Le tour de Bretagne
Publié à 20:37 dans Bretagne, ses environs, Voyages/Voyages

Mercredi 18 juillet 2018

A quatre heure trente… entrée autoroute de Sète,
Un bus récupère les voyageurs, la fête en navette.
Monsieur effectue son dernier ramassage scolaire,
La paradisiaque aventure tellement extraordinaire.

Dès potron minet, Orange  nous voici déjà arrivés,
Direction Pragues par ici, la Bretagne, de ce côté.
L’accompagnatrice, attentionnée s’appelle Elodie,
Egalement Elyès le patient chauffeur, qui conduit.

Accueil soleil chaleureux, ciel dégagé très lumineux,
Les nuages en boules de coton semblent harmonieux.
Installés à bord du nouveau car… coloris bleu canard,
Mon complice, ma moitié, nommé le gentil Bernard.

Un premier rond point, un volumineux panier osier,
Au second, ces divines tiges de coquelicots en biais.
A Tours déviation non signalée chamboule le chemin,
O pays merveilleux ! Te reverrai-je… un jour… enfin !

Vivement notre bel hôtel alors là que du bonheur,
Le Mans, après douze plombes, de bonne humeur.
Souper longuet… imaginez ces poulets à courser,
Bienvenue au lit, vite, dans les bras de Morphée.

Jeudi 19 juillet 2018

Etonnant ravitaillement avec brunch assez copieux,
Notre décollage à St Malo… visiter d’autres cieux.
Deux cent vingt kilomètres, la matinée à circuler,
Onze heures, port de plaisance pont amovible levé.

Admirez ces remparts, avançons Porte St Thomas,
Escaladons la quarantaine de marches, tout là-bas.
Corinne, super mentor, passionnante, passionnée,
Partage sa culture de son accent anglais prononcé.

Soudain… lentement, Dame marée tire sa révérence,
Mouettes rieuses, canards, goélands mènent la danse.
Et l’accès pédestre jusqu’au fort, demeure simplifié,
Note les deux chenaux, les feux, les bouées colorées.

Concernant le marnage… une question de profondeur,
Une centaine de brise-lames en bois tout en hauteur.
Chateaubriand, l’écrivain célébrissime, a été inhumé,
Debout… dialoguant avec Lady mer… pour l’éternité.

Au loin, toutes voiles dehors se présente le Renard,
Réplique du bateau pirate. Des pillards ? Trop tard !
Les petits murs ou passages étroits… les optimistes,
La plage propre, aménagée… allez hop tous en piste.

Statue de Robert Surcouf corsaire de Napoléon 1er,
Un grappin, une épée. Monument de Jacques Cartier.
Vois, les armoiries de la ville, refaites après guerre,
Identifiées sur ces plaques d’égout… là, par terre.

80 kilos de muscles environ les dogues de Bordeaux,
Protégeant justement la cité… observe son museau.
Yeux perçants, oreilles aux aguets, longues canines,
Langue rosée, joues rondes bref de fermes babines.

Prenons le temps de déjeuner, restaurant bien réputé,
Bien sûr, charmante compagnie ! Allons donc digérer.
Généreuse route côtière vers St Briac, quel panorama !
Traversons le pont de la station balnéaire… après cela.

A tribord, la ville de Dinar cette localité sympathique,
Et trois cents villas classées… monuments historiques.
Certaines… sont laissées à l’abandon, non entretenues,
Dans ses quartiers huppés bénéficiant d’une belle vue.

Douces criques abritées, peuplées de cabines bois,
Mignonnes embarcations, voiliers, sublime endroit.
Dorisses, le constructeur canadien les a baptisées,
Pareil au gracieux prénom de son épouse préférée.

Courte pause, sur la magnifique plage de la cerisaie,
Où ces bateaux favoris ensemble restent éparpillés.
Nombreux coquillages expressifs aux formes variées,
Peinture féerique… agréable… originale… dynamisée.

Flânons à la Pointe du Cap Fréhet aussi majestueux,
Deux phares, l’ancien côtoie le moderne bienheureux.
Emprunte le GR 34, ce fameux sentier de randonnée,
Falaises abruptes s’acoquinant à la flore diversifiée.

