Dans l’harmonie… de mon Paradis…
Publié à 20:00 dans Etang de Thau à Sète

Quand le ciel est bleu, l’étang est heureux… quel moment merveilleux !
Le soleil se réveille, le caresse en finesse, pour le sortir de sa paresse.
Dames mouettes, telles des cerfs-volants se laissent bercer par le vent.
Leurs ailes déployées, elles suivent le mouvement… par enchantement.

Cerf volant Mouette

Ces bancs de goélands si gracieux au grand cou blanc majestueux,
Au long bec épais, aux pieds palmés, se reposent en toute sérénité
Sur le toit des jolies maisons, ou de surcroît, sur nos petits balcons.
On les voit se promener dans les ruelles, sautiller dans les nacelles.

Tous ces voiliers du dimanche agrémentés de belles voiles blanches
Dansent et se balancent au gré des vaguelettes pour parader à Sète.
Dans le lointain, ils filent et défilent, comme une chenille qui scintille.
Sur le ponton si long, nous observons un bateau qui se remplit d’eau.

Voilier

Une plage de sable fin, rythme en cadence, toute la nuance du matin.
Pèle-mêle, ces barques naturelles colorées sont couchées sur le côté.
Le varech si sec, les cailloux de partout, il est passé le Petit Poucet ?
Nous respirons l’iode, c’est la bonne période, et notre dernier épisode.

Arrivés près des filets, les nasses et nos orteils se dorent là au soleil.
Les caisses renforcées, toutes les bouées bariolées si bien alignées.
Un havre de paix ! Même un chat tigré se prélasse sur l’herbe coupée.
La place est pavée bien harmonisée et les bancs dispersés à volonté.

Chat sur hamac

Montez ces ravissants escaliers au coeur du petit village, courage !
Notez ces volets tout en couleur, et une belle flopée de jolies fleurs.
Nous sommes charmés de ce coin ombragé, et quelle tranquillité !
Un bel étang où murmure le vent, moment d’une cure au printemps.

Ce poème a reçu un diplôme d’honneur (section 2 : grand poète d’aujourd’hui) au concours international 2009.

Ce poème a reçu la Mention d’Excellence au concours de
poésie 2010 de l’Institut Académique de Littérature Francophone
dans la catégorie Poésie libre.

*Les commentaires sont clos.