La guêpière en croisière !
Publié à 11:37 dans Tout venant varié

L a guêpière en croisière, quelle belle souricière !
A ussi bien saucissonnée, je m’en vais la dévorer.

G agné, quelle sauc’, mes ailes pour le boss’ ?
U ne autre fois j’y serais, en quoi me déguiser ? 
E lle est noir’, très sexy, c’est à voir, elle est ici.
P rendre son pied en se tortillant pour se l’enfiler.
I l faut l’attacher puis la serrer avec les crochets.
E n effet c’est très moulant, l’effet est foudroyant.
R elevant bien la poitrine tout en servant de vitrine,
E n bretelles entrecroisées, la donzelle s’éveillait,

E nfin libérée, car tous les matins, elle angoissait,
N ourrie d’hématomes, envie d’homme, de pomme.

C achez ces jolies jambettes, qui content fleurette.
R edécouvrez les mollets musclés, prêt à cavaler.
O riginale cette dentelle, disait Sète cigale infidèle.
I maginez ces bas résille, voyez les fines chevilles,
S ur les cuisses érotiques vint s’agripper l’élastique. 
I l fallait s’y habituer, séquestrée de mon plein gré,
E n élégant décolleté, j’en jetais, de tous les côtés.
R ire discret, sourire enchanté, j’allais Le remercier, 
E t nouvelle Véronique sortit ses ailes de la clinique.

3 commentaires pour La guêpière en croisière !

RSS 2.0 | Les commentaires et les liens ne sont pas autorisés.
  1. bernardo a écrit :
    le 6 février 2009 à 20:11

    Je me suis bien marré en te lisant, et je t’ai retrouvé les paroles d’une vieille chanson qu’interprétait Yvette Giraud, une chanteuse célèbre après la guerre. Les voici.

    Ma guêpière et mes longs jupons
    by Yvette Giraud
    Là-bas dans mon Texas
    J’allais vêtue comme un vrai garçon,
    A la ville au moins la Femmes est Femme
    Avec la mode et ses façons…
    J’ai quitté mon vieux rancho
    Je suis à San Francisco
    Je fréquente en élégante
    Pomponnée de la tête aux talons
    Les bars chics et les grands salons…
    J’allais pieds nus dans la rosée
    Me voilà métamorphosée
    En toilette avec voilette
    Mon ombrelle et mon petit manchon
    Ma guêpière et mes longs jupons.
    Gantée jusqu’aux bras
    Et chaussée de souliers fins
    Je m’avance en mesurant mes pas
    Suivie de mon parfum…
    Je porte aussi de longs bas noirs
    Des dessous qui laissent voir
    Mille choses blanches et roses
    Dans un frou-frou de satin, de linon
    Sous ma guêpière et mes longs jupons
    Quelle joie pour un amant
    D’écarter lentement ces embûches
    Ces fanfreluches, nœuds, lacets, rubans
    Pompons, et la guêpière et les longs jupons
    Et… les longs jupons…

  2. lefebvre claudie a écrit :
    le 3 mars 2009 à 2:53

    merci pour les paroles de cette chanson que ma mère chantait à chaque réunion de famille et que j’avais partiellement oubliées.
    Souvenirs souvenirs…….

  3. Carjuzàa Isabelle a écrit :
    le 27 janvier 2010 à 10:28

    Merci aussi pour les paroles de cette charmante et espiègle chanson, ne pourrais-t-on avoir la musique ?