.15 - visite de la cave
et
La ferme aux papillons - 04.75.22.17.90 (surtout en famille)

Saint-Agnan-en-Vercors
Grotte de la Luire - 04.75.48.25.83

La-Chapelle-en-Vercors
Grotte et parc de la Draye Blanche - 04.75.48.24.96

Saint-Nazaire-en-Royans

Grotte de Thaïs - 04.75.48.45.76
et
Le jardin des fontaines pétrifiantes
et
Le bateau à roue - 04.76.64.43.42 (plusieurs options)

HAUTERIVES - LENS-LESTANG - MORAL-EN-VALLOIRE
Musée du Facteur Cheval à Hauterives - 04.75.68.81.19
et
Les labyrinthes + expo. le grand temple égyptien à Hauterives - 04.75.68.96.27
et
Village des Ours et poupées à Lens-Lestang - 04.75.31.84.29
et
Distillerie Ogier à Moras-en-Valloire - 04.75.31.80.63

TAIN L’HERMITAGE
Valrhona cité du chocolat - 04.75.09.27.27

BOURG-DE-PEAGE
Musée de la Pogne - 04.75.05.52.00

MONTELIMAR
Fabrique et musée du nougat Arnaud Soubeyran - 04.75.51.01.35
et
Palais des bonbons et du nougat - 04.75.50.62.66


Valaurie : Domaine d’Eyguebelle  (la folie douce des sirops, un délice, un régal…)
Pierrelatte : La ferme aux crocodiles - 04.75.04.33.73 (voir les 2 poèmes…)

MUSEES - ATELIERS - MAISONS
Romans-sur-Isère : Musée international de la chaussure - 04.75.05.51.81
Vassieux-en-Vercors : Musée de la Préhistoire - 04.75.48.27.81
Vassieux-en-Vercors : Musée de la résistance - 04.75.48.28.46
Vassieus-en-Vercors : mémorial de la Résistance - 04.75.48.26.00
Valence : Musée de Valence - 04.75.79.20.80
Taulignan : Atelier Musée de la Soie - 04.75.53.12.96
Saint-Paul-Trois-châteaux : Maison de la Truffe et du Tricastin - 04.75.96.61.29

CHATEAUX
Château de Grignan - 04.75.91.83.55
Château de Suze-la-Rousse - 04.75.04.81.44
Château des Adhémar Montélimar - 04.75.00.62.30

aucun commentaire

S’envolant de Sète, jusqu’à St Rémy de Provence,
Voyons Florame, centre ville, à notre convenance.
Une boutique – musée, des huiles essentielles bio,
Cosmétiques, espace soin, riche magasin si beau.

Continuons à Ménerbes dans le Parc du Lubéron,
Maison de la truffe et du vin, nous découvrons.
Restaurant, bar à vins… divin jardin panoramique,
Appréciations… concerts, expositions artistiques.

En plein cœur de l’Ardèche, à Privas exactement,
Les établissements Clément Faugier simplement.
Présentation, de la succulente Crème de Marrons,
Magnifique commerce, on y laissera quelque rond.

Saint Etienne de Fontbellon, le Petit Ardéchois,
Fabrication artisanale, à l’ancienne…quel choix !
Visite, dégustation gratuite de nougats bigarrés,
Ainsi, ici, la carte bleue a super bien fonctionné.

Vers Saint Privat direction Lussas, la biscuiterie,
Les Châtaignettes… fabrication artisanale aussi.
Ces confitures cuites au chaudron, la nouveauté,
Plaisirs gourmands, succulents… achat acquitté.

Après, balade à Vogüe joli hameau de caractère,
Son château possède, une réputation légendaire.
Mais pas de visite guidée, il faut revenir cet été,
Tandis que dame rivière roucoule sur les rochers.

Balazuc… village médiéval sur la falaise, perché,
Serpentin de ruelles sinueuses, passages voûtés,
Le sublime caveau nous appelle, venez savourer.
Aussitôt dit, aussitôt fait… en caisse pour payer.

Au pied des Cévennes Ardéchoises, Rosières,
Virée à la brasserie, à la découverte de bières.
A Planzolles au cœur du Parc naturel régional,
La Terra Cabra chèvre et Picodon, c’est génial.

Marsanne, bourg rural de la Drôme provençale,
Vieux et mystérieux, avec sa forêt communale,
Ses incroyables maisons de pierre, sa chapelle,
La charmante promenade, sur la place actuelle.

Autichamp, voisins plaisants, quatre fontaines,
Sa petite école… l’instituteur…  quelle aubaine !
La gentille mamie, raconte l’histoire de ce site,
Calades fleuries, église, panorama sans limite.

Saint Sauveur en Diois… douce halte-soirée.
Joyeux pique-nique improvisé, le rosé au frais.
J’adore ces endroits, très calmes… ravissants,
La bonne humeur rythmait, nos bons moments.

A Saint Die, la cave Jaillance et son crémant,
Le majestueux bâtiment est si impressionnant,
Bien illuminé bien achalandé, cartons emballés,
Il y a longtemps, commande passée c’est fait.

Suivant notre circuit, Vercheny, oui c’est ici.
CAROD le Musée de la Clairette, nous voici.
Mirettes écarquillées, sans voix bouche bée,
Découvrons les mises en scènes sonorisées.

Le travail du vin… les traditions vigneronnes,
Plusieurs langues parlées là je m’abandonne.
Causeries intéressantes, joutes captivantes,
Personnages divertissants assez amusants.

Un instant agréable… tellement authentique,
Visionné deux fois, à l’occasion, magnifique.
Pendant le laps de temps vente concrétisée,
La provision de succulents vins à apprécier.

Partis mardi jusqu’à samedi… l’Aventure !
Découverte délectation, pourvu que ça dure.
Sète soirée réservée, pour Miss Montélimar,
Toujours présents, avec Mon gentil Bernard.

