Joyeux anniversaire… le 19 mars !
Publié à 10:51 dans La Belle Vie

H armony, si ravie en ce jour… vous signifie son bonjour,
A vec sa bonne humeur, mais que nous vaut ce bonheur ?
R iez souriez, charmeur, une nouvelle année au compteur,
M algré la moitié de mon voyage, cela me fait le “bel âge”…
O ù tout est permis ici et où la belle vie nous sourit aussi.
N e pas oublier de profiter, appréciez tous les bons côtés.
Y a t’il “petit jardin secret” ? oui et un joli festin à partager.

aucun commentaire

C ouleur argentée, dorée, endimanchée saupoudrée de rosée fraîchement tombée
H abillés différemment, nous y allons gaiement, tout en sifflotant, tranquillement
A ccompagnés du chant des oiseaux, le soleil, sans vent, est très haut, il fait beau
M agnifique tableau coloré aux tons harmonisés bien mélangés, c’est la fin de l’été
P arfums variés, petite route goudronnée, forêts ratiboisées… tout a été ramassé
I mpossible n’est pas français et disponible on l’était et impassible, on l’est resté
G ardons un bon souvenir de cette journée de plaisir, on va partir… Quel soupir
N ature, nature, tu es si pure ! Mets ton armure, le temps soignera tes blessures
O uverture et Aventure ! Tu as si fière allure, Dame Nature et Trop Belle Créature
N ous arrivons en carioca à La Salvetat, village sympa où le fromage guide ses pas
S itué dans la ruelle, un restaurant, très charmant, nous attend… et nous appelle

C hangement de décor, nous rencontrons Victor et son plan secret qui vaut de l’or
E t après le délicieux déjeuner à “La Commanderie“, nous voici donc repartis, ravis
P artout, il y en avait, des rouges tâchetés, orangés, mais ils étaient tous mauvais
E t caché sous l’épais tapis de feuilles colorées et branches cassées, “il” l’a repéré
S eul, abandonné dans l’immense forêt ensoleillée, un cèpe reposait, il l’a réveillé

C haleureusement, la petite rivière toujours si régulière, descend vers la clairière
O ù la détente et l’andante de sa sérénade enchantent la balade… Quelle galante
U ne palette de douceur-chaleur et deux brochettes de bonheur-bonne humeur
L e poète a dit : pas de cueillette, pas d’omelette, et la couette est plus discrète
E t à la nuit tombée, tout redevient secret, le soleil couché, la lune prend le relais
M atin brumeux, j’ouvre enfin les yeux, au lac de la Raviège, on soutient un siège
E t nous voilà, cahin, caha, chemin faisant vers la Fête des Vendanges à Ouveilhan
L e vide grenier, le grand marché, les groupes folkloriques animaient en musique
L e fifre, les hautbois, les harmonies d’ici étaient de la partie… et Mon Lapin aussi
E t après la vision, l’apparition, on est allé chacun de son côté avec son bien aimé
S urtout, ne sois pas jaloux, Beau Matou car on s’entend vraiment bien sur tout

Voir aussi : Mon Lapinou

Restaurant « La Commanderie »

1 commentaire
Pour les pitchous !
Publié à 16:27 dans Sorties en peñas

P ar un magnifique vendredi après-midi ensoleillé…
I nvitant la musique aussi… Allez, assis et écoutez !
T oute l’école maternelle a fait de belles étincelles…
C haque enfant, magnifiquement costumé et grimé…
H a ! Voilà un tout petit contrat, ambiance sympa !
O n s’est tous régalés avec une formation à moitié…
U n coup de chaud au coeur, moments de bonheur…
S uivez la farandole, nous avons tous la patte folle.

aucun commentaire
Le “Docteur” et la “Cousine”…
Publié à 14:13 dans Souvenirs, souvenirs...

éritable histoire d’amour, idyllique et platonique,
E ntre le “beau Paul” et la sympathique Véronique.
R egardant au hasard, assise au comptoir du buffet de la gar’,
O ubliant mes rencards, mes yeux croisèrent son joli regard
N ‘osant toujours pas l’aborder, je ne faisais que le reluquer
I maginant ce qui pouvait, une fois dans le train, nous arriver
Q ui aurait cru, qu’un vendredi, je me serais aussi vite trahie
U ne fois la conversation engagée, je ne pouvais plus reculer
E t au fil du temps, une tendre complicité nous a rapprochés 

V oilà tout ce qu’il m’arrive, je débarque de l’autre rive
E t j’en oublie mon bel âge, je refuse de tourner la page
R egrettant le bon vieux temps, où sont-ils mes vingt ans
O ù se cache t’il, finalement, mon beau prince charmant
N ostalgique, je me nourrie de musique, jolie et magique
I mprovisant l’acrostiche… je suis accro de lui, ma biche
Q ui comprend mes sentiments, le printemps est tentant
U n coeur dérive, un esprit chavire, où est la bonne rive
E t le bonheur décolle et s’envole avec ces belles paroles.

