La grotte de la Salamandre (30)

Méjannes-le-Clap par une divine journée ensoleillée,
Route goudronnée, quatre kilomètres, voici l’arrivée.
Sur l’immense parking arboré, avec itinéraire fléché,
Sept cents mètres en balade, large sentier en forêt.

Accueillis par des trilles d’oiseaux aux agréables mélodies,
Un fond d’air frais caresse mes narines encore endormies,
Tandis que calme, panorama, me tiennent bien compagnie,
Grille ouverte à dix heures et demie, Dame cavité… par ici.

Vaste terrasse ombragée… triangulaires voilures colorées,
Jolie boutique bois aux baies vitrées, toujours achalandée,
Toit pointu, vasistas carrés… riche mur végétal immobilisé,
“Maud/Leeloo”, de son nom de scène, y travaille volontiers.

Royaume d’Enzo et ses reines éternelles les gouttes d’eau,
Grande première exceptionnelle… un tête-à-tête avec Véro.
Onze heures ! Quel honneur… le tutoiement est de rigueur,
Partageons ce long moment en duo dans la bonne humeur.

“Sésame, ouvre-toi”. Ho ! Là-voilà qui m’offre ses joyaux.
Tunnel de soixante-dix mètres, je pénètre en ses boyaux.
Chemin antidérapant aménagé, balises vertes sécurisées,
Serpentons gaîment, au coeur de l’insolite et rare beauté.

Quatre courageux descendent en rappel, par l’entrée naturelle,
Suspendus dans le vide, harnachés… la vue paraît plus belle.
Cette solide protection en bois au-dessus de nos chères têtes,
Doit éviter, que rochers et éboulis, ne nous fassent notre fête.

Le regroupement d’extraordinaires massifs stalagmitiques,
De vingt mètres de hauteur anime “Sète” visite magnifique.
Hautes orgues majestueuses, frêles fistuleuses au plafond,
Fine draperie volumineuse, pile de crêpes, c’est trop bon !

D’impressionnantes colonnes cassées couchées sur le côté,
Une palanquée de méduses, hiboux, chouettes, aux aguets.
La suave et douce musique de fond, enchante mes oreilles.
Floc ! Floc ! Floc, murmure la goutte d’eau qui m’émerveille.

Pendant les trois dernières minutes, joli son et lumière.
Les mirettes bien écarquillées, accoudée sur la barrière,
Exquise maquette en toile de fond c’est que du bonheur,
Enzo et sa zapette m’en font voir de toutes les couleurs,

*Les commentaires sont clos.