L’oeuf ou la poule…
Publié à 14:59 dans Humour apprécié...

L’anecdote se déroulait dans cette usine
Où l’on devait s’activer sur une machine.
Simple test physique… pour l’embauche
Et surtout… surtout ! ne pas être gauche.

Longue chaîne automatisée, tapis roulant,
De quoi passer un très agréable moment !
Mais voilà donc… que le divin instrument
Fonctionnait déjà, depuis bien longtemps.

Un beau jour, arriva une jeune stagiaire
Qui n’avait pas peur de la grippe aviaire.
Son travail consistait à ranger les œufs
Dans un emballage carton fait pour eux.

Pour le meilleur, pour le pire… Attends !
Tout en sifflotant un air assez charmant,
Les doigts bien écartés elle s’appliquait
Pour les attraper sans jamais les casser.

Puis soudain, voilà que le tapis accélère,
Les yeux écarquillés, mais quelle galère !
Son va-et-vient gestuel ne suffisait plus,
Le poussoir «arrêt» ne fonctionnait plus.

Quatre à quatre, six par six ils arrivaient,
Par huit ! par douze à la vitesse grand V.
Impossible… de les récupérer ! Affolée,
Elle les regardait approcher… médusée.

La demoiselle s’allongea de tout son corps,
Sur le tapis dans une situation d’inconfort.
Bras écartés, elle tentait de les ceinturer,
Hélas cette fameuse omelette est arrivée.

C’est si élémentaire… quelle belle affaire !
Le jaune la glaire, comment s’en défaire ?
Puis subitement, la situation se renverse,
Le mécanisme s’inverse et la bouleverse.

Les œufs reculaient en sens contraire,
Alors la stagiaire était démissionnaire.
Alarme et sirène hurlaient dans le noir,
Notre apprentie pleurait, de désespoir.

D’un coup le système s’était détraqué,
Des plateaux tout prêts s’entassaient.
Retrouvée pattes en l’air, sur le tapis,
La petite poule avec ses beaux habits.

Car d’autres volatiles ont surgi, en défilé,
Je les imaginais, les plumes retroussées,
Dansant notre «French Cancan» endiablé,
Au son de la Musique, toujours appréciée.

La jeune fille maintenant amusée souriait,
Riait même ! de la duperie bien préparée.
Ce fut un magnifique instant de détente,
Qui termina pour moi par ce bel andante…

*Les commentaires sont clos.