Souris-Sète
Publié à 19:53 dans Amis poètes

Je rangeais avec confiance
De quoi passer les vacances
Dans notre petit “chez-nous”
Quand survint le loup-garou !
Une souris minuscule
Sans vergogne me bouscule
Pour aller se camoufler
Dans notre garde-manger
Elle m’empêche de dormir
Depuis trois nuits je soupire
Je n’en peux plus j’ai la trouille
Dans tous les recoins je fouille
Sans succès. Elle se cache,
Frétillant de la moustache.
Vidée la bombe à moustiques
On n’avait pas d’arsenic !
Aucun effet sur la bête
Y ‘ en a marre de ce casse-tête !
Et de la lampe électrique
Sous le polochon, je clique
Tous les quarts d’heure je l’espionne
Cette satanée friponne
Qui grattouille dans l’armoire
Que cherche-t-elle dans le noir ?
Tout enlevé du placard
Dans la pièce un vrai bazar
Vu soudain la souricette
Demi-zézette de Sète
Filer dans un trou d’un sou
Quitte à s’en rompre le cou.
On a démonté la porte
Il fallait bien qu’on l’en sorte !
Emmené le tout dehors
Pour lui éviter la mort
Cléments pour cette maligne
Qui depuis trois jours nous guigne
Attendant notre sommeil
Pour faire sonner son réveil
Et piquer, ô sacrilège
Le fromage au fond du piège
Sans déclencher le ressort
Et sans le moindre remords !
Au matin, bonne surprise
Plus trace de souris grise
Ni de verte, ni de marron
On craignait des rejetons !
Bien dormi, récupéré,
Souris Sète est oubliée !
Mais le lendemain, horreur !
Un autre oiseau de malheur
A mangé notre comté
Et actionné le levier
Emprisonnés dans la cage
Souris mâle et le fromage
Finissent au fond de l’évier
Ils ne savent pas nager !
Souris Sète en liberté
Doit nouveau mari trouver !

Régine (Dole - Sète)

*Les commentaires sont clos.