Plaisir de rencontrer nos Reines de beauté,
Dédicaces, photos, et bisous, pour de vrai,
Ces solennelles cérémonies, remise de prix…
Heureux mais ruinés, sous le soleil du Midi.

aucun commentaire

Les garde-bœufs à la ferme de Pierrelatte

Nous voici arrivés, quatorze heures pétantes, pour la conférence.
Mais ici c’est le pied, le bonheur, ces animaux mènent la danse.
En cheminant bien tranquillement dans l’allée cimentée, arborée,
Philodendrons, caramboliers, papayers nous invitent pour visiter.

Au détour d’une chute d’eau, ce croco se laisse caresser la peau,
La tête puis son long museau, Monsieur veut “planter le drapeau”.
Voilà qu’il déambule,  glisse droit devant pareil à un somnambule.
Là-bas ! Quelques bulles ! Ne serait-ce pas pour un conciliabule ?

Janvier à avril le moment trop subtil, ne te découvre pas d’un fil.
Chef de tribu viril avec son profil, le harem ne bouge pas d’un cil.
Maître Alli serpente en lents et réguliers mouvements de queue,
Des sillons en V, notre bel amant est tout simplement amoureux.

A l’intérieur de l’immense serre, composée de nombreux bassins,
Sur les grands îlots de terre, les troncs d’arbres guettent le festin.
Quinze heur ‘ le nourrissage… les-voilà tous au bord de la plage.
De bon cœur, à l’abordage ! “A moi à moi, oui j’ai été bien sage.”

Les garde-bœufs à la ferme de Pierrelatte

Les majestueux et imposants somnolent gentiment sur le sable.
Tous les autres attendront le lendemain, pour se mettre à table.
Comme une horloge bien réglée, le soigneur balance des poulets.
Comme des véhicules bien rangés, la gueule ouverte, la becquée.

Quelquefois donc moitié-moitié, l’aile ou la cuisse tu l’as gagnée.
Et pan ! Sur la tête. Manqué !!! “Oui, mais je ne suis pas affamé”…
Une palanquée de gracieux oiseaux, peuple ce paradis magique.
Notamment une trentaine d’hérons garde-bœufs… si magnifique.

Ainsi ce plaisant spectacle de volatiles attachants bien blancs,
Devant l’amphithéâtre, devient un moment émouvant, touchant.
Eux aussi vivent pareils aux rois, avec nourriture de bon choix.
Alimentation variée comme moi, une bonne mine, cela se voit.

Les garde-bœufs à la ferme de Pierrelatte

En légumes Jack déjeune avec dames Tortues des Galapagos,
Dans ce bassin, ce jeune pèche le poisson cru, tout ça gratos.
Bananiers… goyaviers… autant de fruits partagés, et à volonté.
Au sol, graines, insectes, vers… restes de viandes panachées…

Pour petits et grands, aire de jeux… attractions… restauration.
Certains guides charmants répondent volontiers aux questions.
Venez passer une agréable journée, à la ferme aux crocodiles,
Dans ce monde très fascinant, où cohabitent tous ces reptiles.

aucun commentaire

Le magnifique paradis se situe pas très loin du coeur de ville.
Venez donc découvrir cette île magique, tellement tranquille.
Trois cent trente cinq crocodiles m’attendent… pour la visite.
Trente cinq beaux mâles, trois cents femelles qui cohabitent.

La plus commune des espèces reste le caïman à lunettes,
A cause de ses yeux rapprochés voyez ici leur bonne tête.
Le plus petit, le caïman nain mène une existence discrète,
Et dissimulé derrière son tronc, il savoure la vie, si secrète.

Un splendide couple d’alligators albinos, blanc, se repose,
Immobiles sur la branche, toujours prêts à prendre la pose.
L’immense serre ombragée de 18 à 28 degrés est ventilée
Puis rafraîchit d’un brouillard artificiel, surtout en plein été.

Une jolie cascade limpide, où je mime Tarzan, pour la photo,
Mais pas de démonstration, voilà des bulles sortant de l’eau.
Parade nuptiale-accouplement, tout bascule selon la formule.
De janvier à avril, que du bon temps pour ces belles crapules.

Chaque mâle dispose d’un harem, dix charmantes femelles,
Puis délimite son territoire et surveille ses fines demoiselles.
En guise de petits déjeuners, des volailles, lapins, vitamines.
Deux kilos par croco par semaine, je leur trouve bonne mine.

Le mercredi et le dimanche, ces en-cas attirent leur attention.
Ensuite, la sieste programmée…avec trois jours de digestion.
Ils communiquent entre eux, par grognements, vagissements.
Encore un baston ! Histoire de monter le ton… innocemment !

Un royaume enchanté entièrement destiné à Ses Majestés.
Même certains pistonnés ont droit à… “leur plage réservée”.
Décor harmonieux de jungle…multiples variétés de plantes,
Appartenant à plusieurs familles différentes, quelle détente !

Ces créatures se déplacent d’une démarche si flegmatique.
Leur gueule ouverte nous laisse admirer les zigomatiques.
Le gavial, fin, noir au long nez est l’espèce la plus menacée.
L’alligator du Mississipi demeure le plus connu, je le savais.

Seuls, les yeux, oreilles et narines dépassent de la surface.
Le sable fin qui leur caresse le ventre leur sert de paillasse.
Promenez-vous tranquillement avec “ses beautés”, sur l’île
Et prenez votre temps pour visiter “la ferme aux crocodiles”.

Ce poème sympathique a gagné une mention très honorable
section Jean de la Fontaine 2012 au 44ème concours international de poésie Rencontres / île des poètes à Ste Geneviève des Bois.

aucun commentaire