Complicité retrouvée…
Publié à 11:00 dans Copains/copines

o ! C’est son petit nom mais c’est aussi un gentil garçon.
O  h ! Il aime la Belle Musique et adore la Miss Véronique,
S  urnommée aussi Batavia… quand il faut faire la Fiesta…
E  lle taquine le piccolo, cette coquine, elle fait son boulot…
P  assant du baryton au trombone à piston, Jo a un joli son.
H  é oui ! C’est un bon copain, mais pas “Mon Petit Lapin”.

B  ricoleur, bon coeur, bien dans ta peau et super cuistot…
E  n bon vivant, très marrant, tu t’investis… entièrement…
L  es Penas et les Harmonies sont ravies car tu es leur ami.
O  ù tu iras, j’irai ! Jo et Véro ? Quel duo ! C’est nouveau…
T  oute l’année, se supporter ? On va encore se chamailler.

aucun commentaire
En souvenir du week-end du Club Taurin
Publié à 13:49 dans Sorties en peñas

S i vous voulez faire la fête, allez à St jean de Védas… Quel as !
A vec un beau week-end ensoleillé, vous risquez de vous régaler…
I l faudra sûrement la casquette, pour ne pas avoir mal à la tête…
N ourris avec de bonnes saucisses, ho hisse et voilà que ça glisse…
T rinquons au Verre de l’Amitié, c’était à volonté, s’il vous plaît !

J acquot, le saxo et sa maman qui lui cause souvent, bien des tourments…
E t Jojo, au chaud, au dodo… surveillé, dorloté à la bière par l’infirmière…
A rmando a le vertige ! Ah, ah, tout là-haut, il n’a plus son beau prestige…
N on, non ! Ces quelques évènements ont marqué tous ces bons moments…

D ans les arènes, vachettes, taureaux, petits veaux sont aussi de la fête…
E t l’apéro et ses jets d’eau, le Paquito, les pasos, la paëlla, vive la Fiesta !

V oilà la pena ! Présentation ! Vite ! Action ! Aux percussions, Thierry, Rémi,
E t aussi Vincent, notre nouveau Président, René et sa clarinette, chouette !
D ans les trompettes, Benoit, Pierre et Sébastien. En alto, Jacquot et Véro,
A vec Manu, Mélanie, Pierre et Armando ; Nous conclurons, bien sûr, par Jo.
S ur ce bel acrostiche improvisé, ma biche adorée, je t’envoie mille pensées.

aucun commentaire
Le pigeon, si mignon…
Publié à 13:36 dans Humour apprécié...

C’était un beau jour du mois de mai,
Et sur l’esplanade, je me promenais.
Tout simplement, bien tranquillement,
Subitement, “cette chose” est arrivée.

Ma tête était très propre, elle venait d’être lavée,
Enfin, pour une fois que j’étais aussi bien coiffée.
Un pigeon, en plein vol, dessus, s’y était installé,
Plantant toutes ses griffes pour ne plus s’envoler.

Il se faisait des noeuds dans mes beaux cheveux.
Plus je criais fort… plus il s’affolait et tirait encor ‘.
“Aïe, aïe, aïe !!!… Mais il va tous me les arracher…
Avec la place qu’il a, il s’était juste posé sur moi.”

Les badauds, ébahis, me regardaient tous ravis.
Certains se marraient… car le spectacle payait.
Mais bien sûr !… personne n’était venu m’aider.
La vie n’était pas mauve, j’aurais pu être chauve !

Heureusement ! que je ne portais pas une perruque…
J’en avais plein la nuque que les gens me reluquent.
Les mains en l’air, avec des mouvements saccadés,
Je gesticulais énervée comme un pantin désarticulé.

Finalement, mon volatile a réussi à se dégager…
Sans y laisser une plume… pour toi je résume !
Je viens de l’entendre, il n’est même pas tendre,
Il aurait terminé chez moi, avec des petits pois…

Ce poème a obtenu la 1ère Mention catégorie “Humour” au Concours International Littéraire 2010 de l’association Arts et Lettres de France (Bordeaux).

aucun commentaire

J ‘aime nos baisers échangés
E t surtout ceux que j’ai volés

T outes ces petites caresses
A ccompagnées de tendresse
I ndiscrètes… et si  secrètes
M ême aussi le gentil câlin
E t le gros bisou du matin

J ‘aime sentir ton corps
E mmitouflé comme un trésor

T andis que je sommeille
A h ! Quand tu me pénètres
D u plus profond de mon être
O n soupire ; Oh ! Merveille
R avie que l’on se désire tant
E nvie d’un bon plaisir d’antan

A ffectueux, caressant ces bons moments

L a gentillesse n’a d’égale que sa jeunesse
A vec ce coquin secret, le jardin est partagé