Selon l’heure, le moment, la lumière du jour,
Noyés, dans ces reflets émeraude, alentour.
Quittons ce splendide lieu, retour à St Malo,
Le fin dîner le nid douillet nous voilà au dodo.

Vendredi 20 juillet 2018

Entre la sublime Bretagne et la noble Normandie,
Le Mont-Saint-Michel devient alors… un paradis.
Sur cet îlot rocheux, bancs sableux, il est dressé,
Entouré de dunes, coquillages, de cette belle baie.

Toujours surnommé “la Merveille de l’Occident”,
Crustacés en vue au gré des marées, des courants,
Canards… mouettes… goélands… hérons profitent,
Nourriture abondante, repos sur ce splendide site.

Une navette-bus, l’Abbaye, ses nombreux escaliers,
Pour la visite audio-guidée. grimpons d’un bon pied.
Et monte, et redescend, dans cet endroit charmant,
Riches boutiques rue unique, procession, restaurant.

Découvrons les longs travaux de désensablement,
Enfin la construction du pont reliant le continent.
Couple perdu, problème de parking, sac oublié ici,
Un vendredi, l’après-midi, je vous l’avais bien dit.

Départ vers Cancale, fascinante ville, Ille et Vilaine,
Terroir où Demoiselles huîtres demeurent les reines.
Toujours si plates, draguées dans ces flots profonds,
Au goût plus salé, fonds de noisette, c’est trop bon.

Mignon port de pêche, puis port de plaisance,
Ces bateaux dragueurs à fond plat se balancent.
Une demi-heure… petit train vert touristique,
Partageons cet agréable moment sympathique.

Profitons de cette courte disponibilité à Dinan,
Dégustons crêpe-cidre enviés depuis longtemps.
Localité ravissante, calme entourée de remparts,
Basilique, divines façades, statues, que de l’art !

Fin souper savouré entre convives à St Brieuc,
La salade… à mourir de rire, un sac de nœuds.
Au bout de trois jours régnait la bonne humeur,
Nous nagions en plein délire sans forte chaleur.

Samedi 21 juillet 2018

Maintenant direction l’archipel de Bréhat,
Disséminés dans la baie 96 îlots que voilà.
La mer se retire… tout le monde apparaît,
Les oiseaux apprécient le petit déjeuner.

Une balade magique, croisière en mer en amateurs,
Cette superbe escale, promenade à l’île des fleurs.
Ainsi, Madame pluie sollicite un peu de compagnie,
Alors sans faire de bruit, notre Kway est de sortie.

Le plaisant bateau “Bréhatine” s’éloigne du ponton,
Bien installés sur les sièges, démarrage à reculons.
Quelques brins de soleil commencent à chauffer,
Tandis que le vent caresse mes cheveux emmêlés.

Un intéressant circuit seize kilomètres diversifiés,
Distinguant chenaux, camping aux criques abritées.
Les élevages de moules en suspension, ou flotteurs,
Signalés via des bouées doublées de trois couleurs.

Kyrielle de balises rouges… balises vertes… amères,
Pour la navigation de jour… cela leur sert de repère.
Bercés constamment par le mouvement de balancier,
Coin sauvage, bruyères fougères, je prends mon pied.

Les deux tours blanches, sémaphore, station météo,
Vois les fous de Bassan, autour du phare du Rosédo.
La flopée de coquilles St Jacques au port de l’Olivier,
La multitude de poissons, regroupés dans ces viviers.

Kyrielle de massifs d’hortensias aux tons nuancés,
Cortège d’agapanthes, forment d’immenses haies.
La virée pédestre, dans ces senteurs printanières,
Pendant que notre guide… s’amuse à l’aventurière.

Comme le film Jack et le haricot géant, magique,
Paimpol cultive quantité d’haricots magnifiques.
Délicates gousses jaunes… grains blancs nacrés,
Bonjour mon dos ! Car à la main ils sont récoltés.

Perros-Guirec, déjeuner, belle station balnéaire,
Des demeures en granit rose, quel savoir-faire.
La plage de Trestraou… l’archipel des sept îles,
Réserve ornithologique, jolis macareux en ville.

