Quand le vent s’éveille, l’étang s’émerveille…
Publié à 12:08 dans Etang de Thau à Sète

Quand le vent s'éveille, l'étang s'émerveille...

Le soleil habillé d’or, reluit comme un trésor.
Il nous caresse, avec finesse et délicatesse.
Dans cet océan géant si clair mais très vert,
Les algues, l’écume, dansent sous la brume.

Le vent souffle fort et il fait frais au dehors.
Le ciel est bleu, les nuages sont heureux.
De formes colorées, gris-blanc mélangés,
Un barbouillage, sur la page du coloriage.

L’eau de l’étang se rebelle, toujours de plus belle.
Elle saute et se jette par-dessus les gros rochers,
Pour mieux asperger… m’empêcher de promener.
Je reste là, plantée avec mon K. Way à l’admirer.

La petite nacelle bleutée tourne la valse endiablée,
Tandis que les bouées orangées sont bien ancrées.
Le plongeur s’abandonne, avec ses palmes jaunes,
Son masque et tuba, il plonge replonge et le voilà !

Face à cette jetée, l’eau caresse les galets usés,
En continu, en régulier, l’inconnu prend son pied.
Elle traverse le long chenal, s’enfuit vers le canal,
Et se faufile, tranquille, vers notre jolie presqu’île.

Ses majestés les mouettes profitent de la tempête.
Elles se laissent planer, emporter au fil du courant,
Comme d’élégants cerfs-volants dirigés par le vent
Et se posent vite fait, sur les allées bien nettoyées.

Me voilà inspirée, et ma plume veut tout partager.
L’harmonie en mon joli paradis, c’est toute ma vie.
Mes yeux sont joyeux car ce paysage merveilleux
Méritait cette jolie poésie, qui nous a tous rajeuni.

Quand le vent s'éveille, l'étang s'émerveille...

Ce poème a gagné le 2ème prix dans la catégorie “grand prix de poésie” au concours de Pont St Esprit 2010

*Les commentaires sont clos.