Navajas - Valencia (2004)
Publié à 14:06 dans Voyages/Voyages

N ous voilà partis à Navajas… assister au Festival…
A vec l’Harmonie de Palavas et la Société Pascal !
D ans le bus, Thierry mène bien son beau galion,
I mprovisant plaisanteries, oubliant tous les soucis,
A vec programmes variés : sieste, télé et révisions !

S ortilège ! Sacrilège ! Maléfice ! Sacrifice ! dans ce bungalow féminin…
Y aurait-il autre chose ou juste une petite bise ? Serait-il un peu coquin ?
L es voluptueuses Panthère Rose et Dame en Blanc, majestueusement,
V enaient supplier Roger de les suivre à travers champs, discrètement…
I magination, Invitation… Adoration, Délectation… Tentation, Passion…
E nvouté par “Sa Baleine” au grand coeur, toujours de bonne humeur !

F lorence, complice, machinalement, y ajoutait beaucoup de sa malice…
L oïc, Michel et Nanard, activement, participaient à tous les supplices…
O ublions tout de suite ces bons instants et retournons dans le moment !

V alencia ! Impressionnant, le grand écran géant et le musée s’y attenant !
E galement, la visite de cette ville magnifique avec son Palais de la Musique.
R arement, bonne nourriture fut si abondante et boissons si désaltérantes…
O h, le beau quatuor ! A nous quatre, on vaut quand même not ‘ pesant d’Or.

aucun commentaire
Follonica - Italie (2005)
Publié à 22:00 dans Voyages/Voyages

F inalement, j’ai réussi à me libérer… J’y suis allée et me suis bien régalée.
O ui oui ! Et en avant pour l’Italie en compagnie de Thierry et de l’Harmonie…
L e long de la côte les hôtels et bungalows trempent leurs pieds dans l’eau.
L a promenade en ferry pour visiter Isola d’Elba… la belle cave coopérative,
O ù l’on a dégusté des mets raffinés et cette mine de pyrite, très instructive.
N ‘oublions pas le supermarché, son bon Limoncé, la boisson assez sucrée.
I l faut savoir que Mon Lapin déteste la verdure. Eh ben, depuis que ça dure.
C haque jour, pâtes farcies aux épinards ! Bien sûr, lui, il préfère le Canard…
A h ! Petit vilain, grand coquin, tu es né pour être choyé et dorloté. Veinard !

I l paraît que ça s’appelle l’Amour Platonique, mais toujours avec la Musique.
T out ! Piscine, rami, lecteur cd, “Dédé”, balades à pieds… on n’a pas chômé.
A vec le repas toscan, la bouillabaisse, sans poisson, sans arête. Quel pied !
L e matin, excursion à Massa Maritima, défilés, aubades, concert à Follonica ;
I l faut remercier chaleureusement Eliane et Bruno… notre très charmant duo…
E t quelle leçon ! Saluti, Saluto, Saluta ! Ciao Italia, A l’enqué ven, les italiens !

aucun commentaire
Palma de Majorque - Baléares (Nov.2006)
Publié à 15:40 dans Voyages/Voyages

A quatre heures et demi, un beau dimanche après-midi, nous voici partis !

P artis avec La Populair ‘, Christian nous fait prendre l’air car on a les nerfs…
A rrivés à Barcelone, il nous abandonne, on se questionne, ça impressionne !
L e magnifique ferry illuminé ; la nuitée magique et agitée nous a marqués,
M ais nous avons raté La Belote, pour la petite anecdote, sans fausse note !
A l’Alexandra, ce palace nous tend les bras ! On se prélasse sur la terrasse.

Hôtel Alexandra (Mallorca)

D éjeuners toutes nationalités à volonté, notre chambre s’appelait Désirée.
E n plus, avec la chance que j’ai, on prenait déjà le bus du mauvais côté…

M agistrale cathédrale, tapisseries, vitraux, chapelles, tableaux, trop beau !
A ccompagnée de son musée nuancé, une forteresse pittoresque, une déesse…
J et d’eau, palmiers, plan d’eau, escaliers, lampadaires, barrières, lumières.
O n balade Plaça d’Espanya et à la nuit tombée, nous voilà rentrés, crevés !
R avis, Corinne et Tony nous font la visite guidée, une journée très appréciée.
Q ue de beaux paysages et de courts virages ! Je suis déjà toute en nage !
U n passage à Santa Maria pour ses très nombreuses caves à vins réputées,
E t à Inca, ville industrialisée, église, perle, cuir tanné et son beau marché.

