Bordeaux, Arcachon, entre vignobles et océans…
Publié à 12:49 dans Voyages/Voyages

Dès potron-minet… en ce lundi vingt-neuf mai,
Bordeaux en autocar, plaisant voyage organisé.
Quinze heures… St Emilion, vignobles du pays,
Rendez-vous office du tourisme, Laure-Amélie.

Sur les hauteurs de l’accueillante cité médiévale,
L’Histoire divinement contée, par l’égérie locale.
Descendons la venelle pavée de galets de rivière.
C’est glissant… mais tenez-vous bien à la barrière.

Tous entier devant la spacieuse place du marché,
Où repose l’ancienne église…catacombes, cavité.
Tandis que ces mythes redeviennent légendaires,
Fascinants, passionnés, conservant leur mystère.

Attendus au Château Laniotte offrant la dégustation,
Découvrons la cave raffinée débordante d’animation.
Film illustratif, explicatif, spectacle original, humour,
Une kyrielle de tours de magie, suivis de calembours.

Installation au majestueux hôtel Quality suites,
Mérignac… et pas question de prendre la fuite.
Quel délicieux dîner, en charmante assemblée,
Chaperonnés jusque dans les bras de Morphée.

Le lendemain, p’tit déjeuner, matinée ensoleillée,
Admirons donc cette merveilleuse perle d’Olivier.
Après nos joyeuses agapes… promenade, photos,
Sur la Garonne, balade commentée de Bordeaux.

Xavier, ce jeune guide conférencier, séduisant,
Lunettes noires, reste notre chevalier servant.
Découverte intéressante, de la capitale du vin,
L’autre activité afin de partager entre voisins.

Installés aux premières loges, l’astre rayonnant,
Naviguons sous ces trois ponts, très différents.
Mais sur quelle rive allons-nous enfin accoster ?
Bâbord ? Tribord ? Gaby va encore rouméguer…

Pendant notre temps libre, essayons ce tramway
Puis poursuivons notre attrayante flânerie à pied.
Rue Ste Catherine, élégante galerie, joli marché,
Riche théâtre, cathédrale, bonjour mes mollets !


Nos ripailles achevées, au salon, aubade au piano.
Marche turque par Véro, suite… fin, par une pro.
Bonne nuit les petits, Nounours tu es toujours là,
Survolant le nuage blanc en compagnie de Nicolas ?

Journée admirable en ce mercredi… Sa Majesté,
Idem son précédent confrère, Valérie appréciée.
Découverte panoramique de cet écrin d’Arcachon,
Splendide, chic agglomération des quatre saisons.

Moment captivant dû aux quelques particularités,
Cinq quartiers rapprochés, port, passes, marées.
Vivant du tourisme, de la pêche, d’ostréiculture,
Traditions, souvenirs émouvants mais fière allure.

Midi ! Déjeunons tous en chœur “Chez Yvette”,
Superbes plateaux de coquillages, menu de fête.
Poissons en sauce, crêpes au coulis, café serré,
Nous-voilà rue Gambetta afin de mieux digérer.

En début d’après-midi, Le Tethys à l’embarcadère.
Divin catamaran… aux parcours plutôt exemplaires.
Assis sur la banquette très attentifs on se prélasse.
Agréable sortie sur le Bassin, surveillons les nasses,

Lunettes foncées, casquette beige, tee-shirt bleu,
Bermuda vert, Serge vit, tel un capitaine heureux.
Tatouages aux deux biceps, musclé comme Popeye,
Barbiche grisonnante, aimant une plante, l’Oseille.

La baleine échouée, à queue zébrée jaune et noir
Sert de repère, salue en disant ”allez, au revoir”.
Cette captivante excursion vers l’île aux oiseaux,
Cabanes sur pilotis, maints migrateurs, incognito.

Ensuite en direction de la Presqu’île du Cap Ferret,
Une vue sur plusieurs villages de pêcheurs, abrités.
La pinasse, bateau traditionnel de la pêche d’antan,
Requin, voilier affiné, muni d’un haut mât flambant.

Quand les flots se retirent les barques ainsi couchées
Languissent patiemment, l’éminent retour de la marée.
Apparaissent alors de nombreuses plages de sable fin,
Harmonieux coquillages, longs piquets noirs souverains.

Palanquée de tables d’huîtres… pontons d’amarrage,
Résidences en forêts de pins… affinons le bronzage.
Grouillante flopée d’embarcations dispersée partout,
L’étonnant maestro slalome gracieusement, coucou !

Matelot Véro, au rapport ! Reçois ton carnet de bord,
Offert gentiment par ce loup de mer, l’ultime trésor.
“On va s’écarter un peu, car l’eau descend toujours”.
Aux abords de l’illustre dune du Pilat, hop demi-tour.

Depuis sa cabine blanche, équipée d’instruments,
Compas, radar, GPS, jumelles, micro ensorcelant,
Poussé par le vent, en essayant de s’amarrer à quai,
Ce cher paradis assez secret vient ici d’être dévoilé.

Deux chaleureux bisous posés sur ma joue ont claqué,
Souhaitant prompte continuation, à ce futur retraité.
Dix minutes après, à l’assaut du long chemin ensablé,
Marchons tranquillement, jusqu’au pied des escaliers.

Une deux trois, à haute voix, commençons à compter,
Motivation, rires, bonne humeur m’ont beaucoup aidé.
Que cent cinquante marches à escalader, ouf, crevée
Grimper tout là-haut, m’a fait travailler les fessiers.

Dominant l’immensité du fabuleux océan atlantique,
Fiers, enivrés, victorieux, halte dans les boutiques.
Souper gourmet… je m’endors vite comme un bébé.
Déjà jeudi ! Mon dernier jour de vacances méritées.

Neuf heures trente à Bordeaux, visite audio guidée,
De cette cité du vin dans sa plus profonde diversité.
Gigantesque bâtiment, huit étages, large ascenseur,
Fantastique… extraordinaire… aisance… grandeur.

Univers si goûteux… collation en toute tranquillité.
Reste à prévoir dans le circuit, la seconde matinée.
Bernard, voulant s’instruire m’a carrément oubliée,
Sans montre ni portable, “Au secours, suis paumée”…

Nos mirettes rassasiées de vision, folie, souvenirs.
Mille remerciements, retour au bercail avec plaisir,
Pour Michel, l’adorable conducteur de bus attitré,
A Gaby… notre accompagnatrice toujours dévouée.

*Les commentaires sont clos.