F aire l’Amour endiablé est mon premier plaisir
O u un autre désir, dans tes bras, m’endormir
L e sein dévoilé, coussin froissé, béguin caché
I maginez les pensées… le destin me tend sa main
E t le bonheur est ainsi fait, la douleur s’en est allée

aucun commentaire
Tout simplement… Merci
Publié à 11:51 dans Harmonies variées

P alavas est une très jolie ville en bordure de la mer,
A vec sa Tour, son Port, ses rues piétonnes, sa plage…
L ‘été, au canal, se déroulent les tournois de joutes…
A vec l’arrivée des Estivants, c’est encore plus vivant…
V ive ” l’Avenir Palavasien”… avec tous ses musiciens…
A ctivités variées, restaurants achalandés et propreté…
S oyez fairplay, vous êtes en vacances, sans aucun doute.

J ‘ai passé, avec mes amis, une très agréable soirée…
U n repas convivial avec jeux musicaux sélectionnés,
M ais “Les Copains d’abord” nous ont fait gagner…
E n priorité… Comme Brassens, on était tous Sétois…
L e concert était magnifique, en finesse, en nuance…
A vec pasos et valses, faisons quelques pas de danse…
G énéreuse, heureuse Municipalité ! Mais c’est avec joie…
E t Merci, Monsieur le Président. ” Il n’y a pas de quoi “!

aucun commentaire
Mon potager… préféré…
Publié à 13:45 dans Amour/Sentiments

I l était une fois une petite Salade amoureuse d’un joli poireau…
L a Salade, toujours en balade, le Poireau, toujours aussi beau…

E lle vivait avec cette seule idée : ” Comment le faire régaler ” ?
T oute la journée, elle y pensait. Cela commençait à l’obséder…
A vec ses copines les Tomates, elles se roulaient dans la sauc’,
I nvitant l’Oignon et le Quignon… à tout partager avec le Boss…
T out le saladier prenait son pied, c’était toujours Moitié-Moitié…

U ne fois la trempette terminée, sur la serviette, ils se reposaient…
N us comme un ver, les feuilles bien à l’air avec un pet de travers…
E lle n’attendait que les caresses du soleil, jusqu’à son doux réveil…

F arfelue, fondue, farcie ! Crue, cuite ! Viens que je te mâche…
O h ! ça fait bientôt, au moins dix fois, que tu me le rabaches…
I l faut avouer que vous l’aimez bien, que vous la chouchoutez…
S uivez mon avis… La sauce, oui ! Et la Salade, j’en ai envie…

3 commentaires
La guêpière en croisière !
Publié à 11:37 dans Tout venant varié

L a guêpière en croisière, quelle belle souricière !
A ussi bien saucissonnée, je m’en vais la dévorer.

G agné, quelle sauc’, mes ailes pour le boss’ ?
U ne autre fois j’y serais, en quoi me déguiser ? 
E lle est noir’, très sexy, c’est à voir, elle est ici.
P rendre son pied en se tortillant pour se l’enfiler.
I l faut l’attacher puis la serrer avec les crochets.
E n effet c’est très moulant, l’effet est foudroyant.
R elevant bien la poitrine tout en servant de vitrine,
E n bretelles entrecroisées, la donzelle s’éveillait,

E nfin libérée, car tous les matins, elle angoissait,
N ourrie d’hématomes, envie d’homme, de pomme.

C achez ces jolies jambettes, qui content fleurette.
R edécouvrez les mollets musclés, prêt à cavaler.
O riginale cette dentelle, disait Sète cigale infidèle.
I maginez ces bas résille, voyez les fines chevilles,
S ur les cuisses érotiques vint s’agripper l’élastique. 
I l fallait s’y habituer, séquestrée de mon plein gré,
E n élégant décolleté, j’en jetais, de tous les côtés.
R ire discret, sourire enchanté, j’allais Le remercier, 
E t nouvelle Véronique sortit ses ailes de la clinique.

3 commentaires
Mes premières sorties en peña
Publié à 13:26 dans Sorties en peñas

M ontbazin est un petit village charmant dans l’Hérault…
O n y va tout droit, par la route, en suivant les panneaux…
N on pas en train ou à la nage, c’est vraiment trop beau !
T ous les musiciens ont bien rendez-vous au grand bistrot,
B ien sûr, tout le monde y était sauf, évidemment, la Véro…
A vec son sens de l’observation, de l’orientation, attention !
Z igzaguant sans aucune notion, elle a manqué la direction…
I nutile de la siffler, de l’appeler. Elle les attendait à l’église…
N os bons moments passés méritaient bien de grosses bises.