Mallorca, la cathédrale

A Selva, on aperçoit des oliviers millénair’ avec différentes tonalités de vert.
V oici Caimari, amandiers, orangers, citronniers, caroubiers, terre en espalier
E t on roule sur une petite route goudronnée, où l’on a du mal à se croiser…
C henilles à éliminer, lacets serrés, gorge nouée, la montagne est escarpée.

D ans le commentaire, le saut de la belle dame, légendaire ! Quel mystère !
A Lluc, admirez le sanctuaire en bois sacré, ce monastère secret et discret…

P armi les écuries transformées en chambrées, les randonneurs acharnés…
A vec son paysage lunaire, c’est le calvaire ! On attend le point culminant
L e pic majeurnoeud de la cravate, circuit goudronné, j’ai hâte d’y arriver…
M les 3 Maria, la belle mère, virages appréciés mais visages décomposés…
A la Calobra, le joli petit hameau est restauré, on s’y arrête pour déjeuner.

B aies nuancées, grottes abritées, criques camouflées, mouettes affamées,
E t le bateau a accosté, le phare nous dirigeait, zone militair’, Port de Soller.
R eprenons notre tournée en tramway, tout de bois et fer forgé, il était fait.
N on, il longeait la plage de sable fin, traversait la ville en notable souverain
A u centre, église, mairie et pour le ventre, les pâtisseries nous font envie.
R emarquez ces belles ruelles décorées et l’expo Picasso et Miro, vite fait…
D ans le Tortillard, les bavards en profitaient… 13 tunnels, quell’ bagatell’ !

Le train de Soller

E t ce petit TGV de 6 wagonnets nous a enchantés et bercés jusqu’à l’arrivée,
T rès Grandes Vibrations fait sensation, huile et discrétion étaient en option !

V oilà les exercices et supplices achevés, on s’acoquine près de la piscine.
E t le mercredi, ravis, on promène sur le front de mer, il y fait bon et clair…
R egardant les boutiques, les plans touristiques, c’est la forme olympique…
O n balade avec le petit train local et un tour de la baie… sans se fatiguer…
N ous démarrons de Can Pastilla, la Playa et l’Arénal, le parcours normal…
I l siffle à chaque arrêt, la cloche tinte à volonté, la matinée est vite passée.
Q uoi de plus magique, une belle mer azurée, mélodie d’enfer, c’est l’été…
U n carré de fleurs colorées et plantes grasses variées se laissent admirer,
E t dans ces variétés de bleus-verts mélés, ça crée du Bleu-Vert harmonisé.

L'iténéraire du train touristique de Platja de Palma

B ienvenu dans la baie où l’on s’est envoyé 5 km à pied, pour un bon café.
O ù il est situé ? Je ne peux le nommer, il était léger, pas très cher payé !
U ne baignade, une orangeade, plus je barbote, plus il m’asticote et radote…
Z ou, implantées à l’année, les paillotes nous appelaient : coucou, venez !
I nstallez-vous, buvez un coup, protégez-vous car le soleil est de partout…
G énéreuses formes enveloppées dans un T-shirt orangé, j’y suis pas allée…
U ne très bonne journée arrosée d’oranges pressées et non de perroquets,
E t arrivés rétamés au terminus, nous rebroussons chemin avec l’autre bus…
S ous les lumières tamisées, on circulait et se dirigeait comme des habitués.

D ebout bonn’ heure, avec le chauffeur, on s’en va dans la bonne humeur !
E xplications de l’aéroport qui “dort”, et les éoliennes pas très anciennes…

S urtout utilisées pour l’extraction de l’eau dans les sous-sols et l’électricité,
E t l’atelier de démonstration de fabrication de perles nacrées et sacrées…
T ellement flattée, on m’a traitée de Perle Rare, Unique, c’est magnifique !
E lles ont 16 couches de nacre ; Moi, je n’en tiens qu’une seule ! Le Sacre !

P ar là, Montuiri et Villafranca, la dernière récolte de melons de la saison…
E t les recettes alcoolisées d’Ismaël pour la Noël, fête organisée, trop bell ‘.
N otez Manacor, deuxième ville industrialisée, spécialisée en bois d’olivier ;
D is ! Porto Cristo, c’est le port de plaisance de Manacor… mais quel décor !
A vec son gruyère français, cette île a quand même 2 200 grottes classées.
N on, 5 sont à visiter, la notre, Hams, c l’hameçon en français, tu le savais ?
T empérature à vingts degrés et quatre-vingts pour cent d’humidité… c’est vrai !

