Le premier nid douillet…
Publié à 13:58 dans Concerto et Sonatine

De petites pattes frêles et un joli plumage déjà jaune,
Voilà notre Menuet, sur la branche, qui s’abandonne.
Le lundi de pentecôte… voici maintenant le plongeon.
Quelques battements d’ailes… et il atterrit d’un bond.

Son envol majestueux, avec un saut si dynamique.
Ce coup de baguette magique, toujours magnifique.
Tout petit, mignon, il tient dans le creux de la main.
Un tantinet maladroit, Monsieur découvre son jardin.

Toute la journée du matin au soir, bien nourri choyé,
Ses parents se relaient pour lui apporter la becquée.
Tranquillement dans son petit coin, il observe la vie,
Les longs va-et-vient, les couinements et les cui-cui.

Enfin le mercredi notre deuxième bébé en a profité,
Pendant que l’on déjeunait… Désirée s’est envolée.
Mademoiselle, tout en déployant ces courtes ailes,
A rejoint son aîné qui l’encourageait, de plus belle.

Quelques temps plus tard, Mélodie dernier poussin.
Si frêle, plus menue, a simplement suivi son destin.
Elle se remplume doucement, n’est plus en danger.
Ce premier nid confortable reste désormais déserté.

2 commentaires
Beauté de l’éclosion…
Publié à 15:45 dans Concerto et Sonatine

Dans son nid très douillet,
Sonatine veille sa couvée.
Concerto, de bonne volonté,
Lui apporte ainsi la becquée.

Des cinq œufs pondus jour après jour,
Un seul, pour l’instant, a dit “bonjour”.
Je l’entends très doucement couiner,
Encore minuscule, et déjà poussinet.

Concerto mange comme quatre,
Ne se laisse surtout pas abattre.
Des graines vitaminées, millet, pâtée,
Mais les endives restent ses préférées.

Faisant le tri dans toutes ces graines,
Le mâle amène ces mets,  à la chaîne.
Avec le bec grand ouvert elle attendait,
La nourriture choisie par son bien-aimé.

Magnifique cadeau pour le premier mai,
Dans la ville de Saint-Céré,
Un petit huppé est né, et déjà baptisé,
Du joli prénom de “Menuet”.

aucun commentaire

Endormis dans cette magnifique cage dorée,
Roulés en boule, la tête repliée sur le duvet,
Deux majestueux canaris huppés, et jaunes,
Dans les bras de Morphée… s’abandonnent…

Et dès potron-minet, le concert a commencé.
Notes aigues, vocalises de trilles endiablées,
Ces jolis serins, toute la journée chantonnent.
Sons cristallins raffinés, ça m’impressionne.

Tout de go une surprenante volée de bécots,
Une trempette dans l’eau pour se faire beau.
Après ce bon petit bain à l’abri dans le bassin,
Encore un gros câlin, puis un succulent festin.

Millet et thym frais suspendus aux barreaux,
Sticks fruités et gâteau pour nos tourtereaux.
Mâche, figues, du pain et du Boursin, coquin !
Os de seiche, graines et eau sont mon destin.

Nos titis si adorables se tiennent bien à table.
Des amis infatigables musiciens inséparables.
De temps en temps, notre couple se querelle,
A coup de bec… et grands battements d’ailes.

Dans leur intérieur douillet et si confortable,
Les pioupiou vivent leur vie, imperturbables.
La belle arrange le joli nid pour la bagatelle,
Lui défait toute la ficelle, adieu la ribambelle…

aucun commentaire