V oilà que je suis toute chose, car il vient de m’arriver une belle chose ! J’ose ? Tant pis !
E nivrante, époustouflante ! C’est mon imagination ? Une apparition ? Une vision ? oui ?
R éelle et concrète ! Quelle joie ! Quel bonheur ! Le beau Docteur et à mon heure, aussi !
O h, oh, Docteur ! Grand sourire complice ; Me voilà dans ses bras pour les petites bises.
N ullement surpris, il a quand même bien maigri mais… il est toujours ausi gentil et joli…
I nvitant la cousine en sa galante compagnie, tout simplement, il est mon copain si coquin
Q uelle émotion-tentation, mon coeur battait la chamade, mes mains partaient en balade
U ne fois encor’, on s’était retrouvé, je savourais ce moment si charmant, avec une bière
E t comme on peut le constater, je n’ai pas changé, moi non plus  je ne suis pas rancunière

aucun commentaire
Folie exquise à… 3 temps !
Publié à 9:41 dans Harmonie de Sète

H armonie ! Harmonie ! toi… qui fais partie de notre vie,
A vec un chef si gentil, toi, subventionnée par la mairie.
R éjouis-toi de nos concerts et défilés, en tenue bleutée,
M ais surtout, n’oublies jamais que tu restes la préférée.
O ù, du lundi au vendredi, tu es choyée, tu es “nourrie”,
Non seulement par sa présence et aussi par sa passion,
I maginant son attirance pour les magnifiques partitions,
E t vivant plus pour sa musique… que pour la Véronique.

M aintenant, en dix ans, tu persévères en tant que maîtresse,
U niverselle, sensuelle, essentielle, c’est là que le bât blesse.
N ul ne compte à ses yeux, que ta prestance, ta compagnie,
I mprovisant des activités pour ne pas te laisser dans l’oubli.
C ar, au fil du temps, il est devenu tout simplement ton amant.
I l ne fallut pas grand chose… pour que renaisse l’osmose…
P rincipalement, temps, patience et immense financement.
A vec toi, rien n’est simple et facile et jamais, il ne se défile.
L e matin, au saut du lit, sa première pensée, c’est pour qui ?
E t jusqu’à la fin de sa vie, tu resteras toujours son “amie”.

D e toute façon, j’en ai pris mon parti, je tiens beaucoup à lui,
E n tant que chef… et, en contrepartie, c’est mon petit chéri.

S ifflant l’escarpolette en fête, petite faveur pour sa perruchette.
E lle apprécie tendresse, ivresse et chantonne si on la bichonne.
T oute ma sympathie et mon amitié, je t’envoie un tendre baiser,
E ncore merci pour ces moments, j’en savoure chaque instant.

aucun commentaire
A tous mes amis courriel
Publié à 11:55 dans Divertissements

CourrielA tous mes amis courriel, que du miel…

T oujours des mercis pour l’arc-en-ciel,
O u les mails si coquins reçus le matin,
U ne flopée d’amusant et dans le vent,
S ur le Père Noël qui descend du ciel.

M ais bien sûr, continuez cette année,
E merveillée, ça me plaît, me fait rêver,
S ourire et même rire ! J’aime le délire.

A vec un groupe… et hop, une croupe,
M ignon, trognon, trop bon, le bouillon.
I magination en action mais attention,
S urprise, découverte, avise l’experte.

C haque après-midi et je vous le redis,
O n passe souvent de bons moments,
U ne détente, l’Andante et je chante,
R endez-vous d’allégresse, tendresse,
R ien que du plaisir de me faire plaisir,
I l faut continuer… à se les transférer,
E t pour bien s’amuser… les partager.
L a belle vie est ainsi et encore merci.

Diaporama

 

aucun commentaire
Le Belle et le pigeon…
Publié à 10:37 dans Fables... j'adore !

Un beau jour en plein été sur l’esplanade,
Le pigeon se remémorait une escapade.
” Je me promenais volant au gré du vent,
Tout simplement, bien tranquillement,
Quand soudain pour un atterrissage forcé,
Sur une tête bien coiffée, me suis posé.
Les mains en l’air avec des gestes saccadés,
La Belle, énervée, hurlait à gorge déployée.
- Aïe aïe aïe, il va m’arracher les cheveux ! -
Et moi affolé, je me faisais plein de noeuds.
Quelques badauds nous observaient, ravis.
Certains riaient, d’autres restaient ébahis.
Mais voilà que tout le monde nous reluque.
Heureusement ce n’était pas une perruque.
Très fièrement, sans y laisser de plumes,
D’un bond, je me retrouvais sur le bitume.
Ouf ! Mais j’aurais pu finir ma vie chez toi,
Dans une casserolle, avec des petits pois.