Ploumanac’h, le vrai village préféré des français,
Des kilomètres de rivage, sentier des douaniers,
Vadrouille amoureuse, super temps exceptionnel,
Commerces, dégustation de cidre, le septième ciel.

Finistère, mémorable route des enclos paroissiaux,
Vers Pleyben, un calvaire, son ossuaire très beaux.
Tout reflétait la fierté, la richesse des paroissiens,
Eglise sacristie, porche mur d’enceinte, tiens tiens.

Dimanche 22 juillet 2018

Visite guidée de Quimper étonnante ville mythique,
Pierre-Yves, notre accompagnateur, humoristique.
Huit heures dix, devant le théâtre, le fleuve Odet,
Adorables passerelles fleuries joliment animées.

Remarque ce gigantesque vélo, aperçu au jardin,
La prodigieuse cathédrale, nommée St Corentin.
Ecoutons… l’histoire du poisson dans la fontaine,
Ces vitraux, le Roi Gradlon, son cheval, l’aubaine.

Venelles dédiées à un corps de métiers particuliers,
Celle des bouchers, en pente, celle des chapeliers.
Des maisons à colombages, nanties de pans de bois,
A encorbellement, problème d’impôt, cela va de soi.

Messire Duc et Messire Comte se chamaillaient,
Pendant des années… oh quelle foutue pagaille !
Reconstruction au 19ème, l’Eglise St Mathieu,
Vitrail principal d’origine, poétisant ces lieux.

Non ! Ce n’est pas la Tour de Pise bien penchée,
Simplement une maison sur pilotis qui a bougé.
Rue de Laennec, Venelle du Poivre, l’imagination,
En l’an 2 000, plus d’un mètre 50 d’inondation.

La belle ville de Pont-Aven, coup de foudre magique,
Si renommée pour ses peintres, galettes historiques.
Perchés, non pas sur un arbre, mais sur une passerelle,
Regarde barboter canards, oies, et leurs ribambelles.

Dandinant du croupion dans ces fraîches eaux claires,
L’Aven, ses grosses pierres, cette rivière légendaire,
Nous ensorcèle courtoisement de sa tendre sérénade,
Tout en murmurant élégamment sa charmante aubade.

Flânerie paisible, le long du célèbre chemin ombragé,
Imaginant les artistes fascinés par cette luminosité.
Un seul moulin fonctionne la roue sert de décoration,
Notre hermine blanche à queue noire fait sensation.

Deux musiciens assis sur le banc jouent de la musique,
Poésie, des paysages, port, marée, quel site bucolique !
Dînette, puis beauté de la ville close de Concarneau,
Visite guidée de cette cité fortifiée, quel morceau !

A destination rapidement, les gens vont prendre l’air,
Vois le petit train peinture de la faïencerie Quimper.
Gracieuses fleurs, chocolats, pâtisseries, confiseries,
Fines porcelaines bleues blanches, très coquettes ici.

Trente-cinq minutes de balade, direction la corniche,
Commentaire royal sur fonds musical breton si riche.
Devant l’entrée de la localité, il patiente gentiment,
Attendant les estivants afin de savourer le moment.

A l’intérieur de la forteresse, ses commerces variés,
Grandiose magnifique, une journée bien ensoleillée.
Sur notre périple, un arrêt à la conserverie Courtin,
Produits locaux, spécialités du terroir, c’est certain.

Lundi 23 juillet 2018

Délicieux souper, hop à l’hôtel, on se lève tôt voyons !
Ce lundi 23, longue virée sur la presqu’île de Crozon.
La pointe de Pen-Hir, ses petits pois, quelle surprise !
D’énormes rochers avançant vers cette mer exquise.

Concernant tes clichés, imagine-toi au bout du monde,
Respirant le bon air pur, profitant de chaque seconde.
Six ancres, maison d’écrivains, à Camaret-sur-Mer,
Biscuiterie, fabrication artisanale, succulent dessert.