Grottes de Porto Cristo

U ne musique magique, Stéphanie qui nous sourit, nous voici tous enfouis…
N ous descendons sous terre, humide est le parterre et on dirait du  verre…
E t chaque salle a son propre nom, pour l’occasion, je respecte la décision.

S ur le lac glisse discrètement et secrètement une petite barque illuminée…
E t doucement, violoncelle et clavier nous enchantent… et nous font rêver…
M ozart, quel art ! C’était silencieux, notre âme montait vers d’autres cieux !
A pparition anonyme, bellissime, sublime… Ce fut du très grand millésime !
I maginez ce tableau, trop beau ! La rivière souterraine vit en châtelaine…
N ostalgique de cette jolie musique, on quitte les grottes… pour l’Antidote
E t la liqueur, le Palo, doux, noir et 40 degrés, réchauffe nos coeurs légers !

D éjeuner avalé, on est pressés de filer, il fait frais et  le 15 vient d’arriver…
E t quel joli dos d’âne, on a fait un bond !!! On est en panne pour de bon.

V endredi, jour maudit ! Paumés sur la chaussée, on ne sait plus où aller !
A ttendre et sourire, ça me fait rire ! Un autre bus pointe son nez, c’est gagné !
C athédrale, fait ! Un bus rouge bariolé à étage superposé nous fait visiter…
A vec commentaires français ! El castell de Bellver, c’est la vue, Mont St-Clair !
N ous recevons quelques gouttes, le temps va se gâter, sans aucun doute !
C hez Pope, on a trop bien mangé, c’était parfait, et quel bon café serré…
E t on suit le cortège, un tour de manège, c’est à volonté, pour la journée
S uivez mon guide, le “Druide”, il fait humide. Intrépide, rapide, il décide.

Château de Bellver

B uvons le pot d’au revoir, c’est le soir et le patio nous sert d’auditoir’…
I nvités par Colette, tous à la bonne franquette, on enlève nos casquettes.
E t une vraie fausse perle aux donzelles, un siruell aux maris fidèles,
N otez : on siffle 3 fois une nuit de pleine lune, on a bonheur et fortune !…

Un siruell pour les maris fidèles...

M atin, chagrin, poudre de Perlimpinpin, c’est le départ, on va dans le car…
E t arrivés au port d’embarcation, quelle émotion ! Bonjour l’organisation !
R etard assuré, rencard manqué. 3 heures après, notre ferry va “décoller”…
I mproviser, belotes bien orchestrées, avec Daniel, cet hôte tombé du ciel.
T out l’après-midi, la soirée, la nuitée, à tanguer… Minuit vient de sonner !
E t à Barcelone, on s’époumone, c’est l’automne, on frissonne, je suis aphone…
E mbrassade, rigolade, Thierry et son bus d’enfer nous ramènent à la mer.
S ix heures, le marchand de sable va passer. Vite ! Les bras de Morphée !!!

Carte de Mallorca

aucun commentaire
Naissance du Carnaval de Venise
Publié à 10:58 dans Voyages/Voyages

Carnaval de Venise

Le Carnaval de Venise ! Que serait Venise sans son carnaval ?
E t c’est normal, les vénitiens se posent la question, voyons !

C ar le gouvernement décida de le supprimer des festivités,
A cause de trop nombreux dérapages, on tourne une page…
R éellement réhabilité dans les années 70, tout fut permis…
N on, non ! Autrefois, il pouvait bien durer jusqu’à six mois…
A lors vêtus de leurs longues capes et des fameux masques…
V ocabulaire vénitien, tabarro, bauta… Tout est anonymat.
A llez, de l’air ! Viens ! Et chacun faisait tout ce qu’il voulait,
L e bon prétexte pour des joutes heureuses et amoureuses.

D urée du carnaval maintenant, une semaine, à la mi-février…
E t c’est banal, six mois avant, les hôtels sont tous complets.

V enise est envahie de touristes ébahis venus du monde entier…
E t la fabrication des beaux masques… Quels chefs d’oeuvres !
N écessaires pour cette grande fête ! Nous, on vient de Sète !
I maginez la ville comme une scène de théâtre baroque, géante,
S i bruyante et dérivant dans un délire… plein d’éxubérance !…
E n ces jours si jolis, on est tous ravis, aussi ! Bonjour la nuit !

