En admiration pour ce joli cortège catalan du Vendredi saint,
Tout à notre excitation, nous-voilà en route, de si bon matin.
Au centre ville de Perpignan en terrasse d’un café renommé,
On attend patiemment… à la Porte Notre-Dame du Castillet.

A quatorze heures, dans une ambiance plus que solennelle,
Les femmes vêtues de noir ajustent leurs voiles de dentelles.
Dans l’église St Jacques, les pénitents revêtent leurs tenues,
De longues robes noires, des caparutxes* cagoules pointues.

A quinze heures quelques roulements de tambour plus tard,
Le nouvel évêque donne enfin le coup d’envoi pour le départ.
Enfants, croyants, anonymes, touristes, étrangers, curieux,
Toute la foule respectueuse, contemple ces nouveaux lieux.

Afin d’accentuer davantage l’atmosphère fébrile, mystique,
Des haut-parleurs diffusent en continu chants et cantiques.
Le Régidor* vêtu de rouge conduit l’imposante procession,
Sonnant sa cloche de fer par intermittence, pure tradition !

Suivent huit tambours aux roulements lugubres, sinistres.
Là, recueillement et deuil, en ces circonstances si tristes.
Le bruit sourd des bâtons frappant le sol rythme la pause,
Hommes et femmes soutenant les mystéris* se reposent.

Certaines statues, croix pèsent près de cinq cents kilos,
Souvent même ils s’entraident, pour éviter le mal de dos.
Pendant tout cet après-midi là, sous un soleil éblouissant,
Peu de fidèles défilaient pieds nus en ce jour de printemps.

La nuitée à Collioure avec la pleine lune nous a enchantés.
Ensuite ce trajet dans le village si merveilleusement balisé,
Maintes couronnes d’eucalyptus, lierre, rameaux d’olivier,
Feuillages et bouquets de fleurs colorées très parfumées.

En l’Eglise Notre-Dame-des-Anges, une douce musique.
A l’intérieur, la découverte de huit chapelles magnifiques,
Où s’organise, en commun, la préparation des reposoirs*.
C’est complet. Ah, voilà juste deux places pour s’asseoir.

Après la prière, quelques chants, le moment jamais vécu.
Accompagner, participer, à ce fascinant cortège inconnu.
L’appel  au micro…et une à une, s’alignent les confréries,
Du chœur aux escaliers, ici aussi cette place est envahie.

Le Régidor, sa cloche en fer, les roulements de tambour,
Des haut-parleurs, du bonheur… tout le long du parcours.
Se glissant au milieu de la foule en ces ruelles escarpées,
Nous célébrons ensemble, ce réel moment d’authenticité.

aucun commentaire
Fédération musicale du Var
Publié à 12:53 dans Harmonies variées

F élicitations et aussi grand merci… pour les invitations…
E ncore ! Et grâce aux subventions, de la ville d’Hyères,
D u Conseil Général, Conseil Régional, c’est un festival…
E t l’Union des Fédérations Musicales… que je signale…
R égion Provence Alpes Côte d’Azur chapeaute, c’est sûr !
A u forum du casino, les onze directeurs sont à l’honneur,
T rois cents musiciens présents, tous vêtus noir et blanc…
I nvités toujours privilégiés au sixième concert de prestige
O n est dimanche 11 février, les manches sont retroussées…
N on, une journée enchantée et je tiens à vous en remercier.

M agnifique après-midi… très éclectique, et bonne musique
U n compositeur. En chœur, jouez tambours sonnez clairons,
S ous la direction d’André Guigou, attention, c’est trop chou.
I l s’agit de «Provence Marche», la nuance dans son arche…
C omposition historique, «Powell Street»… et c’est magique
A vec Jean Arèse, souriant et toujours aussi à l’aise… Blaise !
L e glissando de trombones, j’adore, le chef les a à la bonne…
E t «Floralies à Hyères», in memoriam sont montées en prière.

D e Marc Carbonnel, trop tôt déjà monté au ciel chez l’Éternel
U niversel, Louis Ravel. Une note, un roi, ils tricotent, les bois…

V oici «Disney Movie Magic»… condensé de dessins animés,
A ccompagné par Eric Mendez ! Walt Disney c’est très balèze
R egardez ! «Freddy Quinn Medley» avec Maurice Février !