Moralité :
C’est en posant les pattes n’importe où,
Que l’on risque de se rompre le cou !

Harmony

aucun commentaire

Méjannes-le-Clap par une divine journée ensoleillée,
Route goudronnée, quatre kilomètres, voici l’arrivée.
Sur l’immense parking arboré, avec itinéraire fléché,
Sept cents mètres en balade, large sentier en forêt.

Accueillis par des trilles d’oiseaux aux agréables mélodies,
Un fond d’air frais caresse mes narines encore endormies,
Tandis que calme, panorama, me tiennent bien compagnie,
Grille ouverte à dix heures et demie, Dame cavité… par ici.

Vaste terrasse ombragée… triangulaires voilures colorées,
Jolie boutique bois aux baies vitrées, toujours achalandée,
Toit pointu, vasistas carrés… riche mur végétal immobilisé,
“Maud/Leeloo”, de son nom de scène, y travaille volontiers.

Royaume d’Enzo et ses reines éternelles les gouttes d’eau,
Grande première exceptionnelle… un tête-à-tête avec Véro.
Onze heures ! Quel honneur… le tutoiement est de rigueur,
Partageons ce long moment en duo dans la bonne humeur.

“Sésame, ouvre-toi”. Ho ! Là-voilà qui m’offre ses joyaux.
Tunnel de soixante-dix mètres, je pénètre en ses boyaux.
Chemin antidérapant aménagé, balises vertes sécurisées,
Serpentons gaîment, au coeur de l’insolite et rare beauté.

Quatre courageux descendent en rappel, par l’entrée naturelle,
Suspendus dans le vide, harnachés… la vue paraît plus belle.
Cette solide protection en bois au-dessus de nos chères têtes,
Doit éviter, que rochers et éboulis, ne nous fassent notre fête.

Le regroupement d’extraordinaires massifs stalagmitiques,
De vingt mètres de hauteur anime “Sète” visite magnifique.
Hautes orgues majestueuses, frêles fistuleuses au plafond,
Fine draperie volumineuse, pile de crêpes, c’est trop bon !

D’impressionnantes colonnes cassées couchées sur le côté,
Une palanquée de méduses, hiboux, chouettes, aux aguets.
La suave et douce musique de fond, enchante mes oreilles.
Floc ! Floc ! Floc, murmure la goutte d’eau qui m’émerveille.

Pendant les trois dernières minutes, joli son et lumière.
Les mirettes bien écarquillées, accoudée sur la barrière,
Exquise maquette en toile de fond c’est que du bonheur,
Enzo et sa zapette m’en font voir de toutes les couleurs,

aucun commentaire

Le musée de la lavande à Saint-Remèze

A dix heures ce matin, l’ouverture du magasin.
Un proverbe dit : “en mai, fais ce qu’il te plaît” !
D’où pâté, limonade, sirop, savon, c’est si bon.
De la lavande partout et qui aussi guérit de tout.

La visite commençait par une vidéo commentée.
Son bon quart d’heure de vérité allait se dévoiler.
Un voyage au pays des senteurs, des couleurs,
L’univers merveilleux… où l’on voit la vie en bleu. 

La lavande fine n’a qu’un seul épi et le voici.
A l’état sauvage, se trouve entre 500 mètres,
Et 1 400 mètres… là où elle sourit et fleurit.
Sa copine, la lavande aspic est peu cultivée.

Cette damoiselle en août prend ses ailes,
On la trouve d’habitude en basse altitude.
Enfin, voici l’hybride, le lavandin si coquin.
Un croisement dans le vent des mamans.

Le commentaire fut intéressant et enrichissant.
Ce passionné nous faisait partager leur beauté,
Avec beaucoup d’humour et ça vaut le détour.
Une démonstration de la distillation en action.

La jolie collection d’alambics anciens, tiens tiens !
L’exposition de vieux outils, des faux, des photos.
L’eau de la fontaine alimente les abeilles sereines.
Une belle boutique et l’aire sympa du pique-nique.

Différents oiseaux tous très beaux nichent là-haut,
S’entraînent à voleter sur les charrues suspendues.
Un chien noir très joueur nous reçoit de bon coeur.
Les beaux champs de lavande, je les recommande.

Le musée de la lavande à Saint-Remèze

Musée de la Lavande à Saint-Remèze

Diaporama

aucun commentaire
Bon annif’…
Publié à 14:32 dans Mon demi siècle...

Cinquante ans ! Ah mais oui ! Quelle joyeuse fête !
Oublier ? Allons donc, où avais-je la tête ?
Mes pensées étaient là et tous mes voeux aussi,
Pour celle qui sait bien chasser les noirs soucis.
Reine de l’acrostiche et amie de l’humour,
Madame Météo annonce les beaux jours,
Et bien sûr l’Harmonie, un paradis sur terre.
Véronique, bravo ! et bon anniversaire !

Michèle Fizaine

aucun commentaire