Vacances au camping de la Mothe dans la Lozère
Publié à 16:00 dans Lozère, ses environs

La ferme de Jontanels 

V oici venu le temps des grandes vacances ! Ah, j’ai de la chance !
A ccompagnée de copains, je prenais la poudre de Perlimpinpin.
C ‘est le lundi 23 juillet, le carioca est prêt et on va enfin, balader.
A Jontanels, en Lozère ! Près de Gatuzières, le long de la rivière…
N on, ferme discrète, secrète, retranchée dans la forêt ensoleillée !
C ‘est la fête, on y voit la traite journalière, des Blanches laitières,
E t les chats, habitués, attendaient le petit lait qui les faisait rêver !
S uivez le Druide, notre guide, sa cave et fromages, de tout âge !

La ferme de Jontanels : la fromagerie

A ussi, en hiver, boulot d’enfer, les cochons, la charcuterie maison.
U ne nuit frisquette, passe moi la couette ! Chouette, les galipettes ?

C hemin faisant, nous traversons des sites intéressant et ravissant !
A rrivée remarquée au Paradis, installation, distraction, Rami, favori…
M aîtresses d’été et d’hiver, Jo se fait allumer et il va vivre un calvair ‘,
P ourvu que ça dure, ces créatures, nature, emballent ma température.
I l s’imagine en Roi, des courtisanes, il en a 3, ce bougre d’âne, tu vois ?
N ourri de bonne volonté, il se fait apprécier, on le languit, il est gentil…
G rain de folie, ravi o’lit, tout lui sourit et à chacune de nous, un bisou…

D ébut d’après-midi, mercredi, vélo, temps pas beau, on n’a rien sur le dos.
E t vers St Saturnin, dans le lointain, nous roulons bon train, ça, c’est certain…

L e vent, la pluie, même la grêle nous ont coupé les ailes, voilà qu’on ruisselle…
A brités, trempés, on rebrousse chemin. Ma douce, tu m’éclabousses, enfin !

M algré cette bonne saucée, la matrone, mignonne, nous pardonne… Bien fait !
O n était heureux tous les 2, ce fut un moment délicieux, fabuleux, merveilleux.
T andis que dans la clairière, la rivière et sa cascade nous chantent la sérénade.
H o ! La belle nuit, sous la pluie, on entend toujours le même bruit, c’est minuit ?
E t La Fleur qui sommeille se réveille, tout en douceur et dans la bonne humeur.

D ans le joli village, à l’abordage ! Nant, en Aveyron, tous les ans, trop bon !
A u Royaume, on imagine La Paume… pas La Pomme, l’héroïne de Guillaume…
N antis de nos instruments, nous voici partis aux 4 vents, en suivant “Artaban”.
S on et lumière, jets d’eau, laser vert, feu d’artifice, nous étions tous complices.

L e week-end à promener, visiter, jouer, c’est épuisant et crevant, quel vent !
A h, Perroquets offerts, c’est clair, plus j’en savourais, plus mon saxo jouait…

L a fête battait Son plein, les trompettes faisaient Leur plein, c’était sans faim…
O n a apprécié l’Aligot-Saucisses, et bu l’eau du calice, quel délice… Ho hisse !
Z ou, pause terminée. L’osmose va commencer, on va jouer, se faire apprécier…
E t sur l’esplanade, on donne l’aubade. Cartonne, l’embuscade, La Pastissade !
R emarquez, on l’aime beaucoup et la déguste avec goût, on est dans le coup,
E t admirez la jolie chorégraphie ! Ici, aucun souci, on est tous réunis, en amis.

P our le lundi, la planque, ouste, c’est la rouste à la pétanque, ça me manque…
E t le voici reparti, donner un coup de main… au coup par coup, sur le terrain.
N otez : balade journalière, vélo, promenade le long de la sapinière, trop beau,
D ans la soirée, le Rami a priorité, puis les âneries débitées. Faut bien rigoler !
A u mardi matin, le marché voisin… Place de la Mairie, ah, oui, j’y vais aussi.
N aufragée, abandonnée par les mâles, je me cavale, vers les cartes postales…
T oute cette journée, ensoleillée, je fais le courrier, tout en me faisant bronzer.

O h oui, c’est toujours aussi joli, à Bonnecombe, surtout quand le vent retombe.
N ous sommes gelés, il fait frais, nous ressortons pantalon, blouson molletonné.
Z ut ! Il est beau, ce plateau ! A 1 350 mètres d’altitude, on n’a plus l’habitude !
E nsuite, la poursuite, à la truite ! La fuite, mais 2, ont été cuites, tout de suite !

J ‘irai dans trois semaines, ma foi, quelle aubaine, je me sens sereine !
O n a partagé, en toute simplicité, ces moments d’été, pour se reposer.
U n acrostiche, nouveau-né, mes congés ne sont pas encore terminés !
R egard complice, bavard, calculatrice… et notre conductrice est novice…
S top à la lecture - écriture. Et hop, tout en musique, c’est magnifique.

Voir aussi :
Jontanels, à la ferme, tous les jours…
Pour Jojo et Dédé
Un conte de fée

1 commentaire pour Vacances au camping de la Mothe dans la Lozère

RSS 2.0 | Les commentaires et les liens ne sont pas autorisés.
  1. J e voudrais vous en dire davantage mais il me faudrait bien plus qu’une page !
    O n remercie sincèrement Marc, Agnès pour tous ces bons moments partagés,
    U n petit emplacement pour se reposer et une belle journée, hors de la réalité.
    R endez-vous cet été, sans invitation, ni partition… sans tambour, ni trompette…
    S urtout, rencontrez-les ; Et dans leur beau métier, il n’y a pas de jour de fête !!!
    Voir aussi : Mon petit nid douillet de l’été [...]