Heureuse retraite, tout simplement !
Publié à 14:40 dans Sorties en peñas

Jacques, serein a un sourire coquin mais pas une tête d’assassin.
Dans ses yeux malicieux et rieurs se dégage de la bonne humeur.
Notre boute-en-train nage en plein bonheur, et il a un grand coeur.

Jacquot a toujours son mot à dire et n’envoie personne te le redire.
On se chamaille s’encanaille, quelquefois même il fout sa pagaille.
Il n’y a que “le Jacquot” qui m’aille, et c’est pour toi que je rimaille.

Histoires blagues vacheries, il en fait, mais aussi il en dit,
Sans arrêt à longueur de journée et le soir il est si fatigué
Qu’il s’endort comme un bébé, dans les bras de Morphée.

On se sonne très souvent les cloches, et toujours on se rabiboche.
Tu es gauche j’ai manqué le coche, qu’à t’il donc dans la caboche ?
C’est mon copain si taquin, à moins que Marlène ne me le fauche.

Tout le monde l’aime bien et moi je l’ador’, ce saxo vaut son pesant d’or,
Il n’est sage et adorable que quand il dort, là-bas sur son île aux trésors.
Notre “Saxo Magique” connaît très bien la musique ; c’est si magnifique !

Nous voici réunis ici en ce mercredi, pour ta retraite sans souci.
Reçois nos sincères amitiés et gros bisous de la pena déjantée.
Je te dis : “Jacquot on t’aime” ; Alors chante nous “La bohème”.

aucun commentaire
Les Pères Noël en folie !
Publié à 12:03 dans Sorties en peñas

 

L e voici arrivé ce vendredi si endiablé,
E t le carioca était prêt, à se promener,
S ur Decazeville, on montait, tranquille.

P ause vers midi et quart au Rugby Bar,
E t accueil chaleureux, repas savoureux,
R éconfort à Millau et de l’or, ce bistrot !
E nfin ! Du repos. Demain, il fera chaud.
S i, au camping “Boisse-Penchot”, dodo.

N oël, le marché annuel, l’animation fait sensation.
O n était tous déguisé en Père Noël, tombé du ciel,
E t fagoté, chacun à sa façon, il perdait le pantalon,
L ‘un, débraillé, trop habillé, on a rigolé, mais gelé.

E n avant la musique, pour cette journée magique,
N otes si coquines… en compote sont nos babines.

Finalité. Les tonalités détonaient mais on improvisait,
O riginalité de la fête, la trompette en tête, mazette !
L e traîneau, si beau, s’enfuit dans la nuit, sans bruit,
I maginez-le, dans les cieux, sur un nuage, heureux,
E t ouvrez grand les yeux car ce paysage est neigeux.

aucun commentaire
Saint Jean de Cuculles, la cuvée 2007
Publié à 10:46 dans Sorties en peñas

S t Jean de Cuculles, dans le vent, sur les rotules, on les adule,
A vec la course pédestre, le mec a la ressource avec l’orchestre.
I l faut les motiver, les encourager et nous, on ne fait que jouer.
N on !  Journée magnifique, soleil magique et réveil en musique.
T ous les coureurs sont arrivés, parfait, le coeur va se reposer !

J e me rappelle pêle-mêle, l’année passée, il pleuvait à souhait.
E t l’organisation, animation du chapiteau, dégustation, apéros.
A près le Paquito endiablé, la Marseillaise chantée et tout y était.
N ous voici assis, devant le rugby et la paëlla nous tend les bras.

D imanche, c’est la revanche, le défilé enlevé, la confrérie, ravie,
E t l’office religieux, complices de Dieu, feu d’artifice, aux cieux.

C harmant village de tout âge, petites rues pavées… à visiter.
U ne allée principale, où s’étalent les bons produits régionaux,
C es vins de producteurs, les rouleurs de tonneaux, trop beau !
U n repas très sympa sur la terrasse ensoleillée, on se délasse.
L ‘on remercie Myriam si coquine, ses dauphines, les copines.
L ‘affaire, vente aux enchères des tonneaux, sous le chapiteau,
E t les trompettes participent à la fête, l’équipe est chouette !
S ur la Coupo Santo, chant régional, un ban amical et estival. 