J acou restera aussi un très bon souvenir rempli de plaisirs…
A vec ses abrivados et encierros, ses jolis pasos et apéros…
C ela méritait bien une grande baignade-balade-orangeade !
O n passe vraiment des bonnes journées, très ensoleillées…
U n gros bisou à Milou et à bientôt, clame bien haut la Véro.

aucun commentaire
La belle nuit, si magique…
Publié à 8:39 dans Saisons/Nature

La nuit, tu es et tu resteras ma confidente pour ce magnifique conte de fées.

Il était une fois, à la belle étoile, deux jeunes qui décidèrent de camper dans un champ d’herbes folles, vertes et fraîches qui ondulaient au vent et nous mouillaient les mollets. Aux quatre coins  du pré, les fleurs si colorées, regroupées en bouquets ou clairsemées sentaient si bon, le printemps arrivait. Les vaches, à la robe tachetée de noir et blanc, nous dévisageaient comme des intrus. Le crépuscule descendait tranquillement, il nous fallait monter le campement assez vite si nous voulions dormir, protégés de l’humidité du soir et de la tendre rosée du matin. Une petite lampe de poche nous éclairait gentiment et un pique-nique alléchant nous tendait les bras.

Tu n’imagineras jamais qui nous espionnait… discrètement… secrètement…

Le ciel avait viré au “bleu nuit” et nous servait de douce couverture, tandis que les étoiles scintillantes nous envoyaient des clins d’oeil approbateurs. La majestueuse lune nous illuminait  et nous observait sans arrêt de son croissant doré. Nos pieds frémissaient dans l’eau glacée de la rivière qui caressait sans cesse les rochers polis avec le temps. Elle nous berçait de sa  sérénade mélodieuse, bien régulière tandis que le vent faiblissait, comme pour aller se reposer. La température devenait frisquette et la petite laine était de sortie.

On comprend que la soirée était si fraîche mais qui faisait tout ce vacarme ?

Nous étions de bonne humeur et, tout en rigolant, nous décidions de rentrer tranquillement vers notre résidence improvisée. Sans faire de bruit, hop, dans le duvet, les bras de Morphée bientôt nous protégeraient et surtout nous réchaufferaient.
La nuit était maintenant noire mais dans ce calme si parfait, les animaux nocturnes s’étaient donné rendez-vous. Les petits lapins aux museaux roses et panaches blancs s’amusaient à virevolter. Les mulots, effrayés, traversaient vite fait le pré pour aller se cacher. La chouette, dissimulée dans son grand arbre, ululait pour nous rassurer. Seuls, au lointain, quelques chiens hurlaient à la mort et brisaient épisodiquement  ce silence. Nous aurions savouré pleinement cette tranquillité s’il n’y avait eu ce moustique qui avait réussi à partager notre chaleureuse intimité et rôdait autour de nous dans le seul but de nous piquer. Son manège a duré… Les brindilles craquaient, il ne nous manquait plus que le loup et voilà notre histoire au grand complet.

Au petit matin, une main invisible avait changé le décor.

La nuit était allée se coucher, la lune avait disparu tandis que la rosée cristalline perlait sur notre toile de tente bleutée, le soleil commençait à rayonner de tous ses feux. Il nous invitait simplement au petit déjeuner sur l’herbe. Cette nuitée là ? Nous ne sommes sûrement pas prêts de l’oublier, elle restera gravée en nous à tout jamais.

aucun commentaire
Naissance du Carnaval de Venise
Publié à 10:58 dans Voyages/Voyages

Carnaval de Venise

Le Carnaval de Venise ! Que serait Venise sans son carnaval ?
E t c’est normal, les vénitiens se posent la question, voyons !

C ar le gouvernement décida de le supprimer des festivités,
A cause de trop nombreux dérapages, on tourne une page…
R éellement réhabilité dans les années 70, tout fut permis…
N on, non ! Autrefois, il pouvait bien durer jusqu’à six mois…
A lors vêtus de leurs longues capes et des fameux masques…
V ocabulaire vénitien, tabarro, bauta… Tout est anonymat.
A llez, de l’air ! Viens ! Et chacun faisait tout ce qu’il voulait,
L e bon prétexte pour des joutes heureuses et amoureuses.

D urée du carnaval maintenant, une semaine, à la mi-février…
E t c’est banal, six mois avant, les hôtels sont tous complets.

V enise est envahie de touristes ébahis venus du monde entier…
E t la fabrication des beaux masques… Quels chefs d’oeuvres !
N écessaires pour cette grande fête ! Nous, on vient de Sète !
I maginez la ville comme une scène de théâtre baroque, géante,
S i bruyante et dérivant dans un délire… plein d’éxubérance !…
E n ces jours si jolis, on est tous ravis, aussi ! Bonjour la nuit !

Carnaval de Venise

 Diaporamas :

Carnaval de Venise 2007 Carnaval de Venise 2007

Carnaval de Venise 2008 Carnaval de Venise 2008

aucun commentaire