M ais ça danse, ça balance ; Et les trompettes font la fête
E t voici «Mambo Jambo», la batterie en solo et saxs altos,
R emercie l’empereur du bonheur, Michel Lazarini, si ravi.
C oucou à la gamine, la benjamine et au doyen, tiens, tiens !
I l était mon directeur attitré, je lui rends un honneur discret,

C iné Marche» où j’ai bien participé, sifflé chanté et apprécié
H a, j’ai nommé André Simien, c’est vrai, il était bien. Viens !
A merican Latina» très sympa sous la baguette d’Alain Chiva
L e vrai medley mexicain où tous on frappait dans les mains.
E nfin, «My fair Lady», jolie, dirigée par Philippe Allegrini,
U ne ouverture de film américain, dure, enlevée avec entrain
R appelle-toi «tous les bateaux, tous les oiseaux» trop beau
E ntrée dissonante avec les bois, charmée, je chante avec toi
U n coin de ciel avec Gabriel, un grand bol d’air avec Sauvair
S entez les effets de trombones, les points d’orgue, ça donne
E clatante, triomphante, elle nous enchante, quelle variante
M ême «Royal Savoie», pas redoublés est de très bon choix
E t trompes de chasse, tambours, clairons nous donnent le ton
N ommant Jean-Claude Pastourely, content sans aucun souci
T erminant cette belle manifestation, avec tant d’acclamations

A vec Coupo Santo, l’hymne provençal et le micro, les pianos

V oilà, les paroles sont écrites par Frédéric Mistral. Quel solo
O n ne s’est levé qu’au troisième couplet, tous très enchantés
U ne tonne d’applaudissements et il chantonne tranquillement
S ans se presser, la voix posée, il fait comme si de rien n’était

T rois heures pour venir, pour le plaisir et autant pour repartir
O n est réunis ici, en toute simplicité, en toute amitié, sacrée
U n très grand merci à Marcel Demichelis et André Simien
S ouviens-toi aussi ! Le 3 février, je l’ai marqué et je reviens.

aucun commentaire
Pour mon ami de la poésie
Publié à 14:26 dans Copains/copines

R êvant de participer au concours de poésie
A dorant la simplicité, toujours j’ai eu envie.
Y a t’il un moment plus amusant et exaltant ?
M a renaissance, Raymond, la nuance, le ton.
O h, coucou, grand méchant loup, charmant,
N ‘allez-vous pas me dévorer pour votre dîner ?
D emande tout rouge, le petit chaperon rouge.

B lague à part, petit clin d’œil, ceci dû au hasard.
E tonné, il s’est reconnu, m’aurait dégustée crue.
R evenu de sa stupeur, mordu, il a un grand cœur.
G agné ! Lundi de Pâques, il me sourit, maniaque.
E ncor’, sous son aile et de l’or, dans la cervelle…
R iche, l’acrostiche fétiche pour vous, Ma biche.
O n s’enlace, s’embrasse, c’est le coup de grâce.
T ous mes remerciements et sincères sentiments.

aucun commentaire
Jojo…
Publié à 11:04 dans Copains/copines

e te dis que c’est ta copinette ! Chouette
O  ui, oui, celle qui me casse les cacahuètes
S  ‘il vous plaît et je ne suis pas casse-pieds
E  t si cela ne te plaît pas, ce sera comme ça
P  ourquoi ? Parce que ! Je fais ce que je veux
H  a, elle est belle, ici aussi, la vie sans souci

B  on d’accord, mon trésor, je vaux de l’or
E  t de l’or en barr ‘, je ne fais pas d’écart
L  es quarts, les demis, fière, c’est la bière 
O  h, la mauvaise langue… tu t’enfangues
T  u vas au hasard, Balthazar, suis le radar 
 

1 commentaire

I l était une fois une bonne Harmonie. Gare !
L à voilà aussi baptisée… Batterie-Fanfare…

E lle était si jolie dans son bel uniforme bleuté…
T ellement belle que nous étions tous respectés…
A vec sa Musique Militair ‘… et ses Grands Airs…
I l faut dire Opérette, Opéra et toujours sans Bla, Bla…
T ous en tête, en Petits Rats et le Chef, en Gros Chat…