1 commentaire

Salles Curan (Aveyron)

S alles Curan, village de tout âge très plaisant, on s’y rend une fois par an.
A vec ses traditionnels costumes aveyronnais, sans la plume, on le savait.
L a réception accueillante, la boucherie appétissante, c’est ici la descente.
L e petit café de l’amitié, le défilé organisé et la charrette, pour faire la fête,
E t l’animation de l’apéro, la brasucade de moules, la pastissade qui coule,
S aluant le départ de l’heureux Président… qui souhaitait prendre le vent.

C ar au Relais du Boulet, le déjeuner attendait, il était trois heures passées.
U n repas excellent, succulent, des grands rois d’antan et le café à volonté.
R egardez derrière dans son champ, virevolter la rivière aux tons chantants.
A dmirez ces beaux canards blancs qui barbotent et flottent au gré du vent.
N otez la presqu’île tranquille où ces volatiles se faufilent et créent un style.

Admirez ces beaux canards blancs qui barbotent et flottent au gré du vent...

A h, ils se dandinent docilement dans leur piscine tout en suivant le courant,
V enant de tous bords, babord et tribord, on s’endort dans ce très joli décor.
E t pendant la digestion, attention ! L’omelette norvégienne fait des siennes.
Y a-t-il un bis, pour le départ de Francis ? Le nectar de l’anis, et c’est gratis.
R endez-vous l’année prochaine, pour nous c’est l’aubaine, joue et enchaîne.
O n souhaite une bonne retraite, au président, faite de nos bons sentiments.
N ourrie, la belle journée, aussi, les ailes, on les avait… et sincères amitiés.

1 commentaire
PortAventura
Publié à 19:56 dans Divertissements, Sorties en peñas

 De gauche à droite, au 1er rang : Jordy, Benoît, Bruce ; au 2e rang : Jo, Thomas, Véro, Cécile et Vincent. 
P  artis en ce magnifique mardi ensoleillé, enchantés,
O  rganisé par la musique, si si, nous aussi, on venait…
R  egroupés en trois voitures… un choix d’aventures !
T  hierry, Vincent, Benoit sont nos rois, ça va de soi !
A  rrivés à PortAventura, voilà et la fiesta commença…
V  oici la rivière… Splash d’entrée, baptisés, c’est fait,
E  t commençait bien, la fin de matinée, tous mouillés.
N  ous enchaînons, avec le train de la mine, ça s’affine.
T  outes les mains en l’air, on rit, je crie, ça c’est clair !
U  n Stampida ! Il cartonne, là, je suis aphone et jaune.
R  epos mérité, la tasse de thé nous berçait à volonté,
A  vec les casseroles, on décolle, s’envole, trop drôle !

M  ais pour le grand canyon, c’est champion, l’attraction,
E  claboussés de tous côtés, dans la bouée on est coincé.
R  epas chinois, américain, mexicain, tout nous va si bien.
C  abarets grandioses, tout en symbiose, je rêvais éveillée,
I  maginez-les, tous illuminés, décorés, animés à souhait.

A  h oui, même la pluie nous a surpris, sans faire de bruit.

L  a pagaille aux animations, on pinaille, fais attention !
A  22 heur’, le bonheur. Couchée, émerveillée et crevée.

P  etit déjeuner complet, toutes nationalités représentées,
E  t une nouvelle journée commençait, les ailes, on les avait.
N  on merci ! Pas de violent, on a déjà donné, dans le vent…
A  vec les petits chevaux, le rodéo et le bateau, trop beau !

L  e Carroussel, les comportes, le petit train qui nous transporte.
O  n fait le tour des villages et toujours, de très beaux paysages.
U  n détour au Silver River Flume et un retour, sans les plumes.

T  ous au saloon, on s’amuse, on fait les clowns, ça fuse,
E  t déguisés en cow-boys rusés, le pistolet fait de l’effet.
R  egardez la photographie. Souriez, c’est le paradis, ici !
R  endez-vous où ? Mais à Salou, là où l’on boit un coup,
A  gréable balade, plage, sable fin, magasins et tintouin…
L  es côtes en long, l’estomac dans les talons, rentrons !