Voilà Locronan, un des plus beaux villages de France,
A table ! Déjeuner trois crêpes-cidre dans le silence.
J’affectionne cette merveilleuse cité, de caractère,
Une architecture sublime, une église extraordinaire.

Flopée de divines statues, imposants piliers, vitraux,
Superbes arcades… terrasses… son puits, chapeau !
Large rue pavée, fleurie, aux nombreuses crêperies,
Boutiques achalandées, un lieu d’inspiration.. aussi.

Direction maintenant la Pointe du Raz, ses mouettes,
Temps libre d’une heure voici donc le bar, chouette !
Rafraîchissons notre gosier, aïe, une crêpe gratuite,
Avec celles de midi on n’en peux plus ! Je suis cuite.

Vite ! Tentons la pointe, avec cette chère navette,
Pendant la digestion de ces appétissantes galettes.
D’un pas léger, descendons allégrement, enchantés,
Clic… clac… une série de photos crépite sans arrêt.

Commençons l’excursion sur ce généreux sentier,
Agrémenté de cailloux qui roulent sous mes pieds.
Soudain, celui-ci rétréci, et devient très piquant,
Bruyères fougères, ronces épines, allez en avant !

C’est à celle qui va s’accrocher à mes chaussettes,
S’enrouler aux mollets, me griffer les gambettes.
Scrutant l’horizon, courageusement l’on continue,
Avec ce pressentiment… d’être déjà bien perdu.

Puis quand te reverrai-je… O mon bus tout bleu,
Caressant l’espoir de retrouver ces bienheureux.
Au bout d’une demi-heure de balade en accéléré,
Le toit pointu de cette bâtisse aussitôt apparaît.

Un signe de Dieu guidant ses deux brebis égarées,
Grand merci, arrivés épuisés, à moitié dépenaillés.
Maître Soleil sur un nuage duveteux se prélassait,
De ses copieux rais chaleureux nous encourageait.

Alors ? Même pas peur… et même pas en retard,
Quel bonheur ! Personne ne m’a planté son dard.
En fin d’après-midi, quittons ce lieu d’exception,
Les falaises abruptes, mer émeraude à sensation.

Mardi 24 juillet 2018

En route vers d’autres panoramas de bon matin,
Presqu’île de Quiberon, ses plages de sable fin.
Escarpement déchiqueté, arches bien creusées,
Les vagues s’écrasant sur les énormes rochers.

Vue sur le Golfe du Morbihan, son parc naturel,
Avec ses charmes plus attractifs, l’arc-en-ciel.
Se croisent… marins, touristes, ostréiculteurs,
Egalement agriculteurs, brochette de visiteurs.

Voici Carnac, visite en petit train touristique,
Embarquons tranquillement sur le site magique.
Une brillante locomotive, ses trois wagonnets,
Patientent, afin de faire le plein de passagers.

Une couleur blanc doré, à quatre par rangées,
Comme des sardines, nous sommes esquichés.
Vingt rideaux bleus l’agrémentent de couleurs,
Treize langues… décryptées par les écouteurs.

Environ 3 000 menhirs se dressent dans la lande,
Spectacle extraordinaire je vous le recommande.
Apparaît celui-là, six mètres cinquante de haut,
Les colossaux pèsent vingt tonnes, taïaut taïaut.

Les grandes salines abandonnées remises en eau
Servent de réserve naturelle… pour ces oiseaux.
Foule de commentaires intéressants, captivants,
Trinité-sur-Mer village de pêcheurs si charmant,

La quiétude de cette station balnéaire de renom,
Son port de plaisance, l’escale prisée, le pompon.
Ce déjeuner spécial huîtres, un vrai un fin délice,
Passons, par le port de Crouesty… en spectatrice.

Mercredi 25 juillet 2018

Apprécie notre dernier bol d’air breton respiré,
Niort ultime étape, nos chemins vont se séparer.
Bordeaux… Toulouse… Carcassonne, puis Sète,
Les premiers à descendre du bus, très chouette.

Huit jours de découverte de cette belle région,
Bretagne, quatre départements, ses traditions.
Les Côtes d’Armor… Morbihan… Ille-et-Vilaine,
Enfin, le Finistère… au revoir et à la prochaine !

Comments Off