Carnaval de Venise

 Diaporamas :

Carnaval de Venise 2007 Carnaval de Venise 2007

Carnaval de Venise 2008 Carnaval de Venise 2008

aucun commentaire

 

I l était une fois “Cul et Chemise”… qui voulaient ma foi, visiter Venise…
L e car attendait à la gar ‘, le vaporetto sur l’eau et nous, sur le carreau…

E t on a marché, marché, toute la journée, on avait même mal aux pieds…
T out le monde avait les jambes en coton mais les mollets, c’est du béton !
A vec finesse et délicatesse, on nous a bien farçis… surtout pour les prix…
I l y avait les pigeons !… On a été les dindons !… Quel lot de consolation !
T emps mitigé, animatrice paumée, rires à volonté, on s’est bien amusés…

U ne île de dentelle, une de verrerie, elles sont trop belles ! La nôtre aussi !
N otez : joli marché et gondoliers coquets ; Costumes… c’est la coutume…
E t le cappuccino, trop beau ! Assis, debout, c’était les quatre cents coups !

F inalité de l’escapade, le car est en rade, on rentre entiers mais estropiés !
O n fera mieux une toute prochaine fois car c’est nous qui serons les Rois…
I l faudra brancher le décodeur, le décrypteur. Quelle chaleur, ma soeur !
S i vous êtes Sétois, croisez les doigts… Mais ça sera toujours chichois !…

V oir Venise et mourir, à vous de choisir ! Sète sera en fête… Chouette !
E t dans un voyage organisé, sachez que vous ne pouvez rien resquiller…
N ous devons speeder, payer et ne pas la ramener, à longueur de journée…
I l faut le diapason car nous chantons tous à l’unisson, la même chanson !
S ‘il vous plaît ! Un bon car, mieux adapté aux longs trajets, nous suffisait,
E t le dos en long, les côtes en rond…  Même l’animatrice a fait sensation…

aucun commentaire

 

C ‘était lundi dans la soirée, on partait cinq jours en voyage organisé, tout était prêt…
A vec Françoise à la clé ; Jean-Michel et Gérard étaient nos deux chauffeurs de car…
R ésumé écrit de nos péripéties mouvementées ainsi que le programme de nos journées…
N otez : notre chambre échangée, le lit mouillé, le manque de billets, le car belge volé…
A vec les horaires non respectés, tours de manège à volonté ; le bal masqué démasqué…
V oilà le vaporetto qu’on a failli manquer, avec toutes ces explications embrouillées…
A Lido Jesolo, l’hôtel Impéria était sympa, bons repas, ambiance garantie, on a bien ri…
L a Fleur commençait à faner, en clair, elle était “paumée”, le décodeur était brouillé…

 

D écouvrant le Palais des Dôges et la Cathédral’, promenant en gondole le long du canal…
E coutant attentivement les commentair ‘ intéressants… en filmant tout de but en blanc…

 

V oyez le défilé improvisé, ces personnalités déguisées et tout en cadence, s’il vous plaît !
E t en suivant la Musique, tout était magique et idyllique… Un vrai conte de fée animé…
N ‘oublions pas notre passage éclair sur les îles Burano et Murano. Allez, ouste, de l’air !
I le aux maisons colorées, petites rues pavées, belles vitrines dentelées, agréable journée.
S i la verrerie vous ravit aussi, sa fabrication retiendra sans doute toute votre attention…
E t vous repartirez très vite fait, comblés, mais insatisfaits de n’avoir pu flâner à souhait…
 

L e temps était incertain, tous les matins ; Soleil, pluie, vent et froid, on y a eu droit…
I l fallait bien regarder les prix, debout, assis ; WC, service aussi, ne sont pas compris !
D u cappuccino au verre d’eau, sur la Place San Marco, les tarifs sont toujours plein pot !
O n ne sait vraiment plus où vont tous ces pigeons et surtout qui sont les vrais pigeons ?

 

J ‘en arrive à cette conclusion d’avoir une impression de mauvaise réputation à répétition,
E t j’en garderai quand même un très bon souvenir, j’y ai pris vraiment beaucoup de plaisir
S i vous revenez seuls, une prochaine fois, vous vous débrouillerez tous, comme des rois.
O h, le beau concerto de Vivaldi, jeudi… nous aurait bien ravis, mais on avait des soucis…
L e vaporetto partait tôt… le car aurait eu du retard… et nous aurions manqué le rencard…
O n a tout visité : le très grand marché, les ruelles et les ponts ! Et hop, là, nous repartons.
 
 

S i vous voulez la fin de notre destin si lointain, le car était en panne, ce bougre d’âne !
E t problèmes de ventilation, climatisation, essuie-glace, chauffage, on tourne une page…
T outes nos nuits blanches dans le car seront vite oubliées car la chaleur nous attendait…
E t votre très dévoué rayon de soleil sétois vous accueillera chaque fois comme il se doit.

 

aucun commentaire