D  ans l’hôtel… c’est magnifique, sensationnel, magique
E  t organisé, un vrai palais de conte de fées très coloré.

S  ortis de leur cage dorée, personnages de dessins animés…
A  vec la panthère rose, j’ose… Avec Popeye, on s’émerveille.
I  l y a aussi Woody Wood Pecker, l’oiseau marteau-piqueur.
N  otez ici, Betty Boop, la plantureuse aux lèvres ravageuses.
T  ellement jolis ! Par ici… pour la photo ! Merci, c’est trop !

J  e ne vous en dis pas davantage, il y en a pour tous les âges,
E  t revoici la pluie, l’ennemie… Sans bruit et sans parapluie !
A  vec l’anecdote, il flotte, la course à l’échalote et on grelotte.
N  on ! A la chambrette. Vite, sous la couette, c’est chouette !

D  ans la matinée, Sea Odyssey, entrée réservée aux habitués,
E  t le grand écran géant me fait gémir, pâlir et frémir de plaisir.

V  oilà que le siège bouge, s’incline, je fais moins la maline,
E  t le temple du feu, quand il veut, on ouvre grand les yeux.
D  ans ce monde de magie vagabonde mon petit esprit ravi…
A  llez, c’était parfait, on s’est éclaté, on a bien rigolé, crié…
S  ur un dernier regard, un premier écart, et Ola… le départ.

PortAventura Visiter le site de PortAventura

8 commentaires
“Flûte traversière” et “Baryton”
Publié à 14:24 dans Sorties en peñas

A vec gentillesse, on m’a proposé d’animer la messe.
N ullement impressionnée, évidemment, j’ai accepté,
I  maginant les morceaux, charmants, ces deux solos
M ais, à la traversière avec le baryton, au son si rond.
A vec Concertino et Sunset Sérénade… Là, il me bade.
T out était prêt, instruments accordés et enregistrement branché…
I l ne nous manquait que la bénédiction en ce lieu de prédilection…
O n n’entendait plus une mouche voler, j’embouche, c’est le pied !
N otes magiques, nuances magnifiques, on fait de la vraie musique.

D éjà élève, cette pensée m’effleurait, mon rêve se réalisait,
E t petit merci à notre pena… Nous aussi, on recommencera.

L à, on cotoyait “Dieu”, le Maître de ces lieux…
A h ! Je tutoyais les anges. Mais quel échange !

M algré les yeux mouillés… aux cieux, j’y étais,
E t remerciais Jo de m’accompagner, enchanté…
S ourires complices, avec malice, le feu d’artifice.
S ur le nuage, voici un message que l’on partage,
E t la matinée du 14 Juillet sera gravée à jamais.

1 commentaire
Pour les pitchous !
Publié à 16:27 dans Sorties en peñas

P ar un magnifique vendredi après-midi ensoleillé…
I nvitant la musique aussi… Allez, assis et écoutez !
T oute l’école maternelle a fait de belles étincelles…
C haque enfant, magnifiquement costumé et grimé…
H a ! Voilà un tout petit contrat, ambiance sympa !
O n s’est tous régalés avec une formation à moitié…
U n coup de chaud au coeur, moments de bonheur…
S uivez la farandole, nous avons tous la patte folle.

aucun commentaire
Lous camelous
Publié à 16:19 dans Sorties en peñas

L a Pena Lous Camelous… on les félicite… à tous.
O n voit là un groupe d’amis sans trop de soucis.
U nis depuis 32 années, ils aiment bien s’amuser,
S uivis par leur chameau… et 2 bosses sur le dos.