U ne fois, en colère, ” il ” nous a traités de “Fanfouille”…
N on, quoi ? Il a osé ! ça nous a foutu une belle trouille…
E t nous voilà vexés car il a ajouté “à Trifouilly les Oies”…

F inalement, il aurait pu aussi dire ” Ronflante ou Souflante “…
O h, n’oublions pas ! Ce sera sûrement pour la prochaine fois…
I l faut avouer que ce n’est pas flatteur. Il s’en mordra les doigts…
S ilence ! On est tous de bonne humeur ! Je chante, tu chantes…

aucun commentaire
Marylin, ma biche adorée !
Publié à 21:46 dans Souvenirs, souvenirs...

M ignonne, cette personne va tous nous charmer
A dorable… elle va même nous les faire craquer
R ieuse et joyeuse… il nous faut bien se l’avouer
Y -a-t’il d’autres qualités… aussi bien dévoilées
L a première journée ensoleillée du mois de mai
I nvitée bien cachée, cette étoile est enfin arrivée
N ée à Sète, je l’ai, depuis, rencontrée et cotoyé

B ichonnant tendrement tous ses bons amis
L aissant les amants et les nombreux soucis
A ccueillant gentiment cette nouvelle brebis
S avourant les moments de sa seconde vie
C omme les enfants, musique, rire  et ski
O h, la bonne ambiance, nous voilà réunies

aucun commentaire
Mon frère et mon grand père bien aimés
Publié à 0:00 dans In memoriam

Georges Bouzigues

G eorges, le prénom de mon frère,
E t celui aussi de mon grand-père…
O n ne les confondait pourtant pas.
R egardez ! Ils étaient si sympas !
G ai, enjoué, les échecs, sa passion,
E
t il jouait d’oreille à la perfection !
S urtout le piano, c’était trop beau !

B ouzigues est notre nom de famille.
O h oui ! Avant qu’on ne s’éparpille…
U ne soirée, au Polygone, un pylône…
Z ut, mal éclairé, sa voiture a basculé.
I l avait la ceinture de sécurité, mais
G agné ! Il y est resté pour l’Éternité !
U n 30 novembre… il nous a quittés…
E t il y a déjà une vingtaine d’années.
S es vingt-six ans… on l’aimait tant !

Georges Bouzigues (grand-père)

aucun commentaire

Dossenheim

D éfilés de valises, débordés de bises, la surprise !
O n repart avec Thierry… et en car, pas de souci.
S ouriant, patient et plein d’attention, sa vocation.
S uivant les recommandations, vivant l’exaltation,
E n compagnie de mes amis, la belle vie, c’est ici !
N otre maire et l’anniversaire, notre vocabulaire,
H onneur au jumelage et bonheur que l’on partage.
E ntre nous, je ne vous raconte pas tout, c’est chou,
I l m’en faudrait davantage, bien plus qu’une page,
M erci à l’Harmonie, qui nous réunit, dans ce pays.

Ladenburg

L a visite, vendredi, commence par un site très joli,
A vec un beau château d’eau de 40 mètres de haut.
D evant le bel hôtel de ville, la petite place de style,
E ternelle fontaine, soldats romains et statues enfin.
N ote le Palais épiscopal et l’anecdote du scandal’…
B ouche bée ! Frissonnez dans la crypte aménagée.
U ne habitation a une histoire, action et mémoire…
R egardez ce décor et écoutez ce milord, d’accord ?
G agnez et devinez… l’inventeur de l’automobile ?

Mannheim

M ais après la pause… à la Roseraie, il nous dépose,
A u centre-ville, tranquille, on se faufile, c’est facile.
N ous marchons en faisant attention aux tramways,
N ous visitons, dans le vent, les églises du moment.
H eureux et joyeux, cet après-midi me ravit aussi,
E t le club des 5 sétois, comme la main, les 5 doigts.
I l faut rentrer à la maisonnée car on nous attendait.
M ême l’agréable soirée fut très appréciée, à souhait.

