La ferme aux crocodiles à Pierrelatte (Drôme)
Publié à 14:57 dans Drôme, ses environs

Le magnifique paradis se situe pas très loin du coeur de ville.
Venez donc découvrir cette île magique, tellement tranquille.
Trois cent trente cinq crocodiles m’attendent… pour la visite.
Trente cinq beaux mâles, trois cents femelles qui cohabitent.

La plus commune des espèces reste le caïman à lunettes,
A cause de ses yeux rapprochés voyez ici leur bonne tête.
Le plus petit, le caïman nain mène une existence discrète,
Et dissimulé derrière son tronc, il savoure la vie, si secrète.

Un splendide couple d’alligators albinos, blanc, se repose,
Immobiles sur la branche, toujours prêts à prendre la pose.
L’immense serre ombragée de 18 à 28 degrés est ventilée
Puis rafraîchit d’un brouillard artificiel, surtout en plein été.

Une jolie cascade limpide, où je mime Tarzan, pour la photo,
Mais pas de démonstration, voilà des bulles sortant de l’eau.
Parade nuptiale-accouplement, tout bascule selon la formule.
De janvier à avril, que du bon temps pour ces belles crapules.

Chaque mâle dispose d’un harem, dix charmantes femelles,
Puis délimite son territoire et surveille ses fines demoiselles.
En guise de petits déjeuners, des volailles, lapins, vitamines.
Deux kilos par croco par semaine, je leur trouve bonne mine.

Le mercredi et le dimanche, ces en-cas attirent leur attention.
Ensuite, la sieste programmée…avec trois jours de digestion.
Ils communiquent entre eux, par grognements, vagissements.
Encore un baston ! Histoire de monter le ton… innocemment !

Un royaume enchanté entièrement destiné à Ses Majestés.
Même certains pistonnés ont droit à… “leur plage réservée”.
Décor harmonieux de jungle…multiples variétés de plantes,
Appartenant à plusieurs familles différentes, quelle détente !

Ces créatures se déplacent d’une démarche si flegmatique.
Leur gueule ouverte nous laisse admirer les zigomatiques.
Le gavial, fin, noir au long nez est l’espèce la plus menacée.
L’alligator du Mississipi demeure le plus connu, je le savais.

Seuls, les yeux, oreilles et narines dépassent de la surface.
Le sable fin qui leur caresse le ventre leur sert de paillasse.
Promenez-vous tranquillement avec “ses beautés”, sur l’île
Et prenez votre temps pour visiter “la ferme aux crocodiles”.

Ce poème sympathique a gagné une mention très honorable
section Jean de la Fontaine 2012 au 44ème concours international de poésie Rencontres / île des poètes à Ste Geneviève des Bois.

*Les commentaires sont clos.