C orso, carnaval, féria, mais ils sont toujours là !
A vec le sourire et leur formidable joie de vivre…
M ettre le feu partout, pour le reste on s’en fout.
E t les fêtes de France… On y danse, on y danse.
L a pena biterroise a passé de très bons moments.
O n a Amiens, Nîmes, et tiens… Mont de Marsan…
U ne fois regroupés… ils font la fiesta… tout l’été,
S ans oublier leur emblème et la féria de Béziers.

aucun commentaire
Mea Culpa !
Publié à 21:49 dans Sorties en peñas

M ais je ne savais pas que nous avions un pape cachottier…
E t qui avait de la rime dans le nez, s’il vous plaît, souriez !
A moins que le matin, lorsqu’il a vidé sa burette… de vin…

C ar son esprit toujours “si plein”… rime avec petit galopin.
U ne fois, ne vous y trompez pas, si vous faites un faux pas,
L ui, il sera là pour vous dire Pas de mea culpa ! Ah, ah, ah !
P our pénitence, dix fois tu répèteras, ce que tu ne sais pas…
A h, quand tu le sauras, tu auras au choix, pastis ou pastaga…

aucun commentaire

M ais la voilà, tout là-bas… C’est elle… qui m’ouvre tout grand les bras…
A vec le sax alto, le piccolo et Jo… on a droit aux petits solos en duos…

T ous les mercredis, à la répétition… elle reçoit volontiers sa bénédiction…
R emarquez ! Elle ne l’a pas volée, c’est sûrement très mérité et convoité…
E t c’est son bon curé préféré qui lui fait miroiter, la botte, de carottes…
S urtout, pas un mot à personne. Non, non ! Mais je ne suis pas sa bonne !

C herchez l’erreur !… Nous sommes en chœur, comme frères et sœurs…
H a oui ! Dans la sacristie aménagée, il me reçoit, surtout dans la soirée,
E t ce calice, quel délice ! un caprice ? de la malice ? Il a tous les vices…
R egardez-le ! Ce grand cœur généreux ne demande qu’à être heureux…
E t son confessionnal, peu banal et convivial, se situe au Chai du Terral…

E n quelques mots, vous l’avez compris ! le curé se laisse encanailler… aussi…
T enue appropriée, soutane, souliers cirés, Cannes, il prend son pied en été.

F idèle mais sans les ailes, trop poli pour être honnête, il aime faire la fête…
I mpossible à maîtriser, l’eau du bénitier, très colorée, lui brouille les idées…
D epuis qu’il pratique la musique, il est devenu ecclésiastique, c’est magique !
E t il ne fait jamais de vélo, car ses vêtements «sacerdotaux»… Trop beau !
L orsqu’il me sourit, il m’éblouit, je suis ravie, j’ai redonné un sens à ma vie…
E t quand il me décrit le Paradis, sans souci et double vie, je lui dis « Merci » !

G agné ! La communion avec l’Esprit Saint nous rend sain de corps et d’esprit,
R arement l’on vit un couple si parfait, en osmose avec la liberté recherchée,
E ntre le bon curé assoiffé et sa grenouille de bénitier affamée, c’était O.K…
N otez qu’il régnait un silence pesant, il fallait souffler, de temps en temps…
O stie le dimanche et qui aura droit à la quête, en retroussant les manches ?
U ltimatum posé, babines abîmées, chopines à volonté, il m’a crevée, lessivée !
I l faut dire que nous étions tous rétamés, épuisés mais on s’est bien éclatés…
L’ambition et la boisson aidant, notre bon curé s’improvisa Pape, carrément !
L e pêché de chair, qui le hante jour et nuit, le poursuit… même aujourd’hui…
E t Monseigneur lui accorde la délivrance, une pénitence ; le voilà en transe…

D epuis que je le connais, il y a quelques années… il ne s’en est jamais vanté…
E t nous autres, bons apôtres, suivons les yeux fermés, cette brebis égarée…

B rebis, brebis, mais c’est vite dit ! Et qui c’est qui va le manger, à lui aussi ?
E t s’il rencontrait le loup, en chemin ? Je ne donne pas cher, de son destin…
N otre Seigneur, par la prière et quelques bières, lui redonnera l’envie, la vie.
I l ne faut pas oublier, qu’à force d’en rigoler, de ce curé… cela va lui rester…
T outes les ovations, acclamations, félicitations… Il va se faire des illusions…
I l faut l’empêcher de se prendre la grosse tête… Sortez-lui sa trompette !
E t en gentil garçon qu’il est, poli et joli, il me remercie, avec de gros mimis…
R égalez-vous, profitez-en et la belle vie, sans souci, durera très longtemps…

aucun commentaire