Escapade à Lloret del Mar (1999)
Publié à 13:39 dans Voyages/Voyages

A rrivés à Lloret del Mar, “un perroquet, un Ricard”.

L ‘autoroute si tranquille… trois heures pile… facile !
L a BX garée… l’hôtel repéré… rasé, douché, parfumé,
O n chantonne aux antipodes, l’eau chaude est bonne.
R eposés, frais comme des gardons, là, nous soupons
E nfin ! Heureux, si joyeux, tous deux en amoureux…
T out mon projet était au point, ce fut un bon festin,

D u vin frais rosé… la belle paella nous tendait les bras,
E ntrez, dégustez ! La gaieté nous a gagné, on pouffait.
L e rire si communicatif dévoilait notre esprit trop naïf. 

M ême sans se parler, qu’à se regarder, ça repartait,
A vec les joues si bien coloré, nos yeux en pleuraient.
R avis de cette soirée mémorable, quittons la table ! 

A ppécie la promenade sur la corniche… ma biche !

P ar un beau clair de lune où l’on cherchait fortune…
A partir à l’aventure, je ne trouvais plus la voiture.
Q uelle surprise, une crise de fous rires me dégrise.
U ne milice, la police, elle passe, repasse, se lasse,
E bahis, avachis, tremblant, riant, sur ce petit banc…
S ‘il vous plaît ! Le nom de la rue… bel et bien perdu.

B aragouinant l’espagnol, puant l’alcool, le bémol, lol.
O bservez notre clef de l’hôtel, pour le septième ciel.
N uancée, la crise continuait… la brise rafraîchissait…

S toïque, je tique, l’unique place publique magique.
O h ! Que cent mètres, le vent nous prend en traite
U ltime rigolade, petite bousculade… plus en rade ! 
V ivement la douche car on en tenait une couche…
E mus, main dans la main, le même destin. Tintin !
N otez bien ! Si crevés, épuisés, ratatinés, congelés. 
l y a déjà, dix ans de cela… La suite ? Devinez la !
R emarquez, j’en ris encore, nous aussi, on s’adore.

*Les commentaires sont clos.