Heidelberg

H onorer la dame avec l’escorte, la rame nous emporte.
E lémentaire, le funiculaire rouge et tiens toi, ça bouge.
I l faut grimper au château, admirer le grand tonneau.
D e là-haut, un regard si beau, les remparts, le Neckar
E t le Vieux Pont, ses arcades et d’un bond, il gambade.
L es immenses cours et l’affluence de ces grands jours,
B outade et visite achevées, balade et limites dépassées.
E ncore promener ? Mais on l’adore, il prend son pied.
R etour programmé et bonjour, bon déjeuner à volonté.
G rande répétition, demande d’attention et application.

Lansargues

L ‘harmonie, en rond… s’installe dans le fond de la salle,
A vec un répertoire assez varié, les accessoires y allaient.
N otre chef Patrick s’est présenté derechef à notre public,
S ur son petit discours approuvé, “pour Aline, on a joué”.
A bsolution, bénédiction de Monseigneur au grand cœur,
R ythmé, endiablé, le Big Band allemand est dans le vent.
G roupées et pêle-mêle, les belles musiques. Magnifique !
U ne soirée bien partagée, soirée d’adieux, vers les pieux,
E t merci à Hermann et Hildegard Fischer*, mes logeurs.
S ur l’acrostiche improvisé, pour ma biche, mille pensées.

* Fischer : prononcer Fischeurs

aucun commentaire
Mes joies si simples !
Publié à 13:24 dans La Belle Vie

M a vie n’est remplie que de bons plans, pour l’instant
E t pour tous les mauvais, je les mets bien sûr, de côté
S i je vis très bien, c’est aussi parce que je le vaux bien

J e suis une crème, et je “ponds” des poèmes
O n appelle ça, acrostiches, le blog fétiche 
I l me faut immortaliser, à jamais, mon passé
E t le partager avec des personnes intéressées
S ouvenir d’enfant, d’un instant, il reste présent

S urtout, jouer aux cartes, belote, tarot, rami 
I mportant, le Dédé * et le Journal de Mickey

S ouvent, le cinéma, le canevas, l’Atari, la “souris“ 
I l y a les CD, DVDjeux de réflexion et d’attention
M
ais j’adore la Musique, d’harmonie, de rue, aussi
P our bosser quoi ? La flûte traversière, le sax alto
L e temps n’est pas de trop…  j’adore la danse rétro
E t balade moto, camping car, trop beau, le Canard
S ki
, natation, pêche, en ce moment, c’est la dèche. 

* Détective
 

aucun commentaire
Les 120 ans de l’Harmonie !
Publié à 12:00 dans Harmonie de Sète

C ’ était un dimanche 2 avril et nous étions tous sur le grill…
E t l’anniversaire de notre harmonie les avait tous rajeunis…
N otifiant aussi l’année Mozart ! Mozart ? Mais c’est de l’Art…
T ant d’absents excusés et tant de remplaçants, au pied levé !

V oici le programme varié et Variétés Françaises, Internationales.
nvitation à la Majestueuse Valse de l’Empereur… en Do Majeur…
N otant la Belle Valse Russe ; Ah ! La Festa  de l’Issanka, l’estivale…
G ilbert Bécaud, Georges Brassens, Edith Piaf et Charles Aznavour…  
T ous ces pots-pourris sont si jolis, qu’on les jouerait, chaque jour.
S inon, avec Le France et My Way ; En France, ouais ! on y était.

A vec Mountain March en entrée, Bert’s March, Torch of Liberty
N on ! Après Jubilissimo, nous étions tous Ready to go. De l’eau !
S on très beau paso doble de concert… Consuelo Ciscar. De l’art ! 

D e Mozartfest à Salzburg Impression ! Quelle belle interprétation !
E t Bella Italia, c’est la fiesta, et Les Gipsy Kings, ce sont “les Rois”…

L ouis Ganne, et Hans, le joueur de flûte… Une opérette, chouette !

H a ! Remercions le service Animation, les personnes de l’exposition…
A vec l’aide de… Maryse, Blanche, Claire et Suzon, pour les boissons…
R emercions aussi tous les services municipaux, pour tant de boulot…
M idi Libre ainsi que tous les journaux, les membres de notre bureau…
O n a tous passé un agréable après-midi garanti, en toute sympathie…
N os félicitations à la Direction ! Au Président, Directeur et… Acteurs.
l faisait un temps magnifique pour écouter de la très Belle Musique…
E t un Hommage aux Anciens… Le Grand Age, nous, on l’aime bien !
 

aucun commentaire